publicité

publicité

Maladie de Paget : les complications

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (08. septembre 2014)

Les principales complications de la maladie de Paget sont :

Des déformations osseuses au niveau des articulations (hanche et genou) donneront des arthropathies pagétiques ; contrairement aux autres arthropathies, le cartilage n'est pas atteint. Elles entraînent douleurs, déformations et impotence fonctionnelle.

  • Quand la hanche est atteinte, on parle de coxopathie pagétique. L'évolution vers une destruction de l'articulation est classique.
  • Le genou peut se déformer en genu varum (genoux qui s'écartent l'un de l'autre en position debout).

Des fractures dues à la fragilité de l'os sont possibles : fractures des os longs, tassements vertébraux.

Les complications neurologiques de la maladie de Paget sont prévisibles selon l'emplacement des lésions osseuses. Il faut entreprendre les traitements nécessaires pour les éviter :

  • une surdité si l'os du rocher est le siège d'une lésion pagétique ;
  • une compression médullaire avec une paraplégie si la colonne vertébrale est atteinte ;
  • une compression d'une racine nerveuse,
  • des troubles de la marche,
  • un syndrome de la queue de cheval : incontinence anale, incontinence urinaire, impuissance...

La cancérisation est très rare ; le diagnostic sera fait en réalisant un prélèvement (biopsie) de la région osseuse suspecte après scanner et IRM.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Fracture de fatigue
> Arthrose du genou


✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.