publicité

publicité

Trouble du sommeil chez l'enfant : les traitements

Publié par : Dr. Ada Picard (20. mars 2017)

Les traitements du trouble du sommeil de l’enfant varient en fonction des causes identifiées. Ils impliquent : une éducation au sommeil, l’amélioration des conditions environnementales, le soin des causes, l’accompagnement des parents et éventuellement un traitement médicamenteux. 

En cas de difficultés d’endormissement ou de réveils nocturnes, il est nécessaire d’initier ou de poursuivre une ritualisation autour du coucher (autour de la lecture, par exemple), de laisser un (ou plusieurs) objet transitionnel à l’enfant (doudou, etc.), de limiter les facteurs défavorisant le sommeil (écrans avant le coucher, lumière ou bruit important, etc.), etc.

La régularité du rythme veille-sommeil et la cohérence des attitudes parentales doivent être cultivées. Si les conditions sont réunies pour que le sommeil soit retrouvé, l’équilibre veille-sommeil peut être atteint en quelques semaines, de manière progressive le plus souvent. Si besoin, l’utilisation d’huiles essentielles (avec précaution), de plantes ou de mélatonine peuvent être utilisées de manière temporaire. 

En cas de cauchemars ou de terreurs nocturnes, il ne faut pas dramatiser, mais être à l’écoute de l’enfant. Si ces derniers sont le symptôme d’un stress extérieur, il peut être important de l’aider à exprimer ce stress, par le dessin par exemple ou la parole.

Si il existe une souffrance psychologique associée, quelle qu’elle soit, la prise en charge devra inclure une psychothérapie et éventuellement un traitement médicamenteux. C’est le pédopsychiatre qui pourra estimer ces indications. Pour les enfants, il est préférable que la psychothérapie se fasse autour d’une médiation : le jeu, le dessin, la médiation artistique (ou art-thérapie), la méditation de pleine conscience, etc.

La psychothérapie peut se faire en groupe ou de manière individuelle. Là encore, l’indication dépend des spécificités de l’enfant. La stimulation de la créativité et de l’imaginaire est en effet nécessaire chez les enfants qui tolèrent mal la frustration et la séparation. D’où l’intérêt de promouvoir les activités créatives pour l’enfant, même hors du champ de la thérapie.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Enfants, Psychologie ou Un médecin vous répond !

À lire aussi :

Le sommeil de l'enfant
Mon enfant est stressé
15 phrases à dire à son enfant lorsqu'il a peur
3 applications pour aider son enfant à gérer ses peurs
Manque de sommeil : les effets sur notre santé