publicité

publicité

Cicatrice cheloïde : les traitements

Publié par : rédaction Onmeda (12. janvier 2017)

Le traitement de la cicatrice cheloïde dépend du type de cicatrices et de la demande du patient.

Les traitements utilisés sont les suivantes :

  • Compression : on utilise des mesures de compressions pour empêcher la cicatrice cheloïde de prendre trop d’ampleur (c’est la pressothérapie). II repose sur des vêtements compressifs sur mesure, pansements en plaque souvent de la famille des hydrocolloïdes à porter au minimun 12 heures sur 24, sillicone en gel ou en pansements.
  • Injection de cortisone : on injecte de la cortisone dans la cicatrice toutes les quatre semaines pendant 4 à 6 mois. Ces injections sont en général douloureuses et peuvent se compliquer d’effets secondaires (acné, vaisseaux sur la cicatrices, pigmentation plus claire). Il est possible pour augmenter l’efficaciter de faire des séances de laser vasculaire en association.
  • Injections de chimiothérapie : on injecte des molécules dans la cicatrice cheloïde. Ces injections doivent être réservées aux situations complexes qui ne répondent pas aux autres traitements avec une surveillance rapprochée.
  • La chirurgie : on enlève la cicatrice grâce à la chirurgie.
  • La toxine botulique : une nouvelle technique d’injection de toxine botulique juste après les interventions chirurgicales en prévention de l’apparition de cicatrice hypertrophique pourrait se révéler intéressante.

Et en cas de cicatrices hypertrophiques ?

Pour les cicatrices hypertrophiques, on essayera au premier plan les mesure de compression de la cicatrice ainsi que les massages pour casser les fibres de collagène et permettre à la cicatrice de retrouver une souplesse satisfaisante. Ces mesures sont à suivre pendant au moins 6 mois.

En cas d’échec, on peut réaliser des injections de cortisone toutes les 4 semaines pendant 6 mois et si l’efficacité n’est pas suffisante, on peut proposer le retrait de la cicatrice par chirurgie associée à une compression de la nouvelle cicatrice pour éviter les récidives (pansements, vêtements).

En cas de cicatrice très étendue et d’échec des mesures précédentes, on peut réaliser des injections de chimiothérapie dans la cicatrice.

Pour la cicatrice chéloïde, on applique les mêmes traitements : pansements plaques, injections de corticoïdes, et en cas d’échec, on envisage une chirurgie éventuellement associée à une radiothérapie.

Au cas par cas, il s’agit de traitements complexes à discuter avec le patients et qui ne sont pas toujours pris en charge par la sécurité sociale.

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS thématiques ou Un médecin vous répond !