Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

IRBESARTAN/HYDROCHLOR BIOGARAN 300 mg/25 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Coaprovel
Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Irbésartan, Hydrochlorothiazide
laboratoire: Biogaran

Comprimé pelliculé
Boîte de 90
Toutes les formes
20,03€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 20,85 €
Tous les génériques

Précautions d'emploi

H y p o tension - patients h y p ovolé m iques : IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN a rar e ment été associé à une h y potension s y m p tomatique chez les patients h y pertendus sans autre facteur de risque d' h y p o t ension. Une h y potension s y m p to m atiq u e peut survenir chez les pa t ients présent a nt une d é plétion sodée et/ou une h y p o volé m ie secondaire à un traitement diurétiqu e , un e ali m entati o n h yposodée, une diarrhée ou des vo m issements. Ces an o m a l ies doivent être corrigées avant l ' initiation du traite m e nt par IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN.

Sténose de l' a rtère rénale - H y p e rtension artérielle ré n ovasculaire : il existe un risque accru d'h y potension sévère et d ' insuffisance ré n ale lorsque des patients présentant une sténose bilatér a le de l'ar t ère réna l e ou une sténose artér i elle r énale sur rein fonction n ellement unique, sont traités par inhibiteurs de l ' enz y me de conversion ou antagonist e s des récepteurs de l ' angiotensine-II. Bien que l ' on n ' ait pas de données de cet y pe avec l ' utilisation d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN, on devrait s ' attendre à un effet s i m ilaire.

Insuffisance r énale et tran sp lantation rénale : quand IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN est utilisé chez les patients présentant une altération de la fonction r é nale, un c ontrôle périodique des taux sériques de potassi u m , de créatinine et d'acide uri qu e est rec o mmandé. Aucune expérience n'est disponible concernant l ' utilisation de IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN chez les patients a y ant eu une transplantation rénale récente. IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN ne doit pas être utilisé chez les patients a y ant une insuff i sance réna l e sévère (clairance de la créat i nine < 30 m l/ m in) (voir rubr i que Contre-indications). Une hy p erazoté m i e liée à la prise de diurétiqu e s thiazidiques peut survenir chez des patients atteints d ' une altération de la fonction r é nale. Une adaptation p o so l ogiquen ' est pas nécessai r e chez l es patients dont la clairance de la créati n ine est ≥ 30 ml/ m in. Cependant, chez les pati e nts a y ant une insuffisance r énale l é gère à m odé r ée (cl a irance de la c réatinine ≥ 30 m l / min mais < 60 m l / min), cettea s sociation à dose fixe doit être a d m inistr é e avec pré c aution.

Insuffisance hépatique: il convient d 'ut i liser les thiaz i diques avec prudence chez les patients présentant une insuffisance hépatique ou une m a l ad i e évolutive du foie car des al t érations, m ê me discrètes, de l ' équilibre hydro-électrol y t i que peuvent déclencher un coma hépat i que. Il n'exis t e pas de données clin i ques dispon i bles avec IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN c h ez les patients insuffisants hépatiques.

Sténose de la valve aortique et m itra l e, cardio m y opathie obstructive h y pertrophique : comme av ec les autres vasodilatateurs, une prudence particulière est i n diquée chez les patients s o uffrant de sténose aortique ou m itrale ou de cardio m yopat h ie obstructive h y pertro p h i q ue.

H y peraldost é ronisme primaire : les patients avec hyperaldosté r onisme pri m aire ne répondent généralement pas aux médicaments antihypertenseurs agissant par l'inte r m édiaire de l ' inhibition du s y stème rénine-angiotensine. En conséquence, l ' utilisation d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN n'est pas rec o mmandée.

Effets métaboliques et endocriniens: les th iazidiques sont susceptibles d'entraîner une intolérance au glucose. Chez les diabétiques, une adaptation de la p o sologie de l ' insuline ou des hyp o g l y cémiants oraux peut se révéler néc es saire. Un diabète sucré l a tent peut se révéler à l ' occasion d ' u n traitement par thiazidique.

Des au g mentations des taux de cholestérol et de triglycérides ont été observées s ous trait e m e n t par diurétiques t h iazidiques. Cependant, à la dose de 12 , 5 m g contenue dans IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN, des effets min i m es voire aucun effet ont été signalés.

