4 méditations (très) sensuelles qui boostent le corps et l'esprit

Publié par : rédaction Onmeda (09. janvier 2017)

© Shutterstock

Et si la réponse au stress et aux maux de société était la sexualité ? Pas question de devenir des bonobos...mais d’adopter une sexualité spirituelle, dite aussi « slow sex », qui passe autant par l’acte sexuel que par la méditation. Pour quoi faire ? Pour se faire du bien... Naturellement ! 

Relier son corps et son esprit et se libérer des tensions mentales, tel serait le bénéfice des ces pratiques méditatives « sexuelles ». Méditation orgasmique, méditation tantrique, etc. Nous vous avons listé 4 types de méditations distinctes – à pratiquer seul ou en couple. À toutes, l'objectif est le même : se connecter à ses sens, renouer avec ses désirs, s’ouvrir à notre partenaire et libérer notre énergie sexuelle. Rien que ça ! 

La méditation orgasmique

La méditation orgasmique repose sur le massage clitoridien et le dialogue (verbal et non verbal). Cette « technique » a été importée par les Etats-Unis et est actuellement enseignée par quelques coachs en France. Elle se pratique à deux. La femme est allongée, une jambe écartée posée sur le partenaire. Ce dernier est assis, l’index sur le clitoris de sa demoiselle. Il caresse le clitoris durant quinze minutes tout en maintenant un dialogue authentique avec la femme… qui s’exprime et se laisse caressée. Le plaisir peut être profond, lent, continu, surprenant, partagé, ou non. Il n’est pas prévisible. Mais le simple échange spirituel et physique ouvre à des sensations auparavant inconnues. Comme si il ouvrait la voie à une source d’énergie enfouie… 

La méditation tantrique

La méditation tantrique est une méditation qui se pratique durant la rencontre sexuelle, de simple regard à l’acte proprement dit. Dans le tantrisme, il s’agit de se laisser aller à ses sens, à l’odorat, au toucher, aux sons, à la vue… De communiquer avec son partenaire par le biais de tous les sens, en commençant à communier via la respiration, soit en phase, soit en alternance (j’inspire quand il/elle expire). La méditation tantrique n’a pas d’objectif orgasmique. Elle n’a d’ailleurs pas d’objectifs si ce n’est l’ouverture aux sens auxquels le partenaire nous invite à nous connecter. La méditation tantrique c’est la spiritualité qui naît de l’échange authentique, du don et de l’accueil, sans attente anticipée.

La méditation sur les sens

La médiation sur les sens est cette méditation que l’on pratique pour soi, seul ou à deux. Elle peut se pratiquer tous les jours et/ou constituer un préliminaire à l’acte sexuel. On est assis en tailleur, par terre ou sur un lit. Durant 5, 10, 15 minutes, on médite. On se recentre sur son souffle, on respire, on se laisse bercer par son souffle et éventuellement celui de son partenaire. Et on s’ouvre à ses propre sens. On se reconnecte aux odeurs, à la sienne et à celle de l’autre. On s’ouvre et on accueille ce qui se présente, avec bienveillance. On s’écoute et on observe son état intérieur, celui du moment, sans chercher à le modifier. Plus on pratique cette méditation de manière régulière (peut-être sous forme de rituel), et plus on a de chances de renouer avec notre part « sensuelle ». Et donc d'atteindre un orgasme, lors de nos pratiques sexuelles.

La méditation sensuelle ou méditation Kundalini

La méditation Kundalini est une pratique méditative très particulière, qui doit être guidée – pour les débutants - par un professeur formé au Kundalini. Elle repose sur la circulation d’énergie entre les chakras, du premier (muladhara) au 7ème chakra (sahasrara). On se recentre sur le chakra de base et on visualise un serpent qui monte, qui monte…parfois en même temps que notre désir. L’idée est d’ouvrir toutes les portes au désir par le biais de visualisation, du souffle et de sens. La méditation est tellement puissante qu’elle peut devenir orgasmique. Chez les personnes très sensibles ou avec des antécédents délirants, la méditation profonde peut même décompenser certains états délirants. Alors, on insiste sur ce point : on le fait dans un cadre précis et pas avec n’importe qui.

Attention, quelque soit la pratique choisie, le respect et la confiance sont des préalables qui doivent être cultivés par les deux partenaires. Si l'on est en couple, on peut aussi s'inspirer de l'amour slow. Notre intuition et auto-bienveillance sont les principaux guides et gardes-fous de ces pratiques. Donc on apprend à s’écouter, d’abord, et on ne se met pas en danger ! 

À lire aussi :

Rituel anti-déprime : 5 idées à adopter
Le point G...chez l'homme
16 phrases à lire (et relire) pour cultiver l'amour slow
La méditation, c'est quoi ?