publicité

publicité

Paralysie faciale : les traitements

Publié par : rédaction Onmeda (27. septembre 2017)

L’urgence face à une paralysie faciale est d’en déterminer la cause afin de la traiter.

En général lorsque la paralysie faciale est partielle, la guérison se fait naturellement en l’espace de deux à huit semaine. Celle connue sous le nom d’a frigore est spontanément réversible dans 80% des cas.

Pour les autres, et notamment la paralysie faciale complète, la récupération peut durer jusqu’à une année malgré les traitements. Rarement, elle peut laisser des séquelles comme une légère paralysie (parésie) faciale, une asymétrie du visage, des reflexes incontrôlables (sécrétion de larmes lors des repas).

Les traitements

Il faut protéger l’œil qui ne se ferme pas. En l’absence de larmes et de clignements, il pourrait s’assécher et devenir le siège d’infections. Pour éviter une perte de la vue, un cache oculaire et des lunettes sont proposés dans la journée ainsi qu’un pansement pour fermer l’œil pendant la nuit. On y associe des larmes artificielles et des gouttes antiseptiques. Dans certains cas, les médecins proposent une tarsorraphie (suture temporaire des paupières).

Une corticothérapie est mise en place dès qu’on a éliminé la cause virale car celle-ci est une contre-indication. Débutée le plus tôt possible, la prise de corticoïdes peut s’étaler sur plusieurs semaine avec une diminution progressive de la posologie et permet un rétablissement plus rapide.

Lorsque le traitement de la cause n’a pas donné de résultats et que la paralysie faciale persiste, les solutions sont alors plus de l‘ordre de la correction de la paralysie pour aider le patient à retrouver une qualité de vie. Il s’agit notamment d’alternatives chirurgicales pour récupérer la symétrie.

Toutes ces techniques sont accompagnées de séances de kinésithérapie et/ou de rééducations orthophoniques très tôt afin de laisser le moins de séquelles. Il est possible que le médecin ait recours à la toxine botulique qu’il injectera à différents endroits du visage, notamment lorsqu’il y a des spasmes musculaires.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Neurologie ou Un médecin vous répond !