Une hyperur i cé m i e peut survenir ou une crise de goutte peut être déclenchée chez certains patients recevant des diurétiques thiazidiques.

Equilibre hydroélectrol y tique : pour t out patient sous t raitement diurétique, une surveillance régulière des électrol y tes sériques se ra effectu é e à intervalles a ppropriés.

Les thiazidiques, dont l ' hydrochloro t hiazide, peuv e nt provoquer un déséquilibre h y droélectro l y t i que (h y p okalié m i e, h y ponatrémie et a l calose hypoch l o r émique). Les signes d ' alerte d'un déséquilibreh y droélectro l y t i que sont sécheresse de la bouche, soif, faiblesse, lé th argie, so m n olence, agitation, douleurs m u sculaires ou cra m pes, fatig u e m u sculaire, h y potensi o n , oligurie, tach y cardie et tr o ubles gastro-intestinaux tels que nausées et vomis se ments.

L'h y pokali é mie induite par les thiazidiques peut ê t re réduite par l'a s sociation de ces diurétiques à l ' irbésartan. Le risque d' h ypokalié m ie est plus i m portant chez les patients porteu r s d' u n e cirrh o se hépatique, chez les patien t s présentant une diurèse i mportante, chez les patients qui reçoivent des prises orales in adéquates d'électrol y tes et chez les pat i ents traités s i m u lta n é m ent par des corticostéroïdes ou par l' A CTH. Inver s e ment, une hyperkali é m ie p eut s u rvenir du fait de l'irbésartan, c o m posant d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN, en particulier en présence d ' insuffisance rénale et/ou d ' insuffisance cardiaque et de diabète sucré. Un contrôle approprié du potassi u m sérique chez ces patients à risque est rec o mma n d é. Les diurétiques d ' épar g n e potassique, les suppléments en potassium ou les s u bstituts salés contenant du potassium doivent êt r e a d m inistrés avec prudence avec IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN (voir rubrique 4 .5).

Il n ' est pas d é m ontré que l ' i rbésartan puisse réduire ou prévenir une h y ponatré m ie induite par les diurétiques. Une déplétion chlorée est en général p e u i m portante et dans la plupart des cas, ne requiert aucun traitement.

Les thiazidiques peuvent r éduire l ' excrétion ur i n aire de calci u m et prov o quer u n e élévation légère et transitoire de la calcé m ie en l ' absence de désor d re connu d u m étabolis m e calcique. Une hypercalcémiei m portante peut être le s y mptô m e d'une h y perparathyroïdie m a squée. Les thiaz i diques doivent être interro m pus avant d ' exp l orer la fonction parath y r oïdi e nne.

Une au g m entation de l ' élimination uri n aire du mag n ési u m a y ant été d é m ontrée avec les thia z idiques, il peut en résulter une h y pomagnés é m i e.

Lithiu m : l'association du li t hium et d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN est déconseillée (voir rub r ique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Test antidopage: ce m édicament contient de l ' h y d r och l oro t hiazide, p rincipe actif pouvant i ndui r e une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopage.

Général : chez les patients dont la tonicité vasculaire et la fonction r é nale dépendent de façon prédo m inante de l ' activité du s y stème rénine-ang i otensine-aldosté r one (par exe m p l e les pati e nts présentant une insuffisance cardiaque congestive sévère ou une m a l adie rénale s o us-jacente, y c o m p ris une sténose des artères ré n ales), le traitement par inhibiteurs de l ' e n z y m e de conversion ou antagonistes des récepteu r s de l ' angiotensine-II agiss a nt sur ces y stè m e a été associé à une hypotension aiguë, une azoté m ie, une oligurie ou, rare m e nt, à une insuffisance r énale aiguë. C o mme avec n ' i m porte quel agent antihypertenseur, une baisse b r utale de la pression artérie l le chez des patients porteurs d ' une cardiopathie isché m ique ou d ' u n e m a l adie cardiovasculaire ischémique pourrait entraîner un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire c éré b ral.

Des réactions d'h y persensibilité à l ' h y d r ochlorothiaz i de peuvent survenir chez des patients a v ec ou sans anté c éd e nts allergiques ou d ' asth m e bronchique. Cependant, ces ré a ctions allergiques sont plus vrais e m b lab l es chez l e s p a tients présentant de tels antécédents.

Des cas d ' exacerbation ou d ' activation de lupus é r y t h é m ateux dissé m iné ont été rapportés lo r s de l ' utilisation de diurétiques thiazidiques.

