Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
26/10/2016

MOBIC 75 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 01.10.2016

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anti-inflammatoires
principes actifs: [MÚloxicam, 4599]
laboratoire: Boehringer Ingelheim

ComprimÚ
bo¯te de 50
Toutes les formes

Précautions d'emploi

À         La survenue d'effets indÚsirables peut Ûtre minimisÚe par l'utilisation de la dose la plus faible possible pendant la durÚe de traitement la plus courte nÚcessaire au soulagement des sympt¶mes (voir rubrique Posologie et mode d'administration et paragraphes ½ Effets gastro-intestinaux ? et ½ Effets cardiovasculaires et cÚrÚbrovasculaires ? ci¡dessous).

À         En cas d'effet thÚrapeutique insuffisant, il ne faut pas dÚpasser la dose maximale recommandÚe, ni associer le traitement Ó un autre AINS, en raison du risque d'augmentation de la toxicitÚ sans avantage thÚrapeutique prouvÚ.

L'utilisation concomitante du mÚloxicam avec d'autres AINS, y compris les inhibiteurs sÚlectifs de la cyclooxygÚnase 2 (cox-2), doit Ûtre ÚvitÚe.

L'utilisation du mÚloxicam n'est pas appropriÚe pour le traitement des douleurs aig³es.

áááááá En l'absence d'amÚlioration aprÞs plusieurs jours, le bÚnÚfice du traitement doit Ûtre rÚÚvaluÚ.

À         En cas d'antÚcÚdents d'oesophagite, de gastrite et/ou d'ulcÞres peptiques, il est recommandÚ de s'assurer de la guÚrison complÞte de ces affections avant d'instaurer le traitement par le mÚloxicam. Chez les patients traitÚs par le mÚloxicam et prÚsentant des antÚcÚdents de ce type, surveiller systÚmatiquement toute Úventuelle apparition de rÚcidives.

Effets gastro-intestinaux

Des hÚmorragies, ulcÚrations ou perforations gastro-intestinales parfois fatales, ont ÚtÚ rapportÚes avec tous les AINS, Ó n'importe quel moment du traitement, sans qu'il y ait eu nÚcessairement de signes d'alerte ou d'antÚcÚdents d'effets indÚsirables gastro-intestinaux graves.

Le risque d'hÚmorragie, d'ulcÚration ou de perforation gastro-intestinale augmente avec la dose utilisÚe chez les patients prÚsentant des antÚcÚdents d'ulcÞre, en particulier en cas de complication Ó type d'hÚmorragie ou de perforation (voir rubrique Contre-indications) ainsi que chez le sujet ÔgÚ. Chez ces patients, le traitement doit Ûtre dÚbutÚ Ó la posologie la plus faible possible. Un traitement protecteur de la muqueuse (par exemple misoprostol ou inhibiteur de la pompe Ó protons) doit Ûtre envisagÚ pour ces patients, comme pour les patients nÚcessitant un traitement par de faible dose d'aspirine ou traitÚs par d'autres mÚdicaments susceptibles d'augmenter le risque gastro-intestinal (voir ci dessous et rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions).

Les patients prÚsentant des antÚcÚdents gastro-intestinaux, surtout s'il s'agit de patients ÔgÚs, doivent signaler tout sympt¶me abdominal inhabituel (en particulier les saignements gastro-intestinaux), notamment en dÚbut de traitement.

Chez les patients recevant des traitements susceptibles d'augmenter le risque d'ulcÚration ou d'hÚmorragie, comme l'hÚparine en traitement curatif ou chez les sujets ÔgÚs, les anticoagulants tels que la warfarine, les autres mÚdicaments anti-inflammatoires non stÚro´diens, ou l'aspirine donnÚe Ó des doses 500 mg par prise ou ≥ 3g par jour, l'association avec le mÚloxicam n'est pas recommandÚe (voir rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions).

En cas d'apparition d'hÚmorragie ou d'ulcÚration survenant chez un patient recevant du mÚloxicam, le traitement doit Ûtre arrÛtÚ.

Les AINS doivent Ûtre administrÚs avec prudence et sous Útroite surveillance chez les malades prÚsentant des antÚcÚdents de maladies gastro-intestinales (recto-colite hÚmorragique, maladie de Crohn), en raison d'un risque d'aggravation de la pathologie (voir rubrique Effets indÚsirables).

