publicité

publicité

Anémie hémolytique : Les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (03. juin 2014)

En cas d'anémie hémolytique, il existe une hémolyse, c'est-à-dire la destruction prématurée des globules rouges dont la durée de vie normale est de 120 jours.

Si la moelle osseuse ne réussit pas à compenser cette destruction par une augmentation de la production de cellules sanguines, une anémie va apparaître. Cette anémie peut être plus ou moins aiguë selon la vitesse de destruction (= lyse) des globules rouges.

Cette destruction peut être due soit à une agression des globules, soit à une fragilité anormale de ces globules rouges. En fait, il existe différents types d'anémie hémolytiques :

Les anémies hémolytiques aiguës :

  • La maladie hémolytique du nouveau-né : la mère fabrique des anticorps contre les érythrocytes du foetus.
  • L'anémie de Lederer-Brill (ou anémie aiguë fébrile) : elle touche plus particulièrement les enfants, après une infection ORL, par exemple.
  • Certaines infections, parasitoses ou des intoxications peuvent aussi détruire les globules rouges.

Les anémies hémolytiques chroniques :

> Constitutionnelles ou congénitales :

  • La maladie de Minkowski-Chauffard (ou sphérocytose héréditaire) : une fragilité excessive de la membrane des globules rouges entraîne leur destruction spontanée prématurée. Il existe d'autres anomalies plus rares de la membrane des globules rouges.
  • La thalassémie : dans sa forme majeure, on observe une fragilisation anormale des globules rouges responsable d'une hyper-destruction.
  • La drépanocytose ou anémie à hématies falciformes : dans ce cas également, les globules rouges ont une fragilité particulière, inhérente à leur aspect en forme de faucille.
  • L'anémie hémolytique dite « enzymoprive » : il s'agit d'une baisse ou d'une absence de certaines enzymes nécessaires à la survie des globules rouges (la G6PD ou l'héxokinase, par exemple).

> Acquises:

  • Elles peuvent être d'origine immunologique (anémie hémolytique auto-immune), infectieuse (certains virus ou parasites comme le paludisme) ou toxique (certains médicaments, venin de serpent, certains champignons).
  • Elles peuvent être d'origine mécanique : les prothèses valvulaires cardiaques par exemple, au contact desquels les hématies éclatent.
  • La maladie de Marchiafava-Micheli (hémoglobinurie paroxystique nocturne : il existe une fragilité extrême des globules rouges due à une mutation exceptionnelle d'un gène qui conduit à un défaut de protection des membranes des cellules érythrocytaires. C'est une maladie très rare - moins de 1 000 cas en France).

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS ou Un médecin vous répond !