Des cas de réactions de photosensibilité ont été rapportés avec les diurétiques thiazidiques (voir rubrique 4 .8). Si de telles réactions surviennent du r ant le trait e ment, il est rec o mmandé d ' arrêter celui-ci. Si la reprise du trait e m e nt par diurétique est jugée néces s aire, il est rec o mmmandé de prot é g er les zones exposées au soleil ou aux UVA artificiels.

Gross e sse: les inhibiteurs des récepteu r s de l ' ang i ote n sine II (ARAII) dont IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN ne doivent pas être débutés a u cours de la grossesse. A m o ins que le trait e ment par ARAII ne s o it considéré comme essentiel, il e s t rec o mmandé de m odifier le trait e ment antih y p ertenseur chez les p atientes qui envisagent une grossesse pour un m édica m ent a y ant un prof i l de s écurité établi pendant la g r ossesse. En cas de diagnostic de g r ossesse, le traite m ent p a r un ARAII doit être arrê t é i mmédiatement et si néces s aire un trait e m ent al t ernatif sera d ébuté (voir rubriques Contre-indications et Grossesse et allaitement).

Lactose : ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

Myopie Aig u ë et Glauc o me Aigu Secondaire à Angle Fer m é: l e s médic a ments à base de sulf a m ides ou de dérivés de sulfa m ide, peuvent p r ovoquer une réaction idio s y ncratique donnant lieu à une m y opie transitoire et à un glaucome aigu à angle fe r m é. L ' h y drochlorothia z ide étant une sulf a m ide, s e uls des cas isolés de glaucome aigu à angle fermé ont été rapportés jusqu ' alors avec l ' hydrochlo r oth i azide. Les s y m p tômes incluent l ' apparition so u d ai n e d ' une rédu c tion de l ' acuité visuelle ou d ' une do u leur o culaire et surviennent en règle générale dans les heures ou les s e maines s u ivant le début du traitement. Un glaucome aigu à angle fermé non traité peut in d u ire u n e perte de la vision per m anente. La première mesure à adopter est l'arrêt du t r aitement le plus rapi d e m ent possible. Un recours rapide à un trait e ment m é dic a m enteux ou à la chirurgie peut s ' av é rer néce s saire si la pression intraoculaire reste incontrôlée. Les fac t eurs de risque de survenue d ' un glaucome aigu à angle fermé peuvent inclure les antécédents d ' al l ergies aux sulfa m ides ou à la pénicilline (voir rubrique Effets indésirables).

Interactions avec d'autres médicaments

Autres antihypertenseurs : l'effet antihypertenseur d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN peut être augmenté lors de l'utilisation simultanée d'autres antihypertenseurs. L'irbésartan et l'hydrochlorothiazide (à des doses allant jusqu'à 300 mg d'irbésartan et 25 mg d'hydrochlorothiazide) ont été administrés sans problème de tolérance avec d'autres antihypertenseurs dont les antagonistes calciques et les bêtabloquants. Un traitement préalable par des diurétiques à dose élevée peut provoquer une hypovolémie et un risque d'hypotension lorsqu'un traitement par l'irbésartan avec ou sans diurétiques thiazidiques est instauré, sauf si la déplétion volémique est préalablement corrigée (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Lithium : des augmentations réversibles des concentrations sériques et de la toxicité du lithium ont été rapportées avec les inhibiteurs de l'enzyme de conversion. A ce jour, des effets similaires ont été très rarement rapportés avec l'irbésartan. De plus, la clairance rénale du lithium étant réduite par les thiazidiques, le risque de toxicité du lithium est majoré avec IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN. Par conséquent, l'association de lithium et d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN est déconseillée (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Si cette association se révèle nécessaire, une surveillance stricte de la lithémie est recommandée.

