Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

EUPHYLLINE L.A. 50 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Pneumologie
principes actifs: Théophylline
laboratoire: Takeda

Gélule de microgranules à libération prolongée
Boîte de 30
Toutes les formes
1,40€* (remboursé à 30%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 2,22 €

Précautions d'emploi

Mises en garde spéciales

En raison des grandes variations interindividuelles du métabolisme de la théophylline, en particulier chez l'enfant, il est nécessaire d'adapter les doses en fonction de l'efficacité clinique, des effets indésirables et/ou des taux sanguins (voir rubrique Posologie et mode d'administration). Un surdosage peut résulter de doses inappropriées, de prises répétées à intervalles trop courts, ou d'une potentialisation par des médicaments associés, ou encore d'une diminution du métabolisme (voir rubriques Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions et Propriétés pharmacocinétiques).

La théophylline doit être utilisée avec grande prudence chez le jeune enfant qui est extrêmement sensible à l'action des bases xanthiques: des crises convulsives, des accidents neurologiques avec parfois des séquelles irréversibles et des décès ont été rapportés en cas de surdosage.

La théophylline per os ne constitue pas le traitement de la crise d'asthme. Un bronchodilatateur bêta 2 mimétique de courte durée d'action par voie inhalée devra être prescrit pour traiter les symptômes aigus d'asthme.

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au lactose.

Précautions d'emploi

Utiliser avec précaution et sous surveillance de la théophyllinémie en cas:

· d'insuffisance cardiaque aiguë (diminuer les doses en raison du risque de surdosage),

· de cardiomyopathie obstructive hypertrophique,

· d'insuffisance coronarienne,

· de tachyarythmie,

· d'obésité (adapter la posologie par rapport au poids idéal, voir rubrique Posologie et mode d'administration),

· de dysthyroïdie,

· d'insuffisance hépatique (diminuer les doses en raison du risque de surdosage),

· d'épilepsie,

· de fièvre prolongée de plus de 24 heures, au dessus de 38°C, en particulier chez le jeune enfant (diminuer la posologie de moitié en raison du risque de surdosage, par diminution de la clairance de la théophylline).

Euphylline contenant du lactose, ce produit ne doit pas être administré chez les patients souffrant de galactosémie ou du syndrome de malabsorption du glucose/galactose ou d'un déficit en lactase.

Interactions avec d'autres médicaments

Associations contre-indiquées

+ Enoxacine

Risque de surdosage en théophylline par diminution importante du métabolisme de la théophylline.

+ Millepertuis

Diminution des concentrations plasmatiques de la théophylline, en raison de l'effet inducteur enzymatique du millepertuis, avec risque de baisse d'efficacité voire d'annulation de l'effet dont les conséquences peuvent être éventuellement graves (survenue d'un trouble ventilatoire obstructif).

Associations déconseillées

+ Erythromycine

Risque de surdosage en théophylline par diminution de son élimination hépatique, plus particulièrement dangereux chez l'enfant. Il est possible d'utiliser d'autres macrolides (sauf spiramycine) dont l'interférence avec la théophylline au plan clinique est actuellement considérée comme minime ou nulle. En cas d'utilisation impérative d'érythromycine (en cas de légionellose, l'érythromycine reste l'antibiotique de référence), une surveillance clinique étroite, avec contrôle des concentrations plasmatiques de théophylline, est alors souhaitable en milieu spécialisé.

+ Viloxazine

Risque de surdosage en théophylline par diminution du métabolisme de la théophylline. Si l'association ne peut être évitée, une surveillance clinique étroite avec contrôle des concentrations plasmatiques de théophylline devra être réalisée.

+ Halothane

Troubles graves du rythme ventriculaire par augmentation de l'excitabilité cardiaque.

Associations faisant l'objet de précautions d'emploi

+ Allopurinol

En cas de posologie élevée d'allopurinol, risque d'augmentation des concentrations plasmatiques de théophylline par inhibition de son métabolisme.

Surveillance clinique et contrôle de la théophyllinémie jusqu'à deux à trois semaines après la mise en route du traitement par l'allopurinol; s'il y a lieu, adaptation de la posologie pendant le traitement par l'allopurinol.

