Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
26/10/2016

KALYDECO 150 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 01.09.2016

Médicament générique du Classe thérapeutique: Pneumologie
principes actifs: Ivacaftor
laboratoire: Vertex Pharmaceuticals

ComprimÚ pelliculÚ
flacon de 56
Toutes les formes
18 508,17€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 18 508,99 €

Précautions d'emploi

Seuls les patients atteints de mucoviscidose qui prÚsentaient une mutation de dÚfaut de rÚgulation (classe III) G551D, G1244E, G1349D, G178R, G551S, G970R, S1251N, S1255P, S549N, S549R ou une mutation R117H sur au moins un allÞle du gÞne CFTR ont ÚtÚ inclus dans les Útudes 1, 2, 5 et 6 (voir rubrique PropriÚtÚs pharmacodynamiques). Seules des donnÚes limitÚes sont disponibles chez les patients porteurs de la mutation CFTR-G551D ayant un volume expiratoire maximum seconde (VEMS) infÚrieur Ó 40 % de la valeur thÚorique (12 patients). Les patients ayant un VEMS infÚrieur Ó 40 % de la valeur thÚorique Útaient exclus de l'Útude menÚe chez des patients atteints de mucoviscidose porteurs de mutations de dÚfaut de rÚgulation autres que G551D (Útude 5, voir rubrique PropriÚtÚs pharmacodynamiques).

 

Quatre patients porteurs de la mutation G970R ont ÚtÚ inclus dans l'Útude 5. Chez trois des quatre patients, la variation du taux de chlorures dans la sueur a ÚtÚ infÚrieure Ó 5 mmol/L et ce groupe ne prÚsentait pas d'amÚlioration cliniquement significative du VEMS aprÞs 8 semaines de traitement. L'efficacitÚ clinique chez les patients porteurs de la mutation G970R du gÞne CFTR n'a pas pu Ûtre Útablie (voir rubrique PropriÚtÚs pharmacodynamiques).

 

Les rÚsultats d'efficacitÚ d'une Útude de phase II rÚalisÚe chez des patients atteints de mucoviscidose, homozygotes pour la mutation CFTR-F508del, n'ont pas mis en Úvidence de diffÚrence statistiquement significative du VEMS aprÞs 16 semaines de traitement par l'ivacaftor comparÚ au placebo (voir rubrique PropriÚtÚs pharmacodynamiques). Par consÚquent, l'utilisation de Kalydeco n'est pas recommandÚe chez ces patients.

 

L'efficacitÚ n'a pas ÚtÚ dÚmontrÚe chez les patients atteints de mucoviscidose ÔgÚs de 6 Ó 11 ans porteurs d'une mutation R117H dans la mesure o¨ seulement deux patients adolescents Útaient inclus dans l'Útude 6 (voir rubrique PropriÚtÚs pharmacodynamiques).

 

L'effet positif de l'ivacaftor observÚ avec l'ivacaftor a ÚtÚ moins Úvident chez les patients porteurs d'une mutation R117H-7T associÚe Ó une maladie moins sÚvÞre (voir rubrique PropriÚtÚs pharmacodynamiques). Dans la mesure du possible, la phase du variant poly-T identifiÚ avec la mutation R117H doit Ûtre dÚterminÚe afin d'apporter plus d'ÚlÚments pour envisager la mise en route d'un traitement chez les patients porteurs d'une mutation R117H (voir rubrique Posologie et mode d'administration).

 

Effets sur la fonction hÚpatique

Des augmentations modÚrÚes des transaminases (alanine aminotransfÚrase [ALAT] ou aspartate aminotransfÚrase [ASAT]) sont frÚquentes chez les patients atteints de mucoviscidose. Dans les Útudes contr¶lÚes contre placebo (Útudes 1 et 2), l'incidence des augmentations des transaminases (> 3 fois la limite supÚrieure de la normale [LSN]) Útait comparable dans le groupe de patients traitÚs par ivacaftor et dans celui des patients recevant le placebo (voir rubrique Effets indÚsirables). Dans le sous-groupe de patients ayant des antÚcÚdents d'augmentation des transaminases, une augmentation des ALAT ou ASAT a ÚtÚ dÚcrite plus frÚquemment chez les patients recevant l'ivacaftor comparativement au placebo. Il est donc recommandÚ de surveiller la fonction hÚpatique chez tous les patients avant l'instauration de l'ivacaftor, tous les 3 mois durant la premiÞre annÚe de traitement, puis au moins une fois par an. Une surveillance plus frÚquente de la fonction hÚpatique doit Ûtre envisagÚe chez les patients ayant des antÚcÚdents d'augmentations des transaminases.

