La zone du cerveau qui rend dépressif ? Des chercheurs l'ont identifié !

Publié par : rédaction Onmeda (03. novembre 2016)

© Shutterstock

Près de 9 millions de Français ont vécu ou vivront une dépression au cours de leur vie. Cette maladie aux douloureuses conséquences sur la qualité de vie est encore mal appréhendée. Ce sont bien souvent les symptômes qui sont soignés, au détriment de la racine de la maladie. Mais cela pourrait bientôt changer : des scientifiques viennent de découvrir l’endroit du cerveau où se situe la dépression.

Un traitement qui soigne directement la cause de la dépression pourrait-il bientôt voir le jour ? C’est l’espoir véhiculé par une étude scientifique menée conjointement par des chercheurs des universités de Warwick en Angleterre et de Fudan en Chine.


En effet, ces derniers ont réussi à identifier la zone cérébrale impliquée dans la dépression : le cortex insulaire (situé dans la partie latérale du cortex préfrontal), une zone associée au système limbique, la partie émotionnelle de notre cerveau. Les résultats de leurs travaux ont été publiés récemment dans la revue médicale Brain.

Une zone du cerveau qui nous ferait voir les échecs au détriment des joies

Pour parvenir à cette découverte, les chercheurs ont réuni un panel de 1 000 personnes, aussi bien saines que touchées par une dépression, dont ils ont analysés les cerveaux grâce à des IRM. En observant les différentes parties du cortex préfrontal (aires de Brodmann) et les connexions entre elles, les chercheurs ont réalisé que la dépression affectait directement l’insula (ou cortex insulaire).

L’insula est une partie du cerveau impliquée dans le sentiment d’échec et la déception. Face à un manque de récompense (par ex. lorsque l’on n’atteint pas les objectifs que l’on s’est fixés), l’insula s’active et induit un sentiment d’échec ou de déception. Parallèlement à cela, l’insula inhiberait, dixit les chercheurs, la zone du cerveau contenant les souvenirs heureux.

En d’autres termes, l’insula nous ferait percevoir les échecs plus que les évènements heureux. De quoi altérer l’estime de soi et faire chuter le moral…dans les chaussettes ! C'est alors qu'un cercle vicieux démarre et que la dépression s'installe.

Une découverte capitale dans le traitement de la dépression

La dépression est tellement répandue dans nos sociétés actuelles que l’on trouve même des traces de Prozac (antidépresseur, ndlr) dans l’eau du robinet à Londres. Notre découverte, associée aux données que nous avons collectées à travers le monde, nous permet de localiser la racine même de la dépression. Cela nous ouvre de nouvelles perspectives pour la mise au point d’un traitement plus adapté et plus effectif dans un futur proche”, s’est félicité le professeur Jianfeng Feng de la Fudan University auprès du site Science Daily.

Grâce aux résultats obtenus, la recherche pourra désormais se pencher sur la mise au point d’un traitement ciblant cette zone du cerveau plutôt que les symptômes de la dépression. L'idée étant de soigner le problème à sa source ! Par ailleurs, les résultats de cette étude soutiennent la nécessité de prévenir la dépression ou les rechutes dépressives par la psychologie positive, autrement dit en apprenant à voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide !

Auteur : Dounia Malki

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous sur nos FORUMS Dépression et mal être ou Stress et angoisses !

A lire aussi :

5 maladies qui peuvent provoquer des symptômes dépressifs
Des risques de dépression en cas de consommation de produits laitiers ?
La dépression : des causes aux solutions
Soigner la dépression sans médicaments
La dépression : comment s'en sortir ?