publicité

publicité

Clown à l'hôpital : pourquoi il est essentiel de rire (même) quand on est malade

Publié par : Dr. Ada Picard (01. février 2017)

© Shutterstock

« Même si le temps est assassin, et emporte avec lui les rires des enfants (et les mistrals gagnants) » on peut aimer la vie. Et rire, aussi. L’association Le rire médecin - qui fait intervenir des clowns à l’hôpital - l’a compris depuis longtemps. La sortie du film « Et les mistrals gagnants » sur le quotidien de 5 enfants atteints de grave maladie, est l’occasion de rappeler l’importance du rire et du jeu à l’hôpital. Pour les enfants, mais pas seulement !

Imaginez, au beau milieu d’un après-midi, dans un service d’onco-pédiatrie (cancérologie de l’enfant), un couple de clowns qui débarque et sème…le rire dans les chambres et les salles de soins. Cette belle mission, que de détourner le sérieux des soignants et des enfants malades en « faisant le clown » est celle de l’association Le Rire médecin

Faire rire les enfants... et les soignants

Fondée en 1991 par Caroline Simonds, l'association Le rire médecin mise non seulement sur des interventions clownesques dans les hôpitaux (spectacles, visites, etc.) mais aussi sur la sensibilisation et la formation du personnel soignant.

Parmi les formations que l’association propose, il y a celle de « ludo-soignant » ou encore celles d’« annonces au diagnostic » destinées aux internes pour les aider – grâce au jeu ! – à appréhender leur vécu de soignant de manière plus sereine, et gagner en humanité auprès des patients. En effet, pour les médecins, comme pour les soignants, rire de soi et jouer malgré les souffrances est essentiel à la qualité des soins.

Le rire médecin intervient principalement dans des unités de maladies chroniques, comme les unités d’onco-pédiatrie où sont hospitalisés des enfants souffrant de leucémie, de cancers des os, de tumeurs du cerveau, etc.

Rire... comme un enfant

Dans ces services où la gravité est prégnante et la mort une menace permanente, le jeu est bien plus qu’une occupation ou un moment de détente. Ses bénéfices sont bien plus profonds.

Pour des enfants qui mûrissent trop vite, retrouver le rire c’est aussi redevenir un enfant : c’est à dire retrouver le plaisir de vivre dans l’instant présent, tout simplement. Et qui dit plaisir, dit envie de vivre. La maman de Louis en a été le témoin : « Grâce au clown, mon enfant a mangé des plats qui lui redonnaient des forces et surtout il a gardé le moral durant son hospitalisation. » Adrien, hospitalisé lorsqu'il était enfant, raconte : « Les clowns sont ce qui m’a le plus plu à l’hôpital. Ils sont mon meilleur souvenir. »

S’amuser et rire n’est donc pas un bonus qui permet de mieux vivre. Mais une composante essentielle sans laquelle on perd l’envie de vivre. Et cela est valable pour tout le monde, pour un enfant comme pour un adulte. En cas de maladie grave, appuyons-nous donc sur la sagesse des enfants et des clowns : rions...

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Enfants, Psychologie ou Un médecin vous répond !

À lire aussi :

L'art-thérapie expliquée par un pédopsychiatre
Témoignage d'un enfant : "J'ai souffert d'une leucémie"
15 phrases à dire à un enfant qui a peur

Retrouvez tous nos sujets d'actu !