 

En cas d'augmentation des transaminases, le bilan hÚpatique doit Ûtre Útroitement surveillÚ jusqu'Ó sa normalisation. Le traitement doit Ûtre interrompu chez les patients ayant un taux d'ALAT ou d'ASAT supÚrieur Ó 5 x LSN. La dÚcision d'une Úventuelle reprise du traitement par Kalydeco aprÞs normalisation du bilan hÚpatique doit tenir compte des risques encourus par rapport au bÚnÚfice attendu.

 

Insuffisance rÚnale

La prudence est recommandÚe lors de l'utilisation de l'ivacaftor chez des patients prÚsentant une insuffisance rÚnale sÚvÞre ou en phase terminale (voir rubriques Posologie et mode d'administration et PropriÚtÚs pharmacocinÚtiques).

 

Insuffisance hÚpatique

L'utilisation de l'ivacaftor n'est pas recommandÚe chez les patients prÚsentant une insuffisance hÚpatique sÚvÞre sauf si les bÚnÚfices escomptÚs prÚdominent sur les risques d'une augmentation de l'exposition systÚmique. Chez ces patients, la dose initiale doit Ûtre de 150 mg, administrÚe un jour sur deux (voir rubriques Posologie et mode d'administration et PropriÚtÚs pharmacocinÚtiques).

 

Patients greffÚs

L'ivacaftor n'a pas ÚtÚ ÚtudiÚ chez les patients atteints de mucoviscidose ayant reþu une greffe d'organe. Par consÚquent, l'utilisation chez les patients greffÚs n'est pas recommandÚe. Voir la rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions pour les interactions avec la ciclosporine ou le tacrolimus.

 

Interactions avec d'autres mÚdicaments

L'ivacaftor est un substrat du CYP3A4 et du CYP3A5. Les mÚdicaments inducteurs ou inhibiteurs de l'activitÚ du CYP3A peuvent modifier les paramÞtres pharmacocinÚtiques de l'ivacaftor (voir rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions). En cas d'utilisation concomitante d'inhibiteurs modÚrÚs ou puissants du CYP3A, la dose de Kalydeco doit Ûtre ajustÚe (voir rubrique Posologie et mode d'administration). L'utilisation concomitante d'inducteurs du CYP3A peut diminuer l'exposition systÚmique Ó l'ivacaftor, ce qui peut entra¯ner la diminution de son efficacitÚ (voir rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions).

 

L'ivacaftor est un inhibiteur faible du CYP3A et peut modifier les paramÞtres pharmacocinÚtiques des mÚdicaments dont le mÚtabolisme fait intervenir le systÞme CYP3A. Les Útudes in vitro ont montrÚ un effet inhibiteur potentiel de l'ivacaftor sur le cytochrome CYP2C9. L'ivacaftor est un inhibiteur faible de la glycoprotÚine P (P-gp) et peut augmenter l'exposition systÚmique aux mÚdicaments qui sont des substrats de la P-gp (voir rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions).

 

Cataractes

Des cas d'opacitÚs du cristallin non congÚnitales sans rÚpercussions sur la vision ont ÚtÚ rapportÚs chez des enfants et adolescents traitÚs par l'ivacaftor. Bien que d'autres facteurs de risque aient ÚtÚ prÚsents dans certains cas (par exemple : corticothÚrapie et exposition Ó des rayonnements), un risque possible imputable Ó l'ivacaftor ne peut Ûtre exclu. Des examens ophtalmologiques avant et pendant le traitement sont recommandÚs en cas d'instauration du traitement par l'ivacaftor chez des patients pÚdiatriques.

 

Lactose

Kalydeco contient du lactose. Ce mÚdicament ne doit pas Ûtre administrÚ chez les patients prÚsentant une intolÚrance au galactose, un dÚficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose (maladies hÚrÚditaires rares).

