publicité

publicité

Méningiomes intracrâniens : les symptômes

Publié par : rédaction Onmeda (17. juillet 2017)

Les symptômes ne sont pas spécifiques, et vont varier selon la localisation, la taille et le retentissement du méningiome sur le cerveau.

Les méningiomes ressemblent à des fibromes, d’aspect blanchâtre, et plus ou moins arrondis et fermes. Ils n’infiltrent pas le cerveau, contrairement à d’autres tumeurs cérébrales comme les gliomes, mais vont le repousser.

Les méningiomes peuvent naitre au niveau de n’importe quelle localisation de la dure mère (= membrane entourant le cerveau) : au niveau de la convexité du crâne, de la base du crâne, d’un sinus veineux…

Ils peuvent parfois envahir l’os du crâne en regard de son insertion, ou l’orbite dans les méningiomes dits « sphéno-orbitaires ». On pourra alors palper une bosse ou une déformation, mais ce n’est pas le cas le plus fréquent.

Certains méningiomes, surtout ceux de petites tailles, ne vont entrainer aucun symptômes. Ils auront alors été découverts par hasard lors d’un examen de type scanner ou IRM cérébrale réalisée pour toute autre chose.

D’autres méningiomes, au contraire, vont être suffisamment gros pour exercer une compression sur une zone du cerveau.
Des céphalées peuvent apparaître. Une crise d’épilepsie peut avoir lieu si le cortex cérébral est irrité.

En fonction de la localisation du méningiome, un déficit neurologique peut s’installer, en général de manière progressive, comme par exemple :

  • la paralysie d’un côté du corps plus ou moins étendue (région centrale du cerveau),
  • des troubles de la sensibilité (région pariétale),
  • des troubles du langage (région temporale),
  • des troubles visuels (région occipitale ou base du crâne), ou encore ...
  • des troubles du comportement (région frontale).

Lorsque le méningiome est situé à la base du crâne ou dans « l’angle ponto-cérébelleux », certains nerfs crâniens peuvent être comprimés et entrainer divers trouble en fonction du nerf atteint (diminution de la vision, de l’audition, apparition de trouble de la déglutition, d’une paralysie faciale,…).

Enfin, certains méningiomes, même de petites tailles, vont entrainer une réaction d’œdème cérébral, c’est à dire que le cerveau autour du méningiome réagit mal et se « gonfle d’eau ». Ces méningiomes sont en général mal supportés par le patient et entrainent des céphalées.

Pour mieux comprendre : 4 exemples de méningiomes intra-crâniens

A. = IRM, méningiome de la clinoïde antérieure.
B. = IRM, méningiome frontal.
C. = IRM, volumineux méningiomes du jugum et petit méningiome para sagittal.
D. = Scanner post-opératoire, montrant la découpe du volet osseux remis en place.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans FORUMS thématiques ou Un médecin vous répond !


✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.