publicité

publicité

Aérophagie : comment prévenir ou soulager les ballonnements ?

Publié par : rédaction Onmeda (12. octobre 2017)

© iStock

L’aérophagie correspond à un trouble de l’alimentation consistant à avaler de l’air lors de la mastication et de la déglutition du bol alimentaire.

L’aérophagie se caractérise par l’accumulation de gazs dans le tube digestif, en commençant par l’estomac puis descendant vers l’intestin grêle et le colon. Ces gazs peuvent être évacués soit sous forme d’éructations ou de flatulences.

Dans sa définition scientifique, l’aérophagie correspond à un véritable trouble du comportement alimentaire.

Elle se définit comme une activité répétée de déglutition d’air suivie d’éructations. La fréquence des éructations peut varier en fonction du contexte, elle s’intensifie en cas de stress et diminue en cas de distraction par exemple.

Certaines études sur l’aérophagie ont montré qu’il ne s’agit pas d’une absorption plus importante d’air mais d’une déglutition différente. En effet l’air dégluti arrive plus rapidement dans l’œsophage pour être renvoyé presque immédiatement vers la bouche.

Dans le sens commun de l’aérophagie, il s’agit d’une absorption ou en tout cas la présence d’air au niveau du tube digestif responsable d’un ballonnement abdominal, d’éructations et/ou de flatulences.

La présence excessive d’air dans l’estomac va stimuler certains reflexes qui vont eux-mêmes déclencher la relaxation du sphincter inférieur de l’œsophage puis celle du sphincter supérieur permettant l’évacuation des gazs par l’éructation.

Si ces gazs ne sont pas évacués, ils vont s’accumuler au niveau de l’intestin grêle puis du colon, provoquant des douleurs abdominales secondaires à la distension et des flatulences.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Digestion ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Ballonnements : l'homéopathie peut aider
> Brulûres d'estomac : causes, traitements et prévention
> Tout sur les troubles gastro-intestniaux
> Bons et mauvais sucres : et si l'on sucrait autrement ?

Auteur : Dr Julia ROUX, gastro-entérologue