publicité

publicité

Hernie discale cervicale : focus sur le traitement chirurgical

Publié par : rédaction Onmeda (20. février 2017)

Un traitement chirurgicale vous sera proposé par le chirurgien (neurochirurgien ou orthopédiste) qu’en cas de parfaite concordance entre les symptômes et l’imagerie.

La chirurgie se fait sous anesthésie générale. Dans la majorité des cas l’incision cutanée est située devant, au niveau du cou (dans un pli cutané) après repérage radiologique. C’est ce qu’on appelle en terme médicale, la « voie antérieure ». C’est la voie la plus directe pour accéder au disque, car en passant derrière le cou, la moelle épinière nous barre la route pour accéder au disque (cf schémas ci-dessous).

Le chirurgien va très rapidement arriver sur la colonne vertébrale cervicale antérieure, et il pourra alors pratiquer une dissectomie, c’est à dire qu’il enlèvera le disque avec la hernie discale, pour libérer la racine nerveuse voir la moelle épinière si celle-ci est comprimée. Il remplacera le disque par du matériel synthétique (« cage » ou prothèse discale).

A gauche : Dessin représentant l’incision dans un pli du cou. A droite : Schéma en coupe axiale, montrant le trajet pour accéder au rachis cervical

Cette chirurgie donne de bons résultats avec une disparition de la douleur dans la majorité des cas. Il peut persister des cervicalgies, et des fourmillements qui devraient diminuer au cours des semaines à venir. La baisse de sensibilité au niveau de la main peut mettre du temps à revenir. En cas de déficit moteur présent avant l’intervention, des séances de kinésithérapie seront nécessaires dans la plupart des cas pour augmenter les chances de récupération. La kinésithérapie cervicale pourra être proposée dans un second temps si il persiste une raideur cervicale.

La durée d’hospitalisation est en générale assez courte, de 2 à 4 jours. Comme toute chirurgie, il existe des risques opératoires, même rares, que votre chirurgien vous expliquera avant l’opération.

Dans certains cas, une chirurgie par voie dite « postérieure », c’est à dire en arrière du cou, pourra être proposée par la chirurgien, surtout en cas de compression de la moelle épinière par de l’arthrose sur plusieurs étages. Le disque ne sera alors pas touché, mais le chirurgien enlèvera l’arrière des vertèbres atteintes pour faire de la place à la moelle épinière dans le canal rachidien.

Auteur : Dr Louis-Marie Terrier, neurochirurgien au CHRU Bretonneau à Tours

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS thématiques ou Un médecin vous répond !

✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.