publicité

publicité

Stop aux antibiotiques : soigner le rhume avec des remèdes naturels

Publié par : rédaction Onmeda (01. février 2018)

© iStock

Ecarter le rhume avec les remèdes naturels... Et si c'était la fin du mythe des antibiotiques ?

Véronique Thomazeau, naturopathe certifiée et validée du réseau MEDOUCINE, nous explique quand il faut prendre des antibiotiques - ou pas - et comment soigner un rhume grâce à des alternatives naturelles.

Comme chacun le sait, même si de nombreux travaux sur le pouvoir antibactérien des moisissures avaient déjà été menés au 19ème siècle, c’est la découverte des antibiotiques par Fleming (Prix Nobel de Médecine en 1945), dans les années 40, qui a totalement révolutionné la médecine allopathique.

En sauvant des dizaines de millions de personnes atteintes de maladies infectieuses fatales à cette époque (pneumonie, tuberculose, méningite, syphilis…), les antibiotiques sont devenues LE TRAITEMENT MAJEUR de la deuxième moitié du 20ème siècle.

Et pourtant… Selon l’OMS, ce magnifique médicament pourrait indirectement devenir responsable de millions de morts dans les décennies à venir et, si la science ne trouve pas de solutions de remplacement, nous replonger au Moyen-Âge !

Le rapport de l’enquête commandée par le gouvernement britannique en 2014, réalisée et publiée en 2016 par Jim 0’Neill, fait un état des lieux très alarmiste : 25 000 personnes meurent chaque année en Europe car elles étaient résistantes aux antibiotiques.

Ce nombre croît de manière inquiétante et pourrait atteindre les 10 millions de victimes par an ! Que s’est-il donc passé en 70 ans pour que cette thérapie si efficace ne marche plus ? Tout simplement l’abus de l’utilisation des antibiotiques pour tout et n’importe quoi. Mais d’abord, quelques explications.

Les antibiotiques : comment ça marche ?

Nous avons dans le corps des microbiotes dont le plus important se trouve dans nos intestins. Cette flore, vivant en symbiose dans le milieu qui l’abrite, est constituée de bactéries, virus, parasites et micéliums (champignons microscopiques) pour un poids d’environ 2 kg et répond aux règles d’un écosystème particulier dont l’équilibre fragile joue un rôle déterminant pour la santé.

Un exemple : Sur les plusieurs centaines d’espèces différentes de bactéries, certaines sont extrêmement précieuses, car elles empêchent la multiplication excessive des champignons (mycoses) afin d’inhiber leur pouvoir pathogène.

La prise d’antibiotiques, dont le rôle est de tuer les bactéries lorsqu’il y a infection, va malheureusement entraîner aussi la mort de celles qui régulaient la quantité de ces mycéliums, eux-mêmes non sensibles aux antibiotiques.

Cela peut générer un foisonnement de champignons microscopiques très dangereux pour l’organisme car en proliférant, ils peuvent envahir les muqueuses vaginales, les poumons, le cerveau…

D’autre part, lorsqu’il y a surconsommation d’antibiotiques, certaines bactéries peuvent devenir insensibles à l’action de leur molécule; elles deviennent donc résistantes.

Voilà pourquoi aujourd’hui, après plus de 70 ans d’utilisation massive d’antibiotiques, certaines infections ne sont plus curables par ce traitement.  Il est donc essentiel de ne les utiliser que lors d’infections bactériennes (et non virales) graves. Car n’oublions pas que, dans la majorité de ces cas, les antibiotiques nous sauvent la vie !

Les solutions naturelles pour soigner le rhume

Comment peut-on remédier les affections sans recourir aux antibiotiques ?

