Après un infarctus : 7 habitudes à prendre pour prévenir la rechute

Publié par : Dr. Ada Picard (19. décembre 2016)

© Shutterstock

Après un infarctus, on repart avec une ordonnance de médicaments destinés à prévenir le risque de rechute. Outre ces essentiels traitements, il y a les « conseils » d’hygiène de vie, tout aussi importants. En voici 7, basés sur les dernières recherches scientifiques. À pratiquer et à partager !

  1. Se reposer

    Après le traitement d’infarctus, les médecins conseillent de rester au « repos » durant un mois. Ce repos signifie d’une part l’absence d’activité sportive (c’est à dire toute activité impliquant un effort important) d’autre part le repos « psychique ». Autrement dit, la détente et le lâcher-prise ! Une technique simple, nommée cohérence cardiaque, basée sur des mini exercices de respiration profonde, concourt à diminuer l’anxiété des personnes ayant subi un infarctus, à baisser la tension artérielle, et donc de réduire le risque de rechutes cardiaques. Celle-ci peut se pratiquer à partir d’applications à télécharger (par exemple Respirelax) 3 fois par jour à raison de 5 minutes.

  2. Ecouter son corps

    Notre corps à ses limites, et celles du cœur sont nettement diminuées après un infarctus. C’est pourquoi il est important de ressentir son corps, de prendre conscience des éventuelles douleurs, afin de respecter ce dernier. Une étude a démontré que les femmes avaient une tolérance à la douleur plus importante que les hommes. Ce qui les amène à se prendre en charge plus tardivement. Alors une bonne résolution à prendre après un infarctus est de se demander plusieurs fois par jour : « Qu’est ce que je ressens dans mon corps là maintenant ? » Et de fournir une réponse…adaptée. J’ai faim ? Je mange. Je suis fatiguée ? Je me repose, etc. C'est aussi simples que cela.

  3. Manger plus sain

    Toutes les études scientifiques montrent à quel point notre alimentation est la clé de voûte de notre santé cardiovasculaire. Qu’est ce que signifie « manger plus sain » ? Troquer la charcuterie ou la viande rouge par le duo légumes-féculents (les flexitariens seraient moins exposés aux maladies cardiovasculaires), substituer les chips par les amandes, cuisiner ou manger frais (les plats industriels sont bourrés de sucres raffinées, d’huiles hydrogénées, de sel et de graisses saturées), s’arrêter de manger lorsque l’on est rassasié (revoir le point numéro 2 !), préférez les sucres à index glycémique bas. Par ailleurs, les oeufs ne sont pas contre-indiqués après un infarctus. En effet, une étude a montré que la consommation régulière de cholestérol alimentaire, contenu dans les œufs, n’a pas été relié à une augmentation du risque de rechute.

  4. Arrêter le tabac et le cannabis

    Oui, un petit rabâchage est nécessaire. Le tabac est le premier facteur de risque d’infarctus de myocarde chez les jeunes. On dit notamment que le risque de souffrir d’un infarctus avant 50 ans est 8 fois plus élévé chez les fumeurs. Quand au cannabis, il est désormais connu pour abîmer les vaisseaux sanguins. À ceux qui l’utilisent pour se « calmer », rendez-vous au point numéro 1 de cet article. La cohérence cardiaque est bien plus efficace et inoffensive !

  5. Faire une cure d’omega-3

    On sait que les omega-3 sont bons pour la santé. Et on sait désormais qu’ils bénéficient, en cure, aux personnes ayant souffert d’un infarctus du myocarde. Les Omega 3 issus des graisses de poissons, amélioreraient la fonction cardiaque et réduiraient la fibrose (cicatrisation inflammatoire) du cœur après l’infarctus.

  6. Pratiquer une activité physique douce et agréable

    Faire du jogging tranquillou, marcher 30 minutes tous les jours, nager à son rythme… Et faire du yoga ! Ces activités, pratiquées en restant attentif à son corps (cf point numéro 2) permettent de relancer en douceur notre petit cœur, afin que ce dernier gagne en endurance. Par ailleurs, ces activités atténuent le stress, permettent de se recentrer sur son corps et de se faire du bien. Autant d'éléments à même de prévenir la rechute, après un infarctus du coeur.

  7. Écouter de la musique

    Il n’y a plus de doutes sur le fait que la musique influence nos réponses physiologiques. Il y a certaines musiques qui ralentissent le rythme cardiaque et nous apaisent, d’autres qui stimulent le rythme cardiaque et nous « excite ». Dans tous les cas, la musique a été reconnue, par une sérieuse revue de la littérature, comme bénéfique pour les patients cardiaques. En effet, elle est à même de réduire la tension artérielle, le débit cardiaque et l’anxiété. Prenez par exemple « Jimmy » de Moriarty. Et écoutez… 

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Cardiologie ou Un médecin vous répond.

A lire aussi :

10 faits scientifiques à connaître sur le coeur
Faire baisser sa tension artérielle sans médicaments
VRAI-FAUX sur l'infarctus du myocarde

Sources :
Chu, R. A. Gotink, G. Y. Yeh, S. J. Goldie, M. M. Hunink. The effectiveness of yoga in modifying risk factors for cardiovascular disease and metabolic syndrome: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. European Journal of Preventive Cardiology, 2014
Heydari et al. Effect of Omega-3 Acid Ethyl Esters on Left Ventricular Remodeling After Acute Myocardial InfarctionClinical Perspective. Circulation, 2016
K. Virtanen et al. Associations of egg and cholesterol intakes with carotid intima-media thickness and risk of incident coronary artery disease according to apolipoprotein E phenotype in men: the Kuopio Ischaemic Heart Disease Risk Factor Study. American Journal of Clinical Nutrition, 2016
Semi-veggie diet effectively lowers heart disease, stroke risk. ScienceDaily. ScienceDaily, 5 March 2015
How High Carbohydrate Foods Can Raise Risk For Heart Problems. ScienceDaily. ScienceDaily, 27 June 2009.