publicité

publicité

Infections urinaires : les causes

Publié par : rédaction Onmeda (02. novembre 2017)

Les bactéries responsables, comment les détecter ?

De très nombreuses bactéries peuvent provoquer des infections urinaires. Les germes les plus fréquents retrouvés sont Escherichia coli dans 90% des cas, Proteus mirabilis, Klebsiella, et Staphylococcus saprophyticus chez la femme jeune.

Le premier examen, simple, à disposition de votre médecin à son cabinet est la réalisation d’une bandelette urinaire. Elle ne fera que confirmer la présence de leucocytes (globules blancs) dans les urines et donc la présence d’une infection urinaire et éventuellement la présence de nitrites. En revanche, elle n’apportera pas de précision sur le germe responsable.

Attention, une bandelette urinaire négative n’élimine cependant pas le diagnostic d’infection urinaire chez l’homme.

Pour avoir un diagnostic bactériologique plus précis, il pourra vous être demandé, sauf en cas de cystite simple, de réaliser un ECBU, un Examen CytoBactériologique des Urines. Cet examen se fait en laboratoire, et doit être réalisé avant tout début de traitement antibiotique, qui fausserait les résultats.

L’ECBU, s’il est bien réalisé, permettra de mesurer le nombre de leucocytes et d’hématies (globules rouges) dans les urines, mais surtout d’identifier précisément le germe responsable.

L’antibiogramme permet de tester la sensibilité du germe identifié à différents antibiotiques. Il existe en effet de très nombreuses résistances des germes responsables des infections urinaires à certains antibiotiques.

Les facteurs favorisants des infections urinaires

Il existe de nombreux facteurs favorisant les infectieux urinaires :

  • Les infections urinaires sont plus fréquentes chez la femme, dont l’urètre est plus court que chez l’homme.
  • Elles sont également favorisées par les rapports sexuels, raison pour laquelle il est conseillé d’uriner après les rapports.
  • Les infections urinaires sont parfois iatrogènes, c’est à dire provoquées par un acte médical invasif, que ce soit un sondage ou une endoscopie.
  • Certains médicaments provoquant une stase des urines peuvent également être pourvoyeurs d’infections urinaires, ce sont essentiellement les neuroleptiques, les dérivés de morphines, ou les médicaments anticholinergiques.
  • Une modification de la flore bactérienne vaginale est entraînée par une carence en œstrogène durant la ménopause, période particulièrement à risque d’infection urinaire.
  • Le diabète : les personnes diabétiques sont beaucoup plus à risque de développer des infections urinaires. Longtemps expliqué par le fait que les bactéries se nourrissent de sucre, forcément plus élevé chez une personne diabétique, il s’agirait selon une hypothèse récente plutôt d’une immunodépression légère causée par le diabète. En effet, les personnes souffrant d'un diabète de type 2 ont un nombre réduit de cellules immunitaires NK, qui permettent de lutter contre les infections.
Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Problèmes urinaires ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Antibiotiques : 5 choses à (ne pas) faire
> A quoi sert la bandelette utilisée dans l'opération de l'incontinence urinaire ?
> Incontinence urinaire chez l'homme
> Hygiène intime : tous les conseils à connaître