publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

CLASTOBAN 300 mg/5 mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Rhumatologie
principes actifs: Clodronate de sodium
laboratoire: Bioprojet Europe Ltd

Solution injectable pour perfusion IV
Boîte de 5 Ampoules de 5 ml
Toutes les formes

Précautions d'emploi

Mise en garde

Atteintes rénales

Des atteintes rénales graves ont été rapportées, lors de l'administration par voie intraveineuse rapide de doses supérieures à celles préconisées.

Fractures atypiques du fémur

Des fractures fémorales atypiques sous-trochantériennes et diaphysaires ont été rapportées sous bisphosphonates, principalement chez des patients traités au long cours pour ostéoporose. Ces fractures transverses ou obliques courtes peuvent survenir sur n'importe quelle partie du fémur du dessous du petit trochanter jusqu'au dessus de la zone supracondylienne. Ces fractures surviennent après un traumatisme minime ou sans traumatisme, et certains patients présentent une douleur dans la cuisse ou l'aine, souvent associée à des signes radiologiques de fractures de stress, des semaines ou des mois avant la fracture fémorale. Les fractures sont souvent bilatérales ; par conséquent, le fémur controlatéral doit être examiné chez les patients traités par bisphosphonates ayant eu une fracture fémorale diaphysaire. Une mauvaise consolidation de ces fractures a été également rapportée. L'arrêt du traitement par bisphosphonates chez les patients chez lesquels une fracture fémorale atypique est suspectée, doit être envisagé en fonction de l'évaluation du bénéfice/risque pour le patient.

Durant le traitement par bisphosphonates, les patients doivent être informés que toute douleur au niveau de la cuisse, de la hanche ou de l'aine doit être rapportée et tous les patients présentant de tels symptômes devront être examinés pour rechercher une fracture fémorale atypique.

Précautions particulières d'emploi

Les patients doivent être correctement hydratés avant et pendant la période de traitement. La fonction rénale et la calcémie, doivent être surveillées régulièrement avant et pendant la période de traitement.

La durée pendant laquelle un taux de calcium sérique acceptable est maintenu après la perfusion de clodronate varie considérablement d'un patient à l'autre. La perfusion peut être répétée si nécessaire afin de contrôler le taux de calcium sérique ou bien un traitement par voie orale peut se révéler approprié.

Chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère, CLASTOBAN par voie intraveineuse doit être administré avec précaution et une diminution de la dose peut être nécessaire puisque l'élimination du clodronate est essentiellement rénale.

Une ostéonécrose de la mâchoire généralement associée à une extraction dentaire et/ou une infection locale (y compris une ostéomyélite) a été rapportée chez des patients cancéreux recevant un traitement par des bisphosphonates principalement administré par voie intraveineuse. Un grand nombre de ces patients  recevait aussi une chimiothérapie et des corticoïdes. Une ostéonécrose de la mâchoire a également été rapportée chez des patients traités pour ostéoporose recevant des bisphosphonates par voie orale.

Un examen dentaire avec des soins dentaires préventifs appropriés doit être envisagé avant un traitement par biphosphonates chez les patients ayant des facteurs de risques concomitants (par exemple : cancer, chimiothérapie, radiothérapie, corticoïdes, mauvaise hygiène buccodentaire).

Pendant le traitement, ces patients doivent éviter, si possible, les interventions dentaires invasives. La chirurgie dentaire peut aggraver l'état des patients développant une ostéonécrose de la mâchoire pendant un traitement par bisphosphonate. Pour les patients nécessitant une intervention dentaire, il  n'y a pas de données disponibles suggérant qu'une interruption du traitement par bisphosphonate réduise le risque d'ostéonécrose de la mâchoire.

Le jugement clinique  du médecin traitant doit guider la conduite à tenir pour chaque patient basée sur l'évaluation du rapport bénéfice/risque individuel.

Interactions avec d'autres médicaments

Médicaments néphrotoxiques

L'utilisation conjointe de médicaments ayant une toxicité rénale propre augmente le risque de néphrotoxicité. Si une telle association est nécessaire, il faut renforcer la surveillance biologique rénale.

Les médicaments concernés sont représentés notamment par les produits de contraste iodés, les aminosides, les organoplatines, le méthotrexate à fortes doses, certains antiviraux tels que la pentamidine, le foscarnet, les "ciclovirs", la ciclosporine ou le tacrolimus.

Associations faisant l'objet de précautions d'emploi

+ AINS ( voie générale, y compris les inhibiteurs de la cox-2) et acide acétylsalicylique > 1 g par prise et/ou 3 g par jour) : risque d'addition des effets néphrotoxiques, notamment chez le sujet âgé. Surveiller la fonction rénale en début de traitement par l'AINS.

+ Estramustine : risque d'augmentation des concentrations plasmatiques d'estramustine par le clodronate. Surveillance clinique au cours de l'association.

Associations à prendre en compte

+ Aminosides : risque d'addition des effets hypocalcémiants.

Autres interactions

Le clodronate forme des complexes peu solubles avec les cations divalents. De ce fait, il ne doit pas être administré par voie intraveineuse avec des solutions contenant des cations divalents comme la solution de Ringer.

Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les études effectuées chez l'animal ont mis en évidence un effet tératogène à doses élevées, avec des altérations osseuses touchant le squelette et les dents.
Lorsqu'il est administré pendant toute la gestation, ce médicament est à l'origine de troubles de la minéralisation osseuse, touchant principalement les os longs et se traduisant par des déformations angulaires. Le plus souvent, ces anomalies s'observent à doses élevées et sont réversibles après la mise bas. Cet effet est vraisemblablement à mettre au compte du mécanisme d'action de la molécule, par chélation du calcium.
En clinique, il n'existe pas actuellement de données suffisamment pertinentes pour évaluer un éventuel effet malformatif ou foetotoxique du clodronate lorsqu'il est administré pendant la grossesse.
En conséquence, l'utilisation du clodronate est déconseillée pendant la grossesse. Cet élément ne constitue pas l'argument pour conseiller une interruption de grossesse mais conduit à une attitude de prudence et à une surveillance prénatale orientée.
Allaitement :
En cas de traitement par ce médicament, l'allaitement est CONTRE-INDIQUE.

Comment ça marche ?

Le clodronate disodique administré par voie intraveineuse a une pharmacocinétique linéaire pour les posologies utilisées en clinique.
La clairance totale est approximativement de 110 ml/min.
La clairance rénale est de 90 ml/min.
Le clodronate disodique est excrété intact dans les urines.
Le clodronate disodique a une affinité très importante pour l'os et, chez l'animal, 20 à 40% se lient de façon très prolongée sur l'os.
Le volume de distribution est approximativement de 20 L.
Le clodronate disodique est peu lié avec les protéines du plasma.
Il n'y a pas de données concernant le passage dans le lait.