publicité

publicité

Luxation : les symptômes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (19. novembre 2014)

Le diagnostic de la luxation se fonde sur les circonstances de survenue de l'accident et l'analyse des symptômes que présente le patient. L'articulation concernée est déformée, très douloureuse et les mouvements sont impossibles (impotence fonctionnelle). En dépit de ces symptômes très parlants, des explorations complémentaires s'imposent. Les radios permettent de dépister une éventuelle fracture concomitante. D'autres examens comme l'échographie ou l'IRM ou le scanner apprécient les lésions tissulaires et ligamentaires qui accompagnent toute luxation. Car une luxation risque de comprimer, d'altérer voire de déchirer certains éléments situés dans l'articulation (ligaments, vaisseaux, nerfs...).

Il existe un cas particulier de luxation. C'est la luxation congénitale de la hanche (qui affecte certains nourrissons). Il s'agit d'une pathologie relativement fréquente, variable en fonction des régions et des pays. Elle concernerait entre 6 à 20 enfants pour mille naissances. Il existe un défaut d'emboîtement de la hanche. La tête fémorale de la jambe du bébé n'est pas correctement insérée dans le cotyle, et risque de se luxer. Aujourd'hui, les médecins effectuent un dépistage systématique des nourrissons de luxation de la hanche, en effectuant un examen clinique, avec en plus une radiographie ou une échographie si nécessaire.

Si aucun dépistage n'est entrepris, et qu'il existe une luxation de la hanche, l'enfant souffrira de symptômes tels que : troubles de la marche, boiterie, impotence qui peut être majeure, etc.


✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.