Effets cardiovasculaires et cÚrÚbrovasculaires

Une surveillance adÚquate et des recommandations sont requises chez les patients prÚsentant des antÚcÚdents d'hypertension et/ou d'insuffisance cardiaque lÚgÞre Ó modÚrÚe, des cas de rÚtention hydrosodÚe et d'oedÞme ayant ÚtÚ rapportÚs en association au traitement par AINS.

Une surveillance clinique de la pression artÚrielle chez les patients Ó risque est recommandÚe au cours du traitement par le mÚloxicam, et plus particuliÞrement au moment de l'initiation du traitement.

Des Útudes cliniques et des donnÚes ÚpidÚmiologiques suggÞrent que l'utilisation de certains AINS, y compris le mÚloxicam, (surtout lorsqu'ils sont utilisÚs Ó doses ÚlevÚes et sur une longue durÚe) peut Ûtre associÚe Ó une lÚgÞre augmentation du risque d'ÚvÚnements thrombotiques artÚriels (par exemple, infarctus du myocarde ou accident vasculaire cÚrÚbral). Les donnÚes sont actuellement insuffisantes pour Úcarter cette augmentation du risque pour le mÚloxicam.

Les patients prÚsentant une hypertension non contr¶lÚe, une insuffisance cardiaque congestive, une cardiopathie ischÚmique, une maladie artÚrielle pÚriphÚrique, et/ou ayant un antÚcÚdent d'accident vasculaire cÚrÚbral (y compris l'accident ischÚmique transitoire) ne devront Ûtre traitÚs par le mÚloxicam qu'aprÞs un examen attentif.

Une attention similaire doit Ûtre portÚe avant toute initiation d'un traitement Ó long terme chez les patients prÚsentant des facteurs de risques pour les pathologies cardiovasculaires (comme une hypertension, une hyperlipidÚmie, un diabÞte ou une consommation tabagique).

RÚactions cutanÚes

Des rÚactions cutanÚes mettant en jeu le pronostic vital, le syndrome de Stevens-Johnson et le syndrome de Lyell, ont ÚtÚ rapportÚes lors de l'utilisation du mÚloxicam. Les patients doivent Ûtre informÚs des signes et sympt¶mes de la maladie, et les rÚactions cutanÚes doivent Ûtre surveillÚes Útroitement. Le risque d'apparition de syndrome de Stevens-Johnson ou de syndrome de Lyell est le plus ÚlevÚ pendant les premiÞres semaines de traitement. Si les sympt¶mes ou signes de syndrome de Stevens-Johnson ou de syndrome de Lyell (par exemple Úruption cutanÚe Úvolutive, souvent associÚe Ó des cloques ou des lÚsions des muqueuses) sont prÚsents, le traitement par mÚloxicam doit Ûtre arrÛtÚ. Le diagnostic prÚcoce et l'arrÛt immÚdiat de tout mÚdicament suspect permettent d'obtenir de meilleurs rÚsultats dans la prise en charge du syndrome de Stevens-Johnson et du syndrome de Lyell. L'arrÛt prÚcoce du traitement est associÚ Ó un meilleur pronostic. Si le patient a dÚveloppÚ un syndrome de Stevens-Johnson ou un syndrome de Lyell lors de l'utilisation du mÚloxicam, le mÚloxicam ne doit jamais Ûtre rÚintroduit chez ce patient.

ParamÞtres des fonctions hÚpatiques et rÚnales

Comme avec la plupart des AINS, des ÚlÚvations occasionnelles des taux des transaminases sÚriques, des augmentations de la bilirubinÚmie ou d'autres indicateurs des fonctions hÚpatiques, des augmentations de la crÚatininÚmie et de l'acide urique et des troubles d'autres paramÞtres biologiques ont ÚtÚ observÚs. Dans la majoritÚ des cas, il s'agissait d'anomalies transitoires et discrÞtes. Si l'anomalie s'avÞre significative ou persistante, il faut interrompre l'administration du mÚloxicam et prescrire les examens appropriÚs.