Lors de petites infections comme les affections ORL, rhumes, sinusites, rhino…, quelques changements dans le mode de vie accompagnés de traitements naturels très efficaces aideront à combattre et guérir de ces pathologies, dans le cas où :

  • le malade ne souffre pas d’une surinfection, c’est-à-dire que son état général est bon,
  • le malade a de l’appétit,
  • le malade a une bonne réserve de forces physiques,

En cas d’infections ORL aiguës, il faudra agir sur 2 plans :

  • Aider son système immunitaire à être le plus efficient possible.
  • Combattre l’infection en oligothérapie 

1) Aider son système immunitaire

C’est lui qui combat et détruit tous les agresseurs qui peuvent mettre notre santé en danger. Lorsque l’infection est algüe et non chronique, l’une des causes majeures est la chute brutale de vitalité due, bien sûr, à un système immunitaire défaillant.

A partir de là, la porte est ouverte aux millions de bactéries et virus qui nous entourent.
Alors que faire?

A - Dispatcher toute sa vitalité sur le système immunitaire au détriment du système digestif et moteur.

On restera donc au repos, sans agression thermique (pièce trop chaude ou trop froide) et à la diète les premières 24 heures : aucune boisson ou aliments froids ; la diète au velouté de légumes et pomme de terre fait maison est excellente.

B - Apporter des compléments naturels pour doper le système immunitaire en plante :

L’échinacéa (plante fraîche chez SND) est excellente et en plus elle a un pouvoir anti-infectieux; on peut y ajouter du rosier bourgeon (Herbalgem), très efficace sur l’immunité.

En mycothérapie : les formules contenant plusieurs champignons par gélule comme le Reishi, le Cordyceps, le Mataiké sont remarquables sur l’immunité (Mico-Five chez Micosalud).

2) Combattre l’infection en oligothérapie 

Alterner cuivre/or/argent et manganèse/cuivre, un jour sur deux afin de réduire l’infection et l’inflammation.

En aromathérapie : c’est dans les problèmes infectieux et particulièrement dans les maladies ORL que les huiles essentielles sont reines !

Mais attention, les huiles essentielles peuvent aussi, si elles sont mal utilisées ou sur-dosées, devenir extrêmement dangereuses. Il faudra donc les utiliser en transcutané ou oralement, mais avec des gélules déjà préparées.

En transcutané :

C’est ce que je recommande pour les enfants. Ne pas dépasser 1 goutte par kg corporel par jour.

  • Si l’enfant pèse 10 kg, il faudra utiliser 9 à 10 gouttes par 24h soit 3 gouttes 3 fois par jour.
  • Pour un enfant de 12 kg : Choisir les huiles les plus antibactériennes et antivirales : Niaouli, tea tree, ravintsara, thymus vulgaris à thujanol.

Soit mélanger les 4 flacons de même quantité dans un flacon unique et prendre 4 gouttes du mélange,

Soit prendre 1 goutte des 4 huiles, ce qui fera également 4 gouttes. Les mélanger avec une huile végétale type amande douce, noisette, tournesol…, et les appliquer sur le thorax, le dos, les épaules et l’interface des bras. Le faire 3 fois par jour.

En gélules :

A réserver aux adolescents et adultes.

Je recommande les Bowel Remove de chez Biophénix, dosée à 100 mg par gélule. Par voix orale, ne pas dépasser les 5 mg par kg corporel. Pour une personne de 60 kg, la dose journalière sera donc de 300 mg pour la journée, soit 3 gélules.

IMPORTANT :
- Si au bout de 48 heures, il n’y a aucun progrès, voire une aggravation, il faut absolument consulter son médecin.
- Si l’affection ORL est chronique, il faudra rechercher les causes, souvent liées à une mauvaise alimentation, et les supprimer.

En espérant que vous passerez un bel hiver quand-même!

Ces "fameux" remèdes pour soigner le rhume : Vrai ou Faux ?

Par Véronique Thomazeau, naturopathe certifiée et validée du réseau MEDOUCINE.

BanniereMedoucine

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUM ORL ou Médecines douces !

A lire aussi :

> Antibiotiques : Et si vous optiez pour des alternatives ?
> Huiles essentielles : comment (bien) les utiliser
> Homéopathie pour l'enfant : l'essentiel à savoir
> 6 conseils pour ne pas ronchonner (et renifler) tout l'hiver


✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.