Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

MEXILETINE AP-HP 200 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 05.02.2008

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Mexilétine
laboratoire: Boehringer Ingelheim

Gélule
Boîte de 30
Toutes les formes
6,64€* (remboursé à 30%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 7,46 €

Précautions d'emploi

Mises en garde

La mexilétine agit au niveau cardiaque comme un agent anti-arythmique de type I b selon la classification de Vaughan Williams.

D'autres anti-arythmiques de la classe I ont été testés dans un essai randomisé multicentrique en double-aveugle (essai CAST) pour le traitement des troubles du rythme ventriculaire asymptomatiques et ne menaçant pas le pronostic vital chez des sujets ayant présenté un infarctus du myocarde de plus de 6 jours et de moins de 2 ans.

L'incidence de la mortalité et des arrêts cardiaques non mortels sous ces médicaments a été supérieure à celle observée dans le groupe contrôle sous placebo.

Comme pour les autres anti-arythmiques de classe I, il n'existe pas d'essai contrôlé mettant en évidence un effet bénéfique de la mexilétine dans le traitement des troubles du rythme en termes de survie ou de mort subite.

Effets pro-arythmiques

La mexilétine peut provoquer la survenue d'une arythmie ou aggraver une arythmie préexistante diagnostiquée ou non.

Un bilan cardiologique et un ECG sont recommandés avant la mise en route du traitement et, au cours du traitement, les contrôles ECG seront effectués avec une périodicité adaptée à chaque patient.

Compte tenu de l'effet pro-arythmogène des antiarythmiques de classe I, notamment à l'étage ventriculaire, l'utilisation de ce traitement chez les patients traités pour un syndrome myotonique justifie un bilan cardiaque approfondi avant l'instauration du traitement, précocement (par exemple 48 heures après le début) pour évaluer la bonne tolérance cardiologique, puis de manière répétée au cours du suivi. L'apparition d'un trouble du rythme cardiaque doit faire réévaluer dans les plus brefs délais le bénéfice de la poursuite du traitement par la mexilétine.

Les dystrophies myotoniques de type 1 et 2 sont associées à un risque accru de complications rythmiques et conductives. Le rapport bénéfice risque doit être discuté au cas par cas en fonction du bénéfice sur la myotonie et du risque de complications rythmiques.

Patients insuffisants hépatiques et patients cirrhotiques :

En l'absence de données, l'utilisation de la mexilétine chez les patients avec une insuffisance hépatique sévère est déconseillée. Le métabolisme et l'élimination de la mexilétine sont retardés chez les patients ayant une cirrhose hépatique décompensée (Voir rubriques Posologie et mode d'administration et Propriétés pharmacocinétiques).

Patients insuffisants rénaux :

En l'absence de données, l'utilisation de la mexilétine chez les patients avec une insuffisance rénale sévère est déconseillée (Voir rubrique Posologie et mode d'administration et Propriétés pharmacocinétiques).

Précautions d'emploi

Modifications électrocardiographiques

La mexilétine doit être administrée avec précaution chez les patients ayant des anomalies préexistantes de conduction.

La survenue sous traitement d'un bloc auriculo-ventriculaire, d'un bloc de branche complet permanent ou d'un bloc sino-auriculaire doit faire interrompre la mexilétine.

Un élargissement de QRS supérieur à 25 % des valeurs de base amènera à réduire la posologie.

En cas de modification de la posologie de mexilétine ou des traitements associés pouvant affecter la conduction cardiaque, les patients, notamment ceux présentant des anomalies de la conduction, seront étroitement surveillés par ECG.

Perturbations électrolytiques

L'hypokaliémie, l'hyperkaliémie ou encore l'hypomagnésémie peuvent favoriser les effets pro-arythmiques de la mexilétine et doivent donc être corrigées avant l'administration de mexilétine et surveillées au cours du traitement selon une périodicité adaptée à chaque patient.

Porteurs de stimulateurs cardiaques

Prendre en compte la possibilité d'une élévation de seuil.

Epilepsie

Une surveillance est recommandée chez les patients épileptiques, la mexilétine pouvant majorer le nombre de crises.

Interactions avec d'autres médicaments

Associations contre-indiquées

+ Médicaments antiarythmiques donnant des torsades de pointes : amiodarone, bépridil, brétylium, disopyramide, dofétilide, hydroquinidine, ibutilide, quinidine, sotalol

Risque majoré de torsades de pointes potentiellement létales.

Associations déconseillées

+ Antiarythmiques de la classe I (autres que ceux donnant des torsades de pointe) : cibenzoline, flécainide, lidocaïne, propafénone

La mexilétine ne doit pas être associée aux antiarythmiques de la classe I, sauf cas exceptionnels, en raison du risque accru d'effets cardiaques indésirables (automatisme, conduction, arythmogénicité, inotropisme).

Associations faisant l'objet de précautions d'emploi

+ Médicaments antiarythmiques d'autres classes

L'association avec des antiarythmiques d'autres classes s'avère le plus souvent très délicate, nécessitant une surveillance clinique et ECG étroite.

+ Fluvoxamine

Risque de majoration des effets indésirables de la mexilétine par inhibition de son métabolisme par la fluvoxamine.

Surveillance clinique et ECG.

Adaptation de la posologie de la mexilétine pendant le traitement par la fluvoxamine et après son arrêt.