Interactions avec d'autres médicaments

Les études d'interaction n'ont été réalisées que chez l'adulte.

 

L'ivacaftor est un substrat du CYP3A4 et du CYP3A5. C'est un inhibiteur faible du CYP3A et de la P-gp et un inhibiteur potentiel du CYP2C9.

 

Médicaments modifiant la pharmacocinétique de l'ivacaftor :

 

Inhibiteurs du CYP3A

L'ivacaftor est un substrat du CYP3A. L'administration concomitante de kétoconazole, un inhibiteur puissant du CYP3A, a augmenté l'exposition systémique à l'ivacaftor (mesurée par l'aire sous la courbe des concentrations plasmatiques [ASC]) de 8,5 fois et a augmenté l'exposition systémique à l'hydroxyméthyl-ivacaftor (M1) dans une moindre mesure que celle à l'ivacaftor. Une réduction de la posologie de Kalydeco à 150 mg deux fois par semaine est recommandée lors de l'administration concomitante d'inhibiteurs puissants du CYP3A, tels que le kétoconazole, l'itraconazole, le posaconazole, le voriconazole, la télithromycine et la clarithromycine.

 

L'administration concomitante de fluconazole, un inhibiteur modéré du CYP3A, a augmenté l'exposition systémique à l'ivacaftor de 3 fois et a augmenté l'exposition systémique au métabolite M1 dans une moindre mesure que celle à l'ivacaftor. Une réduction de la posologie de Kalydeco à 150 mg une fois par jour est recommandée chez les patients recevant un traitement concomitant par des inhibiteurs modérés du CYP3A, tels que le fluconazole et l'érythromycine.

 

L'administration concomitante d'ivacaftor et de jus de pamplemousse, qui contient un ou plusieurs composants inhibant modérément le CYP3A, peut augmenter l'exposition à l'ivacaftor. La consommation de pamplemousse ou d'oranges amères doit être évitée pendant le traitement par Kalydeco.

 

Inducteurs du CYP3A

L'administration concomitante d'ivacaftor et de rifampicine, un inducteur puissant du CYP3A, a diminué l'exposition systémique à l'ivacaftor (ASC) de 89 % et a diminué l'exposition systémique au métabolite M1 dans une moindre mesure que celle à l'ivacaftor. L'administration concomitante d'inducteurs puissants du CYP3A, tels que la rifampicine, la rifabutine, le phénobarbital, la carbamazépine, la phénytoïne et le millepertuis (Hypericum perforatum), n'est pas recommandée.

 

L'utilisation concomitante d'inducteurs faibles à modérés du CYP3A (tels que la dexaméthasone ou la prednisone à forte dose) peut diminuer l'exposition à l'ivacaftor et, ainsi, diminuer son efficacité.

 

Ciprofloxacine

L'administration concomitante de ciprofloxacine et d'ivacaftor n'a pas eu d'effet sur l'exposition systémique à l'ivacaftor. Il n'y a pas lieu d'envisager une adaptation de la posologie en cas de traitement concomitant par Kalydeco et la ciprofloxacine.

 

Médicaments affectés par l'ivacaftor :

 

Substrats du CYP3A, de la P-gp ou du CYP2C9

D'après les résultats des études in vitro, l'ivacaftor et son métabolite M1 ont la capacité d'inhiber le CYP3A et la P-gp. L'administration concomitante de midazolam (par voie orale), un substrat du CYP3A, a augmenté l'exposition systémique au midazolam d'un facteur 1,5, ce qui correspond à une inhibition faible du CYP3A par l'ivacaftor. L'administration concomitante de digoxine, un substrat ayant une forte affinité pour la P-gp, a entraîné une augmentation de l'exposition systémique de la digoxine d'un facteur 1,3 ; ce qui correspond à une inhibition faible de la P-gp par l'ivacaftor. L'administration d'ivacaftor peut augmenter l'exposition systémique aux médicaments substrats de forte affinité du CYP3A et/ou substrats de la P-gp, ce qui peut augmenter ou prolonger leur effet thérapeutique ainsi que leurs effets indésirables. Utiliser avec précaution et surveiller les effets indésirables associés aux benzodiazépines lors de l'utilisation concomitante du midazolam, de l'alprazolam, du diazépam ou du triazolam. La prudence et une surveillance adaptée sont préconisées lors de l'utilisation concomitante de la digoxine, de la ciclosporine ou du tacrolimus. L'ivacaftor peut inhiber le CYP2C9. Par conséquent, la surveillance de l'INR est recommandée pendant l'administration concomitante de warfarine.

