TDA/H chez l’adulte : les conseils

Publié par : Dr. Ada Picard (01. septembre 2017)

La première aide à solliciter lorsque l’on souffre de TDA/H est la sienne ! S’aider soi-même, c’est prendre soin de soi. Et qui dit prendre soin de soi dit agir dans le sens d’une hygiène de vie plus favorable.

Retrouver un rythme

Retrouver une bonne hygiène de vie, c’est d’abord écouter ses besoins, et y répondre de manière régulière et appropriée. Du fait de leur désorganisation, les personnes TDA/H sont souvent déconnectées d’elles-mêmes et de leurs rythmes biologiques.

Le premier traitement consiste donc à se resynchroniser avec ses rythmes biologiques en retrouvant un sommeil régulier, en exerçant une activité physique et en mangeant à heures à peu près régulières. Cela implique de retrouver certaines routines, qui seront plus bénéfiques qu’ennuyeuses ou contraignantes. Le tout est de trouver son propre rythme, celui qui convient le mieux à notre corps et à notre esprit !

Faire le tri

Retrouver une hygiène de vie implique également de faire du tri dans nos relations et nos activités, en ôtant celles qui nous épuisent et en cultivant celles qui nous animent. Les adultes TDA/H ont en effet tendance à accumuler plusieurs activités et engagements (qu’ils ne tiennent pas forcément !) et à s’épuiser chemin faisant. Il s’agit donc de prioriser les activités/projets bénéfiques pour soi et en accord avec ses valeurs. À noter que les activités physiques et créatives sont particulièrement essentielles pour l’épanouissement des adultes TDA/H.

Ces conseils peuvent paraître anodins, mais la simple remise en phase de son corps et de son tempérament, participe d’elle-même à améliorer le bien-être des personnes souffrant de TDA/H (et de leur entourage !).

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Psychologie ou Un psy vous répond !

A lire aussi :

> Bullet journal : pourquoi il est bénéfique pour notre santé mentale
> Procrastination : l'art de remettre au lendemain...
> TOC : le trouble obsessionnel compulsif
> Lâcher prise : en ai-je (vraiment) besoin ?