Insuffisance rÚnale fonctionnelle

Les AINS peuvent induire une insuffisance rÚnale fonctionnelle par rÚduction de la filtration glomÚrulaire, en raison de leur action inhibitrice sur l'effet vasodilatateur des prostaglandines rÚnales. Cet effet indÚsirable est dose-dÚpendant. Une surveillance Útroite de la diurÞse et de la fonction rÚnale est recommandÚe lors de l'initiation du traitement ou en cas d'augmentation de la dose chez les patients prÚsentant les facteurs de risque suivants :

À         patient ÔgÚ,

À         traitements concomitants par des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, antagonistes de l'angiotensine II, sartans, diurÚtiques (voir rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions),

À         hypovolÚmie (quelle qu'en soit la cause),

À         insuffisance cardiaque congestive,

À         insuffisance rÚnale,

À         syndrome nÚphrotique,

À         nÚphropathie lupique,

À         insuffisance hÚpatique sÚvÞre (albumine sÚrique < 25g/l ou score de Child-Pugh ≥ 10).

 

Dans de rares cas, les AINS peuvent entra¯ner une nÚphrite interstitielle, une glomÚrulonÚphrite, une nÚcrose mÚdullaire rÚnale ou un syndrome nÚphrotique.

 

La dose de mÚloxicam ne doit pas dÚpasser 7,5 mg chez les patients ayant une insuffisance rÚnale Ó un stade terminal et qui sont hÚmodialysÚs. Aucune rÚduction de la dose n'est nÚcessaire chez les patients ayant une insuffisance rÚnale lÚgÞre ou modÚrÚe (c'est-Ó-dire chez les patients ayant une clairance de la crÚatinine supÚrieure Ó 25 ml/min).

RÚtention sodique, potassique et hydrique

Une rÚtention sodique, potassique et hydrique et une interfÚrence sur les effets natriurÚtiques des diurÚtiques peut survenir avec l'utilisation d'AINS. De plus, une diminution de l'effet antihypertenseur des mÚdicaments antihypertenseurs peut survenir (voir rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions). En consÚquence, des oedÞmes, une insuffisance cardiaque ou une hypertension peuvent survenir ou Ûtre aggravÚs chez les patients prÚdisposÚs. Une surveillance clinique est donc nÚcessaire pour les patients Ó risque (voir rubriques Posologie et mode d'administration et Contre-indications).

HyperkaliÚmie

Une hyperkaliÚmie peut Ûtre favorisÚe en cas de diabÞte ou lors de traitement concomitant par des mÚdicaments connus pour leur effet hyperkaliÚmant (voir rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions). Une surveillance rÚguliÞre des taux de potassium est recommandÚe dans ces cas.

Association au pemetrexed

 

Chez les patients atteints d'insuffisance rÚnale lÚgÞre Ó modÚrÚe recevant un traitement par le pemetrexed, le traitement par mÚloxicam doit Ûtre interrompu pendant au moins cinq jours avant, le jour mÛme, et au moins les deux jours suivant l'administration de pemetrexed (voir rubrique Interactions avec d'autres mÚdicaments et autres formes d'interactions).

Autres mises en garde et prÚcautions

Les effets indÚsirables sont souvent plus mal tolÚrÚs chez les sujets ÔgÚs, fragiles ou affaiblis qui nÚcessitent donc une surveillance accrue. Comme avec les autres AINS, la prudence est de rigueur chez les sujets ÔgÚs, dont les fonctions rÚnale, hÚpatique et cardiaque sont frÚquemment altÚrÚes.

Les sujets ÔgÚs prÚsentent un risque accru d'effets indÚsirables aux AINS, en particulier d'hÚmorragie gastro-intestinale et de perforations pouvant Ûtre fatales (voir rubrique Posologie et mode d'administration).

Comme tout AINS, le mÚloxicam peut masquer les sympt¶mes d'une infection sous-jacente.

Le mÚloxicam peut altÚrer la fertilitÚ. Son utilisation n'est pas recommandÚe chez les femmes qui souhaitent concevoir. Chez les femmes qui prÚsentent des difficultÚs pour concevoir, ou chez lesquelles des investigations sur la fonction de reproduction sont en cours, un arrÛt du traitement par le mÚloxicam doit Ûtre envisagÚ (voir rubrique Grossesse et allaitement).

MOBIC 7,5 mg, comprimÚ contient du lactose. Les patients prÚsentant une intolÚrance hÚrÚditaire au galactose, un dÚficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas Ûtre traitÚs par ce mÚdicament.

Interactions avec d'autres médicaments

Les Útudes d'interaction n'ont ÚtÚ effectuÚes que chez l'adulte.