Médicaments modifiant la kaliémie : la déplétion potassique due à l'hydrochlorothiazide est atténuée par l'effet épargneur de potassium de l'irbésartan. Cependant, on peut s'attendre à ce que cet effet de l'hydrochlorothiazide sur la kaliémie soit potentialisé par d'autres médicaments qui induisent une perte potassique ou une hypokaliémie (tels que les diurétiques hypokaliémiants, les laxatifs, l'amphotéricine B, le carbenoxolone, la pénicilline G sodique). A l'inverse, en se fondant sur l'expérience acquise avec les autres médicaments intervenant sur le système rénine-angiotensine, l'administration concomitante d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN avec des diurétiques d'épargne potassique, une supplémentation en potassium, des sels de régime contenant du potassium ou d'autres médicaments qui peuvent augmenter les taux de potassium plasmatique (par exemple héparine sodique) peut donner lieu à une élévation de la kaliémie.Il est recommandé une surveillance adéquate du potassium sérique chez les patients à risque (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Médicaments dont l'effet est influencé par des perturbations de la kaliémie : un dosage régulier de la kaliémie est recommandé lorsqu'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN est administré avec des médicaments dont l'effet est influencé par des perturbations des concentrations sériques de potassium (par exemple digitaliques, antiarythmiques).

Anti-inflammatoires non stéroïdiens : lorsque les antagonistes de l'angiotensine II sont administrés simultanément avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (c'est-à-dire les inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase de type 2 (COX-2), l'acide acétylsalicylique (> 3 g/jour) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens non sélectifs), une atténuation de l'effet anti-hypertenseur peut se produire.

Comme avec les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, l'utilisation concomitante des antagonistes de l'angiotensine II et des anti-inflammatoires non stéroïdiens non sélectifs peut accroître le risque de détérioration de la fonction rénale, avec une possibilité d'insuffisance rénale aiguë, et une augmentation du potassium sérique en particulier chez les patients présentant une fonction rénale préalablement altérée. L'association devra être administrée avec prudence, en particulier chez les personnes âgées. Les patients devront être correctement hydratés et une surveillance de la fonction rénale devra être envisagée après l'initiation de l'association thérapeutique, puis périodiquement.

Autres informations sur les interactions de l'irbésartan : dans les études cliniques, la pharmacocinétique de l'irbésartan n'a pas été modifiée par l'administration simultanée d'hydrochlorothiazide. L'irbésartan est principalement métabolisé par le CYP2C9 et dans une moindre mesure par glucuronidation. Il n'a pas été observé d'interactions pharmacocinétique et pharmacodynamique significatives quand l'irbésartan a été administré simultanément avec la warfarine, un médicament métabolisé par le CYP2C9. Les effets des inducteurs du CYP2C9, tels que la rifampicine, sur la pharmacocinétique de l'irbésartan n'ont pas été évalués. La pharmacocinétique de la digoxine n'a pas été altérée par l'administration simultanée d'irbésartan.

Autres informations sur les interactions de l'hydrochlorothiazide : les médicaments suivants peuvent avoir une interaction lorsqu'ils sont administrés simultanément avec les diurétiques thiazidiques :

Alcool : une potentialisation de l'hypotension orthostatique peut survenir ;

Antidiabétiques (médicaments oraux et insulines) : une adaptation posologique de l'antidiabétique peut être nécessaire (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi) ;

Résines : colestyramine et colestipol : l'absorption de l'hydrochlorothiazide est altérée en présence de résines échangeuses d'anions. IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN doit être pris au moins une heure avant ou quatre heures après ces médicaments ;

Corticostéroïdes, ACTH : une déplétion électrolytique, et en particulier, une hypokaliémie, peut être aggravée;

Digitaliques : l'hypokaliémie ou l'hypomagnésémie induite par les thiazidiques favorise l'apparition de troubles du rythme cardiaque induits par les digitaliques (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi) ;

Anti-inflammatoires non stéroïdiens : l'administration d'un anti-inflammatoire non stéroïdien peut réduire les effets diurétiques, natriurétiques et antihypertenseurs des diurétiques thiazidiques chez certains patients ;

Amines vasopressives (par exemple noradrénaline) : l'effet des amines vasopressives peut être atténué, mais pas suffisamment pour en exclure l'usage ;

Myorelaxants non-dépolarisants (par exemple tubocurarine) : l'effet des myorelaxants non dépolarisants peut être potentialisé par l'hydrochlorothiazide ;

Médicaments hypo-uricémiants : une adaptation de la posologie des médicaments hypo-uricémiants peut s'avérer nécessaire puisque l'hydrochlorothiazide peut élever le taux d'acide urique sérique. Une augmentation du dosage de probénécide ou de sulfinpyrazone peut être nécessaire. L'administration simultanée de diurétiques thiazidiques peut augmenter l'incidence des réactions d'hypersensibilité à l'allopurinol ;