 

Autres recommandations

Il n'a pas été mis en évidence d'effet significatif de l'ivacaftor sur les expositions systémiques à un contraceptif oestro-progestatif administré par voie orale. L'ivacaftor ne devrait pas modifier l'efficacité des contraceptifs oraux. Aucune adaptation de la posologie des contraceptifs oraux n'apparait nécessaire.

 

L'ivacaftor a été étudié en présence de rosiglitazone, un substrat du CYP2C8. Aucun effet significatif sur l'exposition systémique à la rosiglitazone n'a été mis en évidence. Par conséquent, aucune adaptation de la posologie des substrats du CYP2C8, tels que la rosiglitazone, n'apparait nécessaire.

L'ivacaftor a été étudié en présence de désipramine, un substrat du CYP2D6. Aucun effet significatif sur l'exposition systémique à la désipramine n'a été mis en évidence. Par conséquent, aucune adaptation de la posologie des substrats du CYP2D6, tels que la désipramine, n'apparait nécessaire.

Grossesse et allaitement

Grossesse

Il n'a pas ÚtÚ conduit d'Útude spÚcifique avec Kalydeco chez la femme enceinte. Les Útudes animales conduites chez des rats et des lapins avec des doses journaliÞres pouvant atteindre 5 fois la dose utilisÚe chez l'homme n'ont pas mis en Úvidence d'effet dÚlÚtÞre de l'ivacaftor sur le dÚveloppement embryo-foetal (voir rubrique DonnÚes de sÚcuritÚ prÚcliniques). Les Útudes de reproduction conduites chez l'animal ne suffisent pas toujours Ó Úliminer formellement tout risque chez l'homme, par consÚquent Kalydeco ne doit Ûtre utilisÚ pendant la grossesse qu'en cas d'absolue nÚcessitÚ.

 

Allaitement

L'excrÚtion de l'ivacaftor et/ou de ses mÚtabolites dans le lait maternel n'est pas connue. L'ivacaftor est retrouvÚ dans le lait de rates allaitantes. L'innocuitÚ de Kalydeco pendant l'allaitement n'a pas ÚtÚ Útablie. Kalydeco ne doit Ûtre utilisÚ pendant l'allaitement que si le bÚnÚfice potentiel l'emporte sur le risque potentiel.

 

FertilitÚ

L'ivacaftor a altÚrÚ la fÚconditÚ et les indices de performance de reproduction chez des rats mÔles et femelles aux doses de 200 mg/kg/jour (entra¯nant respectivement des expositions correspondant Ó environ 5 et 6 fois, l'exposition systÚmique observÚe chez l'homme Ó la dose maximale recommandÚe d'aprÞs les ASC totales de l'ivacaftor et de ses mÚtabolites), lorsque les mÞres Útaient traitÚes avant la gestation et au cours des premiers stades de celle-ci (voir rubrique DonnÚes de sÚcuritÚ prÚcliniques). Aucun effet sur la fÚconditÚ mÔle ou femelle et sur les indices de performance de reproduction n'a ÚtÚ observÚ avec les doses ≤ 100 mg/kg/jour (entra¯nant des expositions correspondant Ó environ 3 fois l'exposition systÚmique observÚe chez l'homme Ó la dose maximale recommandÚe d'aprÞs les ASC globales de l'ivacaftor et de ses mÚtabolites).

Effet sur la conduite de véhicules

L'ivacaftor a une influence mineure sur l'aptitude Ó conduire des vÚhicules et Ó utiliser des machines. L'ivacaftor peut provoquer des sensations vertigineuses (voir rubrique Effets indÚsirables). Il doit donc Ûtre recommandÚ aux patients de ne pas conduire de vÚhicules ni utiliser de machines s'ils ressentent des sensations vertigineuses et ceci jusqu'Ó la disparition des sympt¶mes.

