publicité

publicité

Névralgie d'Arnold : comment l'ostéopathie peut aider ?

Publié par : rédaction Onmeda (22. novembre 2017)

© iStock

Le nerf d’Arnold correspond au nerf grand occipital, au niveau de la 2ème vertèbre du cou. Lorsque ce nerf est irrité, comprimé, inflammé à son origine ou sur son trajet, la névralgie d’Arnold apparaît.

Cette douleur assez intense peut survenir à la suite de chocs, traumatismes directs/indirects du cou, ou encore lorsqu’un muscle ou un blocage des vertèbres vient pincer ce nerf à sa sortie de la colonne vertébrale.

La névralgie d’Arnold, aussi appelée arnoldalgie ou névralgie du grand occipital, est une atteinte d'un nerf périphérique situé à la base du crâne.

Manifestation et signes cliniques

La douleur suit le trajet du nerf entre le cou, l’arrière puis le sommet du crâne jusqu’au niveau de l’œil, et se manifeste par une sorte de décharge électrique et/ou de brûlure, intermittente ou continue. Elle est unilatérale et déclenche des maux de tête.

Il convient par ailleurs de noter que la névralgie d’Arnold rentre dans la famille des céphalées cervico-géniques : un problème mécanique du cou va déclencher les maux de tête.

En outre, on retrouve parfois une diminution de la sensibilité sur la zone du nerf grand occipital en question, mais aussi sur celle du nerf petit occipital jusqu’à l’oreille.

Pour mieux comprendre, un schéma du plexus cervical :

© Shutterstock

La prise en charge par l'ostéopathe

En cas de névralgie d’Arnold, l'ostéopathie peut aider à soulager les douleurs.

L'ostéopathe va palper la région cervicale à la recherche du déclenchement des symptômes en suivant le trajet de ce nerf. Le praticien va également évaluer la mobilité des vertèbres correspondantes ainsi que la tonicité des structures environnantes, afin de lever un éventuel blocage articulaire ou une contraction musculaire trop importante.

En outre, ces différents problèmes mécaniques peuvent également être la conséquence de mouvements répétés ou de troubles posturaux.

Il conviendra d’analyser la vue, l’ouïe, et les articulations dentaires du patient, puisque ces différentes régions interfèrent avec le positionnement de la tête, du cou et de la région entre le milieu du dos et les articulations du membre supérieur.

Votre ostéopathe, comme lors de chaque consultation, essaiera d’appréhender vos symptômes par une prise en charge régionale et globale de votre posture.

Il est toutefois conseillé d’effectuer un bilan chez un ophtalmologiste, ORL ou un occlusodontiste afin de lever durablement une hypertonie musculaire et un blocage articulaire en regard de la 2ème vertèbre cervicale.

Conseils et prévention

  • Les professions ayant recours à l’utilisation quotidienne de l’ordinateur sont à surveiller de près. En effet, il faut veiller à respecter une certaine horizontalité du regard et un alignement entre la tête, la colonne vertébrale et les membres supérieurs
  • Faites un bilan postural, si besoin, chez un ophtalmologiste, ORL ou occlusodontiste.
  • Faites un bilan préventif chez votre ostéopathe.

Auteur : Mathieu Willequet, ostéopathe à Sallanches, membre du réseau Oostéo.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Ostéopathie & Chiropratique ou Médecine douces !

A lire aussi :

> Quand consulter un ostéopathe ?
> L'ostéopathie pour nouveau-né
Sciatique pendant la grossesse : l'ostéopathe est votre premier allié !
> Cervicalgie : des causes aux traitements