Sels de calcium : en réduisant l'élimination du calcium, les diurétiques thiazidiques peuvent augmenter la calcémie. Dans le cas où une supplémentation calcique ou des médicaments épargneurs de calcium (par exemple traitement par la vitamine D) doivent être prescrits, il est nécessaire de surveiller le taux de calcium sérique et d'adapter la posologie du calcium en fonction des résultats;

Carbamazépine : l'administration concomitante de carbamazépine et d'hydrochlorothiazide a été associée à un risque d'hyponatrémie symptomatique. Il est nécessaire de surveiller les électrolytes en cas d'administration simultanée. Si possible, une autre classe de diurétiques doit être utilisée.

Autres interactions : l'effet hyperglycémiant des bêtabloquants et du diazoxide peut être augmenté par les thiazidiques. Les agents anticholinergiques (tels que l'atropine, le bépéridène) peuvent augmenter la biodisponibilité des diurétiques thiazidiques par diminution de la motilité gastro-intestinale et de la vitesse de vidange gastrique. Les thiazidiques peuvent augmenter le risque d'effets indésirables de l'amantadine. Les thiazidiques peuvent réduire l'excrétion rénale des médicaments cytotoxiques (tels que cyclophosphamide, methotrexate) et potentialisent leurs effets myélosuppressifs.

Grossesse et allaitement

Gross e sse :

Antagonistes des récepteurs de l'angiot e n sine-II (ARAII) :

L ' utilisation des ARAII est décons e illée pendant le 1 e r trimestre de la grossesse ( voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). L ' utilisation des ARAII e s t contre-indiquée aux 2ème et 3 è m e tr i mestres de la g r osses s e (voir rubriques 4 . 3 et Mises en garde et précautions d'emploi).

Les données épidé m iolog i ques dispon i bles concerna n t le risque de malfo r m a tion après exposition aux IEC lors du 1er tr i m est r e de la grossesse ne p e rmette n t pas de conclure. Cependant une petite augmentation du risque de malform a tion congénitale ne peut être exclue. Il n ' ex i ste pas d'étu d es épidé m iolog i ques dispon i bles concerna n t l'utilisat i on des ARAII au 1er trimestre de la grossesse, cependant un risque s i m ila i re aux IEC pourrait exi s ter pour cette classe. A m o ins que le traitement avec un AR A II soit considéré c o mme es sentiel, il est rec o mmandé de m odifier l e trait e ment antih y p ertenseur chez les p atientes qui envisagent une grossesse pour un m édicament a y ant un profil de sécurité é t abli pendant l a grossesse. En cas de d i agnostic de gro s sesse, le traitement par un ARAII doit être arrêté i mmédiat e ment et si né c essai r e un trait e m ent alter n atif sera débuté.

L ' exposition aux ARAII au cours des 2è m e et 3è m e t r i m est r es de l a grossesse est connue pour entraîner une foetotoxicité (di m inution d e la fon c tion r énale, oligo h ydra m nios, retard d'ossification des os du crâne) et une to x icité chez le n ouvea u -né (i n suffisance ré n ale, hypotens i on, h yperkal i é m ie). (Voir rubr i que Données de sécurité précliniques).

En cas d ' exposition aux ARAII à partir du 2è m e tr im estre de la g r ossesse il est rec o mmandé de faire une échographie foetale afin de vérifier la f onction ré n ale et les os d e la voute du crâne.

Les nouveau-nés de m ère t raitée par un inhibiteur des récepteurs de l ' ang i otensine II doivent ê t re surveillés sur le plan tensionnel (voir r u b riques Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi).

Hydrochlorothiazide :

Les données concernant l'utilisation de l ' hydroch l orothiazide pendant la grossesse, et particulièrement pendant le 1 er trimestre, s o nt li m ité e s. Les études an i mal e s sont insuffisantes.

L ' hydrochlorothiazide traverse la barr i è r e placentaire. C o mp te tenu du m é cani s me d ' action pharmacologique de l ' hyd r ochlorothiaz i de, son utilis a tion au cours des 2 è m e et3 è m e tr i m estres de grossesse pe u t di m inuer la perfusion foeto-placentaire et entraîner des effe t s foet a ux et néonat a ux tels qu'un ictère, un déséquilibre élec t rol y tique et une thro m bopénie.