+ Inducteurs enzymatiques : phénytoïne (et, par extrapolation, fosphénytoïne), rifampicine

Diminution de l'activité, des concentrations plasmatiques et de la demi-vie de la mexilétine (augmentation de son métabolisme hépatique).

Surveillance clinique, ECG et éventuellement des concentrations plasmatiques de la mexilétine ; s'il y a lieu, adaptation de la posologie de la mexilétine pendant le traitement par l'inducteur enzymatique et après son arrêt.

+ Théophylline (et, par extrapolation, aminophylline)

Augmentation de la théophyllinémie avec risque de surdosage en théophylline (diminution du métabolisme hépatique de la théophylline).

Surveillance clinique et éventuellement de la théophyllinémie ; s'il y a lieu, adaptation de la posologie de la théophylline pendant le traitement par la mexilétine et après son arrêt.

+ Association à des médicaments ayant des propriétés inotropes négatives, et/ou ralentissant la conduction intra-ventriculaire (bêta-bloquants, vérapamil et diltiazem, antidépresseurs tricycliques, anesthésiques locaux)

Nécessite une surveillance clinique et ECG étroite, en particulier chez le sujet âgé et en début de traitement.

Associations à prendre en compte

+ Caféine

Augmentation des concentrations plasmatiques de caféine, par inhibition de son métabolisme hépatique par la mexilétine.

Grossesse et allaitement

Grossesse

Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène. En l'absence d'effet tératogène chez l'animal, un effet malformatif dans l'espèce humaine n'est pas attendu.

En effet, à ce jour, les substances responsables de malformations dans l'espèce humaine se sont révélées tératogènes chez l'animal au cours d'études bien conduites sur deux espèces.

Il n'existe pas actuellement de données pertinentes sur un éventuel effet malformatif ou foetotoxique du chlorhydrate de méxilétine lorsqu'il est administré pendant la grossesse. En conséquence, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser le chlorhydrate de méxilétine pendant la grossesse.

Allaitement

La méxilétine passant dans le lait maternel, l'allaitement est déconseillé.

Effet sur la conduite de véhicules

Sur la base de ses propriétés pharmacodynamiques et des données de pharmacovigilance, la mexilétine peut être responsable d'une aggravation d'un trouble du rythme cardiaque préexistant ou de la survenue de nouveaux troubles. Elle est également susceptible d'entraîner des effets indésirables, à type de vertiges, de tremblements, de somnolence, d'état confusionnel et des troubles de la vision, exerçant une influence mineure sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines. Les patients doivent donc être informés de ces risques.

Comment ça marche ?

Absorption

Après administration par voie orale, la mexilétine est rapidement et presque complètement absorbée au niveau du tractus gastro-intestinal. Chez le sujet sain, sa biodisponibilité absolue est d'environ 80%. Le taux plasmatique maximal est atteint environ 2 à 3 heures après administration d'une gélule.

Pour les doses variant de 100 à 600 mg, les concentrations plasmatiques de mexilétine augmentent proportionnellement à la dose. Il n'a pas été observé d'accumulation notable de mexilétine après administration réitérée.

Distribution

La mexilétine se distribue rapidement et largement dans l'organisme. Le volume de distribution varie de 5 à 9 l/kg.

La fixation aux protéines plasmatiques est d'environ 55%.

La mexilétine traverse la barrière placentaire et diffuse dans le lait maternel.

Métabolisme

L'élimination de la mexilétine se fait essentiellement par voie métabolique. Sa demi-vie d'élimination est en moyenne de 10 heures (5 à 12 heures). La mexilétine est fortement métabolisée (90 % de la dose) au niveau hépatique en métabolites inactifs. Les réactions métaboliques observées sont des hydroxylations, désalkylations, désaminations, N-oxydation et glucuro-conjugaison. Les principaux métabolites sont la p-hydroxymexilétine, l'hydroxyméthylmexilétine et la N-hydroxymexilétine. La carbamoyl-glucuronidation est une autre voie métabolique majeure de la mexilétine (environ 30% de la dose).

L'administration prolongée de mexilétine n'a pas révélé de potentiel d'induction enzymatique.

Excrétion

L'excrétion se fait essentiellement par voie rénale (90% de la dose dont 10% sous forme inchangée).

Groupes à risque

· Insuffisants rénaux :

Peu de données sont disponibles dans ce groupe.

Toutefois, l'exposition systémique à la mexilétine ne semble pas modifiée chez l'insuffisant rénal léger ou modéré. La demi-vie d'élimination semble être légèrement plus longue chez l'insuffisant rénal sévère ou en stade terminal (Cl cr <10 ml/min).

En l'absence de données, l'utilisation de la mexilétine chez les patients avec une insuffisance rénale sévère est déconseillée (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Mises en garde et précautions d'emploi).

· Insuffisants hépatiques :

Peu de données sont également disponibles dans ce groupe. Toutefois, des études conduites chez un petit effectif de patients cirrhotiques montrent une augmentation notable de l'exposition systémique à la mexilétine comparativement à celle observée chez le sujet sain (non cirrhotique). La clairance totale est diminuée d'un facteur 4 environ. La demi-vie et l'AUC sont augmentées d'un facteur 3 à 4 environ.

Chez les patients avec une insuffisance hépatique sévère, l'utilisation de la mexilétine est déconseillée (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Mises en garde et précautions d'emploi).