Comment ça marche ?

Les paramètres pharmacocinétiques de l'ivacaftor sont similaires entre les adultes volontaires sains et les patients atteints de mucoviscidose.

 

Après administration orale d'une dose unique de 150 mg à des volontaires sains avec un repas, les ASC et Cmax moyennes (± écart-type [ET]) étaient de 10 600 (5 260) ng*h/mL et de 768 (233) ng/mL, respectivement. Après administration toutes les 12 heures, les concentrations plasmatiques à l'équilibre de l'ivacaftor étaient atteintes aux Jours 3 à 5, avec un taux d'accumulation compris entre 2;2 et 2,9.

 

Absorption

Après administrations orales répétées d'ivacaftor, l'exposition à l'ivacaftor augmentait généralement avec la posologie, comprise entre 25 mg toutes les 12 heures et 450 mg toutes les 12 heures. L'exposition systémique à l'ivacaftor était généralement de 2,5 à 4 fois supérieure après administration avec un repas riche en graisses. Par conséquent, l'ivacaftor doit être administré avec un repas riche en graisses. Le tmax médian (valeurs extrêmes) est de 4,0 (3,0 ; 6,0) heures environ après administration avec un repas.

 

La biodisponibilité des granulés d'ivacaftor (2 sachets de 75 mg) est comparable à celle du comprimé de 150 mg lorsqu'ils sont administrés avec un repas riche en graisses chez des volontaires sains adultes. Le rapport de la moyenne géométrique des moindres carrés pour les granulés par rapport aux comprimés était de 0,951 [IC à 90 % : 0,839 ; 1,08] pour l'ASC0- et de 0,918 [IC 90% : 0,750 ; 1,12] pour la Cmax. L'effet des aliments sur l'absorption de l'ivacaftor est comparable pour les deux formulations comprimés et granulés.

 

Distribution

L'ivacaftor est lié aux protéines plasmatiques à 99 % environ, essentiellement à l'alpha-1 glycoprotéine acide et à l'albumine. L'ivacaftor ne se fixe pas sur les hématies humaines.

 

Après administration orale de 150 mg toutes les 12 heures pendant 7 jours à des volontaires sains, avec un repas, le volume apparent de distribution moyen (±ET) était de 353 (122) litres.

 

Biotransformation

L'ivacaftor est fortement métabolisé chez l'homme. Les données in vitro et in vivo indiquent que l'ivacaftor est essentiellement métabolisé par le CYP3A. M1 et M6 sont les deux principaux métabolites de l'ivacaftor chez l'homme. L'activité de M1 correspond à un sixième environ de celle de l'ivacaftor et M1 est considéré comme pharmacologiquement actif. L'activité de M6 correspond à moins d'un cinquantième de celle de l'ivacaftor et M6 n'est pas considéré comme pharmacologiquement actif.

 

Elimination

Après administration orale, la majorité de l'ivacaftor (87,8 %) a été éliminée dans les fèces sous forme métabolisée. Les principaux métabolites M1 et M6 représentaient 65 % environ de la dose totale éliminée, 22 % sous forme de M1 et 43 % sous forme de M6. L'excrétion urinaire de l'ivacaftor sous forme inchangée était négligeable. La demi-vie terminale apparente était de 12 heures environ après une dose unique prise avec un repas. La clairance apparente (Cl/F) de l'ivacaftor était comparable entre les volontaires sains et les patients atteints de mucoviscidose. Le Cl/F moyen (±ET) était de 17,3 (8,4) l/h pour une dose unique de 150 mg administrée à des sujets sains.

 

Linéarité/non linéarité

La pharmacocinétique de l'ivacaftor est généralement linéaire en fonction du temps pour des doses comprises entre 25 et 250 mg.