L'hydroch l o r othiazide ne doit pas être utilisé pour t r aiter l'oedème gestationnel, l'hypertension gestationnelle ou la préécla m p sie en raison du risque de di m inution de la volémie et de l ' hypoperfusion placentaire, sans effet b én é fique sur l ' évolution de la m aladie.

L ' hydroch l o r othiazide ne doit pas être utilisé pour t r aiter l ' hypertension artérielle essentiel l e chez les f e mmes ence i ntes sauf dans les rar e s c a s où aucun autre trait e ment n ' est possibl e .

IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN contenant de l 'h y droch l oro t hiazide, il n 'est pas rec o mmandé durant le pr e m ier tr i mest r e de la grosses s e. Un chang e m e nt pour un trait e m ent alt e r n atif adapté devra être eff e c t ué avant d ' envisager une grossess e .

Allaitement :

Antagonistes des récepteurs de l'angiot e n sine-II (ARAII) :

Aucune info r mation n'étant dispon i ble concern a nt l'u t ilisation d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN au cours de l'allaitement, IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN n'est pas rec o mmandé. Il est conseillé d'u t iliser des trai t e m ents al t ernatifs a y ant un p r o f il de sécurité mieux établi au cours de l'allaitement, en particulier pour l ' allaitement des nouveau-nés et des pré m aturés.

On ignore si l' irbésartan et ses métabolites sont excré t és dans le lait chez la femme. Les données pharmacod y na m iques et t o xicolog i ques disponibles chez le rat, ont m ontré que l'irbesartan et ses métabolites sont excrétés dans le lait (voir rubri q ue 5 . 3).

Hydrochlorothiazide :

L'hydroch l o r othiazide est excrété dans l e lait m at e rnel en petite quantité. Les diurétiques thiazidiques à fortes doses provoquant une diurèse intense peuvent inhiber la production de lait. L'utilisation d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN au cours de l ' allaite m ent n'est pas rec o mmandé. Si IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN est utilisé au cours del ' allaitement, les doses utilisées doivent être les plus f aibles possibles.

Fécondité :

L ' irbésartan n ' a pas présen t é d ' ef f ets sur la fécon d ité des rats trai t és et leurs descendances jusqu ' aux doses entraînant les pr e m i ers signes de toxicité parentale (voir rubrique Données de sécurité précliniques).

Effet sur la conduite de véhicules

Aucune étude n'a été réalisée sur les effets de l'irbésartan sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. En se basant sur ses propriétés pharmacodynamiques, il est peu probable que l'irbésartan affecte cette aptitude. Lors de la conduite de véhicules ou l'utilisation de machines, il devra être pris en compte que des vertiges ou de la fatigue peuvent survenir lors du traitement.

Comment ça marche ?

L'ad m inistration conco m itante de l ' h y d r ochlorothiaz i de et de l ' irbésartan n'a pas d'effet sur la pharmacoci n étique de chacun des médicaments.

L ' irbésartan et l'h y droch l orothiazide sont des m édic a ments actifs par voie orale et ne nécessi t ent pas de biotransfo r mation pour ê tre actifs. Après a d m inistration orale d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN, l a biodisponibilité absolue est r e spectiv e ment de 60-80% et 50-80% p o ur l ' irbésartan et l ' h y d r ochlo r othiazide. Les al i m ents ne m odifient pas la biodispon i bilité d'IRBESARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE BIOGARAN. Les p i cs de concentrations plasmatiques sont atteints 1,5 à2 heures après a d m inistration orale pour l ' irbésar t an et1 à 2,5 heures pour l ' h y droch l or o thiazide.

La liaison de l ' irbésartan aux pr o téines plas m atiques est de l ' ordre de 96 % , avec une liaison négligeable aux cellules sanguines. Le volu m e de d i s t ribution de l ' irbésartan est de 53 à 93 lit r es. La liaison de l ' hydrochloro t hiazide aux pro t éines plasm a tiques est de 68 % , et son v o lume appare n t de distribution est de 0,83 à 1 , 14 l/ k g.