Risques liÚs Ó l'hyperkaliÚmie

Certains mÚdicaments ou classes thÚrapeutiques sont susceptibles de favoriser la survenue d'une hyperkaliÚmie : les sels de potassium, les diurÚtiques hyperkaliÚmiants, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion, les antagonistes de l'angiotensine II, les anti-inflammatoires non stÚro´diens, les hÚparines (de bas poids molÚculaire ou non fractionnÚes), la ciclosporine, le tacrolimus et le trimÚthoprime.

La survenue d'une hyperkaliÚmie peut dÚpendre de l'existence de facteurs associÚs.

Ce risque est accru lorsque les mÚdicaments mentionnÚs ci-dessus sont administrÚs en association avec le mÚloxicam.

 

Interactions pharmacodynamiques

+        Autres Anti-Inflammatoires Non StÚro´diens (AINS) et aspirine :áá

L'administration concomitante de mÚloxicam avec d'autres AINS ou l'aspirine donnÚe Ó des doses > 500 mg par prise ou > 3g par jour n'est pas recommandÚe (voir rubrique Mises en garde et prÚcautions d'emploi).

+        Cortico´des (par exemple les glucocortico´des)

L'utilisation concomitante avec les cortico´des nÚcessite de la prudence en raison de l'augmentation du risque d'ulcÚration et d'hÚmorragie gastro-intestinale.

+        Anticoagulants ou hÚparine

Risque considÚrablement accru d'hÚmorragie, par inhibition de la fonction plaquettaire et agression de la muqueuse gastro-duodÚnale.

Les AINS sont susceptibles de majorer les effets des anticoagulants, comme la warfarine (voir rubrique Mises en garde et prÚcautions d'emploi). L'administration concomitante d'AINS et d'anticoagulants ou d'hÚparine administrÚe chez le sujet ÔgÚ ou Ó doses curatives n'est pas recommandÚe (voir rubrique Mises en garde et prÚcautions d'emploi).

Dans les autres cas (par exemple Ó doses prÚventives), la prudence est nÚcessaire lors de l'administration d'hÚparine en raison d'un risque hÚmorragique accru.

Une surveillance Útroite de l'INR est nÚcessaire si l'association ne peut Ûtre ÚvitÚe.

+        Thrombolytiques et anti-agrÚgants plaquettaires

Risque accru d'hÚmorragie, par inhibition de la fonction plaquettaire et agression de la muqueuse gastro-duodÚnale.

+        Inhibiteurs sÚlectifs de la recapture de la sÚrotonine (ISRS)

Augmentation du risque d'hÚmorragie gastro-intestinale.

+        DiurÚtiques, inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine et antagonistes des rÚcepteurs de l'angiotensine II

Les AINS peuvent rÚduire l'effet des diurÚtiques et d'autres agents antihypertenseurs. Chez certains patients prÚsentant une fonction rÚnale altÚrÚe (par exemple des patients dÚshydratÚs ou certains patients ÔgÚs), l'association d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine ou d'un antagoniste des rÚcepteurs de l'angiotensine II Ó des traitements inhibant la cyclo-oxygÚnase peut entra¯ner une nouvelle dÚtÚrioration de la fonction rÚnale, y compris une insuffisance rÚnale aiguÙ, gÚnÚralement rÚversible. En consÚquence, toute association de ce type doit Ûtre administrÚe avec prudence, en particulier chez le sujet ÔgÚ. Les patients doivent Ûtre suffisamment hydratÚs et une surveillance de la fonction rÚnale doit Ûtre envisagÚe lors de l'initiation du traitement concomitant puis Ó intervalles rÚguliers (voir rubrique Mises en garde et prÚcautions d'emploi).

+        Autres agents anti-hypertenseurs (y compris les bÛta-bloquants)

Comme dans le cas des inhibiteurs de l'enzyme de conversion et des antagonistes des rÚcepteurs de l'angiotensine II, une diminution de l'effet anti-hypertenseur des bÛta-bloquants peut survenir (due Ó l'inhibition des prostaglandines Ó effet vasodilatateur).

+        Inhibiteurs de la calcineurine (par exemple ciclosporine, tacrolimus)

Les AINS peuvent accro¯tre la nephrotoxicitÚ des inhibiteurs de la calcineurine, par le biais d'effets dÚpendant des prostaglandines rÚnales. En cas d'association, la fonction rÚnale doit Ûtre surveillÚe, en particulier chez le sujet ÔgÚ.

