publicité

publicité

Nanisme : les traitements

Publié par : rédaction Onmeda (03. décembre 2014)

Aujourd'hui, dans la plupart des cas, il est possible de proposer ou d'essayer un traitement, aux enfants ayant un retard de croissance sévère.

> Lorsque le retard de croissance est dû à une pathologie, comme une hypothyroïdie, la guérison de la maladie permet aussi de rattraper la croissance.

> Lorsque le retard de croissance est la conséquence d'une maladie du squelette, le traitement par hormone de croissance peut être parfois efficace. Dans de très rares cas, comme l'achondroplasie, on sait qu'elle est complètement inefficace. Toutefois, des chercheurs sont sur d'autres pistes prometteuses pour traiter cette maladie.

> Lorsque le retard de croissance est dû à un déficit en hormone de croissance, le traitement par cette hormone permet de récupérer complètement. Le diagnostic précoce du retard de croissance permet en général de faire (ou au moins d'essayer) un traitement. Dans la majorité des cas, il est possible d'obtenir une taille adulte honorable.

> Dans de très rares cas, on peut proposer des traitements chirurgicaux permettant d'allonger les membres des patients adolescents. Ces opérations sont effectuées à l'âge d'environ 12 ans et permettent généralement de gagner près d'une dizaine de centimètres au niveau des jambes, grâce à l'allongement des fémurs ou des tibias. Il faut savoir que dans ce type de chirurgie les complications sont assez fréquentes.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS thématiques ou Un médecin vous répond !


✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.