L ' irbésartan présente une pharmacoci n étique linéaire et proportionnelle à la d o se dans une fourchette de 10 à 600 m g . A des doses supérieu r es à 600 m g , on observe une augmentation m o ins que proport i onne l le de l ' absorption orale: la cause en est i n connue. La clairance totale et la clairance rénale sont respective m ent de 157-176 et 3 - 3,5 ml / m in. La de m i-vie d ' élimination terminale de l ' i r bésartan est 11-15 heures. Les concentrations plas m atiques à l 'é t at d'équilib r e sont atteintes trois jours après le début d'un tr a it e m ent en une seule prise p a r jour. Une acc u m u lation li m i t ée d'irbésartan ( < 20 % ) est observée dans le plasma après a d m inistration rép é tée d ' une dose unique par j ou r. Dans une étude, des concentrations pla s m atiqu e s d ' irbésartan un peu plus é levées furent observées ch e z des f e mm e sh y pertendues. Cependant, il n'y a pas eu de différence concernant la de m i-vie et l'acc u m u lationd ' irbésartan. Aucun ajustement posologique n ' est nécessai r e chez l a f e mme. L e s valeurs des AUC et C m ax de l'irb é sartan ont été un peu p l us élevées ch e z l e s sujets âgés ( > 65 ans) que chez les suje t s jeunes (18-40 ans). Cependant, la de m i- v ie ter m i n ale n ' a pas été significativ e m e n t m odifiée. Au cun ajust e ment posologique n ' est néce s saire chez la pers o nne âgée. La d e m i-vie pla s matique m oyenne de l ' h y droch l or o thiazide varie entre 5 et 15 heures.

Après a d m in i stration orale ou intravein e use d ' irbésartan marqué au 1 4 C, 80 à 8 5 % de la radioactivité pla s m atique c irculante peut être attribuée à l'irbé s a rtan inchangé. L'irbésartan est métabolisé p a r le foie par g l y curonoconjugaison e t oxydation. Le m étabolite circulant principal est le glucuronide d ' irbésartan (approxi m ati v e m ent 6%). D es études in vitro ont m ontré que l ' irbésartan est o x y d é principale m e nt par l ' isoenz y m e CYP2C9 du c y t ochr o me P450; l ' isoenz y m e CYP3A4 a un ef f et négligeable. L ' irbésartan et ses métabolites sont él i m in és par voie biliaire et réna l e. Après a d m inistration orale ou intraveineuse d'irbésartan m a rqué au 1 4 C, a pproxi m ativement 20% de la radioactivité sont retrouv é s dans les urines et la radioactivité resta n te dans les fèces. Une quantité inférieure à 2% de la dose est excré t ée dans les urines sous for m e d ' irbésartan inchangé. L ' h y droch l o r othiazide n ' est pas m étabolisé, m ais est éli m iné rapidement par le rein. Au m o ins 61% de la dose orale sont éli m in é s sous forme inc h angée dans les 24 heures suivant la prise. L'h y drochlorothiazide traverse la barr i è r e placentaire mais pas l a barrière h é ma to -encéphalique, et est excrété dans l e lait m at e rn e l.

Insuffisance r énale : les pa ra m èt r es pha r macocinétiq u es de l'i r bésartan ne sont p a s significativement m odifi é s chez les insuffisants rénaux ou c h ez les patie n ts h é m odial y s és. L'irb é sart a n n'est pas é p uré par h é m odial y se. Chez les patients avec une clairance de la créatin i n e < 20 m l / min, une augmentation de la de m i-vie d'éli m ination de l ' hydro c hlo r othiazide jusq u ' à 21 heures a été ra p portée.

Insuffisance hépatique : les para m ètres phar m acocinétiques de l ' irbésartan ne sont pas m odifiés de façon significative chez les patients présentant une cirrhose du foie légère à m o d érée. Aucune étude n ' a été m en é e chez des pat i ents a y a n t une insuffisance hépatique sévère.

Irbesartan/Hydrochlor Biogaran existe aussi sous ces formes

Irbesartan/Hydrochlor Biogaran

Voir aussi les génériques de Coaprovel

Irbesartan Hydrochloroth Mylan

Irbesartan/Hydrochlor Cristers

Irbesartan Hydrochlorothi Teva

Irbesartan Hydrochloro Zentiva

Irbesartan Hydrochloroth Arrow

Ifirmacombi GÉ

Irbesartan/Hydrochloroth Zydus

Irbesartan/Hydrochlor Biogaran

Irbesartan/Hydrochlorot Sandoz

Irbesartan/Hydrochloroth EG

Irbesartan/hydrochlor Evolugen

Irbesartan/hydro Evolugen Phar