publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

IDEOLAXYL

Médicament non soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Gastro-Entéro-Hépatologie
principes actifs: Aloès, Séné
laboratoire: Omega Pharma France

Comprimé enrobé
Boîte de 20
Toutes les formes

Précautions d'emploi

- Le traitement médicamenteux de la constipation n'est qu'un adjuvant au traitement hygiénodiététique :
. enrichissement de l'alimentation en fibres végétales et en boissons (eau),
. conseils d'activité physique et de rééducation de l'exonération.
- Chez l'enfant, la prescription de laxatifs irritants doit être exceptionnelle : elle doit prendre en compte le risque d'entraver le fonctionnement normal du réflexe d'exonération.
- Une utilisation prolongée d'un laxatif est déconseillée (ne pas dépasser 8 à 10 jours de traitement).
- La prise prolongée de dérivés anthracéniques peut entraîner deux séries de troubles :
. la "maladie des laxatifs" avec colopathie fonctionnelle sévère, mélanose rectocolique, anomalies hydro-électrolytiques avec hypokaliémie ; elle est très rare,
. une situation de "dépendance" avec besoin régulier de laxatifs, nécessité d'augmenter la posologie et constipation sévère en cas de sevrage ; cette dépendance, de survenue variable selon les patients, peut se créer à l'insu du médecin.
- En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
- Ce médicament est généralement déconseillé dans les situations suivantes :
. chez l'enfant de 10 à 15 ans,
. en association avec du sultopride (voir rubrique interactions).
- Associations faisant l'objet de précautions d'emploi : autres hypokaliémiants ; digitaliques ; médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes (sauf sultopride) [amiodarone, amisulpride, bépridil, chlorpromazine, cisapride, cyamémazine, diphémanil, disopyramide, dofétilide, dropéridol, érythromycine IV, halofantrine, halopéridol, hydroquinidine, ibutilide, lévomépromazine, luméfantrine, méthadone, mizolastine, moxifloxacine, pentamidine, pimozide, quinidine, sotalol, spiramycine IV, sulpiride, thioridazine, tiapride, véralipride, vincamine].

Interactions avec d'autres médicaments

MEDICAMENTS HYPOKALIEMIANTS :
L'hypokaliémie est un facteur favorisant l'apparition de troubles du rythme cardiaque (torsades de pointes, notamment) et augmentant la toxicité de certains médicaments, par exemple la digoxine. De ce fait, les médicaments qui peuvent entraîner une hypokaliémie sont impliqués dans un grand nombre d'interactions. Il s'agit des diurétiques hypokaliémiants, seuls ou associés, des laxatifs stimulants, des glucocorticoïdes, du tétracosactide et de l'amphotéricine B (voie IV).
ASSOCIATION DECONSEILLEE (voir mises en garde et précautions d'emploi) :
Sultopride :
Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
ASSOCIATIONS FAISANT L'OBJET DE PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Autres hypokaliémiants :
Risque majoré d'hypokaliémie.
Surveillance de la kaliémie avec si besoin correction, notamment en cas de traitement digitalique.
- Digitaliques :
Hypokaliémie favorisant les effets toxiques des digitaliques.
Corriger auparavant toute hypokaliémie et réaliser une surveillance clinique, électrolytique et électrocardiographique.
- Médicaments susceptibles de donner des torsades de pointes (sauf sultopride) : (amiodarone, amisulpride, bépridil, chlorpromazine, cisapride, cyamémazine, diphémanil, disopyramide, dofétilide, dropéridol, érythromycine IV, halofantrine, halopéridol, hydroquinidine, ibutilide, lévomépromazine, luméfantrine, méthadone, mizolastine, moxifloxacine, pentamidine, pimozide, quinidine, sotalol, spiramycine IV, sulpiride, thioridazine, tiapride, véralipride, vincamine).
Risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes.
Corriger toute hypokaliémie avant d'administrer le produit et réaliser une surveillance clinique, électrolytique et électrocardiographique.

Grossesse et allaitement

Grossesse :
Compte tenu des données disponibles, il est préférable, par mesure de prudence, d'éviter d'utiliser IDEOLAXYL au cours de la grossesse quel qu'en soit le terme.
En effet :
- Pour l'aloès : il n'y a pas de données fiables de tératogenèse chez l'animal.
En clinique, le suivi de grossesses exposées à l'aloès est insuffisant à ce jour pour évaluer le risque malformatif (ou foetotoxique) avec précision.
Toutefois, aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier n'est actuellement rapporté.
- Pour le séné :
Les études chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène. En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu. En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations dans l'espèce humaine se sont révélées tératogènes chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces.
En clinique, l'utilisation du séné au cours d'un nombre limité de grossesses n'a apparemment révélé aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier à ce jour. Toutefois, des études complémentaires sont nécessaires pour évaluer les conséquences d'une exposition au cours de la grossesse.
Allaitement :
Le passage des principes actifs de l'aloès et du séné dans le lait maternel n'est pas connu.
En conséquence, il est préférable, par mesure de prudence, d'éviter d'utiliser IDEOLAXYL au cours de l'allaitement.

Ideolaxyl existe aussi sous ces formes

Ideolaxyl