+ Stiripentol, Tacrine, Thiabendazole, Ticlopidine, Pentoxifylline, Péfloxacine, Norfloxacine, Mexilétine, Fluvoxamine, Fluconazole, Ciprofloxacine, Cimétidine (aux doses supérieures ou égales à 800 mg/j)

Augmentation de la théophyllinémie avec risque de surdosage par diminution du métabolisme hépatique de la théophylline.

Surveillance clinique et éventuellement de la théophyllinémie; s'il y a lieu, adaptation de la posologie de la théophylline pendant le traitement.

+ Anticonvulsivants inducteurs enzymatiques, Rifampicine, Ritonavir

Diminution des concentrations plasmatiques et de l'efficacité de la théophylline par augmentation de son métabolisme hépatique par l'inducteur.

Surveillance clinique et si besoin de la théophyllinémie. Adaptation éventuelle de la posologie de la théophylline pendant le traitement par l'inducteur et après son arrêt.

+ Dipyramidole (par voie injectable)

Risque de réduction de l'effet vasodilatateur du dipyramidole par la théophylline. Interrompre un traitement par théophylline au moins 5 jours avant une imagerie myocardique avec le dipyramidole.

Associations à prendre en compte

+ Clarithromycine, josamycine, roxithromycine

Risque d'augmentation de la théophyllinémie, particulièrement chez l'enfant.

Grossesse et allaitement

Grossesse

L'utilisation de la théophylline peut être envisagée au cours de la grossesse, si besoin.

En effet, les données sur un nombre élevé de grossesses exposées sont rassurantes bien que les données animales soient insuffisantes.

La survenue d'une tachycardie, d'une agitation, d'une irritabilité et de vomissements est décrite chez le nouveau-né de mère traitée en fin de grossesse.

En raison des variations de la pharmacocinétique de la théophylline en cours de grossesse, une surveillance de la théophyllinémie est recommandée.

Allaitement

L'allaitement est déconseillé lors d'un traitement par théophylline du fait du risque d'accumulation chez le nouveau-né et de la survenue d'effets indésirables (hyperexcitabilité, tachycardie, vomissements).

Comment ça marche ?

Après administration orale, la théophylline est totalement absorbée.

La fixation aux protéines plasmatiques est d'environ 50 à 60 % (40 % chez le nouveau-né et l'adulte cirrhotique).

Le volume de distribution est de l'ordre de 0,45 à 0,50 l/kg. La théophylline n'est pas fixée dans le tissu adipeux.

La théophylline est éliminée par le rein après biotransformation hépatique (90 % de la dose absorbée). Chez l'adulte, 7 à 13 % du produit sont éliminés sous forme inchangée dans les urines.

En revanche, chez le nouveau-né, 50 % sont excrétés sous forme inchangée, ainsi qu'une quantité notable sous forme de caféine.

Les principaux métabolites sont l'acide diméthyl-1,3 urique (environ 40 %), la méthyl-3 xanthine (environ 36 %) et l'acide méthyl-1 urique (environ 17 %). La méthyl-3 xanthine est le seul métabolite à avoir une activité pharmacologique, bien que plus faible que celle de la théophylline.

La demi-vie plasmatique de la théophylline peut varier considérablement d'un individu à l'autre.

Elle varie notamment en fonction de l'âge, elle est plus faible chez l'enfant (3 - 5 heures) que chez l'adulte (7 - 9 heures, 4 - 5 heures chez l'adulte fumeur). Elle est, par contre, considérablement augmentée chez le prématuré (plus de 24 heures) et le nouveau-né.

Elle est augmentée en cas d'insuffisance hépato-cellulaire sévère, de défaillance cardiaque aiguë, d'insuffisance respiratoire, d'obésité, d'infection aiguë des voies aériennes supérieures ou d'obstruction bronchique sévère, de fièvre.

Elle est diminuée chez le fumeur, et en cas de régime riche en protides.

La théophylline traverse la barrière foeto-placentaire. Au cours de la grossesse, au fur et à mesure de son avancement, le volume de distribution de la théophylline s'accroît, avec diminution de la fixation aux protéines et de la clairance, ce qui peut nécessiter une réduction de la dose pour éviter les effets indésirables.

La théophylline passe dans le lait, où elle est retrouvée à des taux d'environ 75 % des taux plasmatiques, ce qui, en fonction de la clairance de l'enfant et de la concentration plasmatique maternelle, peut conduire à une accumulation chez l'enfant allaité.