 

Insuffisance hépatique

Après une dose unique de 150 mg d'ivacaftor, la Cmax de l'ivacaftor (moyenne : 735 ng/mL [écart- type : ± 331]) était comparable chez les patients adultes dont la fonction hépatique était modérément altérée (Child-Pugh de classe B, score de 7 à 9), mais l'ASC0-de l'ivacaftor (moyenne :

16 800 ng*h/mL [écart-type : ± 6 140]) était augmentée de deux fois environ par rapport aux sujets sains appariés pour les données démographiques. Des simulations permettant de prédire l'exposition à l'ivacaftor à l'état d'équilibre ont montré qu'en réduisant la posologie de 150 mg toutes les 12 heures à 150 mg une fois par jour, les patients adultes présentant une insuffisance hépatique modérée auraient des valeurs de Cmin à l'équilibre comparables à celles obtenues avec une posologie de 150 mg toutes les 12 heures chez les adultes ayant une fonction hépatique normale. Par conséquent, une posologie réduite de 150 mg une fois par jour est recommandée chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée. L'impact de l'insuffisance hépatique légère (Child-Pugh de classe A, score de 5 à 6) sur la pharmacocinétique de l'ivacaftor n'a pas été étudié, mais l'ASC0- de l'ivacaftor devrait augmenter de moins de deux fois. Par conséquent, aucune adaptation de la posologie n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère.

 

Aucune étude n'a été menée chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (Child- Pugh de classe C, score de 10 à 15), mais l'exposition devrait être plus importante que chez les patients ayant une insuffisance hépatique modérée. L'utilisation de l'ivacaftor chez les patients ayant une insuffisance hépatique sévère n'est donc pas recommandée sauf si les bénéfices l'emportent sur les risques. Chez ces patients, la posologie initiale doit être de 150 mg un jour sur deux. L'intervalle entre deux administrations sera adapté en fonction de la réponse clinique et de la tolérance (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Mises en garde et précautions d'emploi).

 

Insuffisance rénale

Aucune étude pharmacocinétique n'a été réalisée avec l'ivacaftor chez des patients insuffisants rénaux. Dans une étude pharmacocinétique chez l'homme, l'élimination urinaire de l'ivacaftor et de ses métabolites était minime (seulement 6,6 % de la radioactivité totale ont été retrouvés dans l'urine). L'excrétion urinaire de l'ivacaftor sous forme inchangée était négligeable (moins de 0,01 % après une dose orale unique de 500 mg). Par conséquent, aucune adaptation de la posologie n'est recommandée en cas d'insuffisance rénale légère ou modérée. Cependant, la prudence est recommandée lors de l'administration d'ivacaftor à des patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine inférieure ou égale à 30 mL/min) ou une insuffisance rénale terminale (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Mises en garde et précautions d'emploi).

 

Population pédiatrique

L'exposition systémique attendue à l'ivacaftor, déterminée suivant une analyse pharmacocinétique de population à partir des concentrations observées dans les études de phases II et III, est présentée par tranche d'âge dans le tableau 5. Les expositions systémiques attendues chez les enfants âgés de 6 à 11 ans ont été estimées à partir d'une analyse modélisée de pharmacocinétique de population utilisant les données recueillies dans cette tranche d'âge.

 

Tableau 5. Exposition moyenne à l'ivacaftor, par tranche d'âge

 

Tranche d'âge

Dose

Cmin, ss ng/mL

(ET)

ASCt ss ng.h/mL

(ET)

 

2 à 5 ans (< 14 kg)

50 mg toutes les 12 heures

577 (317)

10 500 (4 260)

 

2 à 5 ans

(≥ 14 kg à < 25 kg)

75 mg toutes les 12 heures

629 (296)

11 300 (3 820)

 

6 à 11 ans

(≥ 14 kg à < 25 kg)

75 mg toutes les 12 heures

641 (329)

10 760 (4 470)

6 à 11 ans (≥ 25 kg)

150 mg toutes les 12 heures

958 (546)

15 300 (7 340)

12 à 17 ans

150 mg toutes les 12 heures

564 (242)

9 240 (3 420)

Adultes (≥ 18 ans)

150 mg toutes les 12 heures

701 (317)

10 700 (4 100)

               

 

Sexe

L'influence du sexe sur la pharmacocinétique de l'ivacaftor a été évaluée à l'aide d'une étude pharmacocinétique de population avec les données issues des études cliniques de l'ivacaftor. Aucune adaptation de la posologie en fonction du sexe n'apparaît nécessaire.