publicité

publicité

Infections urinaires : les traitements

Publié par : rédaction Onmeda (02. novembre 2017)

Les premiers conseils en cas d’infection urinaire

Les cystites aiguës simples guérissent dans 50% des cas sans nécessité de traitement, mais peuvent durer dans ce cas plusieurs semaines.

Il est recommandé de boire abondamment et d’uriner fréquemment, d’uriner après les rapports sexuels, ou d’éviter les spermicides quand ils sont utilisés, mais le traitement antibiotique sera le plus souvent nécessaire devant la gêne occasionnée par l’infection.

Les traitements antibiotiques

Face à une cystite sans risque de complication, un traitement antibiotique simple par fosfomycine trométamol (Monuril) en une dose unique sera le plus souvent proposé. Il s’agit d’un antibiotique particulièrement efficace sur Escherichia Coli, principal germe pourvoyeur d’infections urinaires. Ses effets indésirables sont peu nombreux.

En cas de cystite à risque de complications, de pyélonéphrite, voire de prostatite chez l’homme, d’autres traitements antibiotiques pourront être prescrits, et sur une durée plus longue. Ils seront quoi qu’il arrive adaptés dans un deuxième temps à l’antibiogramme en cas de résistance du germe à l’antibiotique initialement prescrit.

Les antibiotiques de la classe des fluoroquinolones (ciprofloxacine, ofloxacine, etc.) ne seront prescrits qu’en seconde intention, en cas d’échec d’autres traitements antibiotiques, ou en cas de résistances multiples. Ils exposent à de nombreux effets indésirables potentiels, potentiellement graves : neuropsychiatriques (convulsions), cutanés, atteintes tendineuses, plus rarement des problèmes cardiaques.

Ils entraînent par ailleurs une photosensibilisation, c’est à dire qu’il est nécessaire en utilisant ces antibiotiques d’éviter l’exposition au soleil.

Par ailleurs, les résistantes des germes à ces antibiotiques sont en nette progression ces dernières années, il importe donc de ne les utiliser qu’à bon escient et le moins souvent possible.

Chez l’homme, la particularité du traitement résidera dans la nécessiter d’utiliser en antibiotique qui a une bonne pénétration prostatique, et ils sont peu nombreux. Il s’agit principalement des classes des fluoroquinolones et du cotrimoxazole.

Et le jus de canneberge ?

Le cranberry (ou jus de canneberge), conseillé notamment en prévention des cystites récidivantes, apporte selon les dernières données de la littérature qu’une efficacité préventive modeste. Ils n’ont en tout cas pas leur place dans le traitement curatif d’une infection urinaire mais uniquement en traitement préventif.

Selon 2 essais récents, l’utilisation quotidienne de cranberry sous forme de comprimés ou de jus (750 mL par jour) diminue modérément le nombre de récidives de cystites aiguës.

Il est à noter que ces compléments exposent toutefois à un risque d’interactions médicamenteuses, notamment en cas d’utilisation concomitante de traitements anticoagulants.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Problèmes urinaires ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Canneberge, un fruit aux multiples vertus
> Toilette intime : pourquoi c'est si important...
> Calculs urinaires : des causes aux traitements