+ áDeferasirox

L'administration concomitante de mÚloxicam et de deferasirox peut augmenter le risque d'effets indÚsirables gastro-intestinaux. La prudence est recommandÚe lors de l'association de ces mÚdicaments.

Interactions pharmacocinÚtiques (effet du mÚloxicam sur la pharmacocinÚtique d'autres mÚdicaments)

+        Lithium

Les AINS augmentent la lithiÚmie par diminution de l'excrÚtion rÚnale de lithium qui peut atteindre des valeurs toxiques. L'administration concomitante de lithium et d'AINS n'est pas recommandÚe (voir rubrique Mises en garde et prÚcautions d'emploi). Si cette association ne peut Ûtre ÚvitÚe, une surveillance Útroite de la lithiÚmie est nÚcessaire lors de l'initiation, au cours et Ó l'arrÛt du traitement par le mÚloxicam.

+        MÚthotrexate

Les AINS peuvent rÚduire l'excrÚtion tubulaire du mÚthotrexate entra¯nant une augmentation des concentrations plasmatiques en mÚthotrexate. En consÚquence, l'administration d'AINS n'est pas recommandÚe chez les patients traitÚs par de fortes doses de mÚthotrexate (plus de 15 mg/semaine) (voir rubrique Mises en garde et prÚcautions d'emploi).

Ce risque d'interaction entre les AINS et le mÚthotrexate doit Úgalement Ûtre pris en compte chez les patients traitÚs par des doses plus faibles de mÚthotrexate, en particulier en cas d'altÚration de la fonction rÚnale.

En cas d'association, une surveillance de la numÚration sanguine et de la fonction rÚnale sont nÚcessaires. Des prÚcautions particuliÞres s'imposent en cas d'administration simultanÚe du mÚthotrexate et de l'AINS sur trois jours consÚcutifs, en raison du risque de toxicitÚ liÚe Ó l'augmentation des taux plasmatiques de mÚthotrexate.

Bien que la pharmacocinÚtique du mÚthotrexate (15 mg/semaine) ne soit pas significativement modifiÚe par l'administration concomitante de mÚloxicam, il faut tenir compte du risque d'augmentation de la toxicitÚ hÚmatologique du mÚthotrexate en cas d'administration d'AINS (voir plus haut) (voir rubrique Effets indÚsirables).

+ áPemetrexed

Lors de l'utilisation concomitante de mÚloxicam avec le pemetrexed chez les patients prÚsentant une insuffisance rÚnale lÚgÞre Ó modÚrÚe (clairance de la crÚatinine allant de 45 Ó 79 ml/min), le traitement par mÚloxicam doit Ûtre interrompu pendant au moins cinq jours avant, le jour mÛme, et au moins les deux jours suivant l'administration du pemetrexed. Si l'administration concomitante du mÚloxicam et du pemetrexed est nÚcessaire, les patients doivent faire l'objet d'une surveillance Útroite, en particulier en raison du risque de myÚlosuppression et d'effets indÚsirables gastro-intestinaux. Chez les patients prÚsentant une insuffisance rÚnale sÚvÞre (clairance de la crÚatinine infÚrieure Ó 45 ml/min), l'administration concomitante de mÚloxicam et de pemetrexed n'est pas recommandÚe.

Chez les patients ayant une fonction rÚnale normale (clairance de la crÚatinine ≥ 80 ml/min), des doses de 15 mg de mÚloxicam peuvent diminuer l'Úlimination du pemetrexed et, par consÚquent, augmenter la survenue d'ÚvÚnements indÚsirables dus au pemetrexed. Par consÚquent, des prÚcautions doivent Ûtre prises lors de l'administration concomitante de doses de 15 mg de mÚloxicam avec le pemetrexed chez les patients ayant une fonction rÚnale normale (clairance de la crÚatinine ≥ 80 ml/min).

Interactions pharmacocinÚtiques (effet d'autres mÚdicaments sur la pharmacocinÚtique du mÚloxicam)

+        Cholestyramine

La cholestyramine accÚlÞre l'Úlimination du mÚloxicam en stoppant la circulation entÚrohÚpatique. Cet effet entra¯ne une augmentation de la clairance du mÚloxicam de 50 % et une diminution de la demi-vie Ó 13?3 heures. Cette interaction prÚsente une significativitÚ clinique.

Aucune interaction pharmacocinÚtique directe, prÚsentant une significativitÚ clinique, n'a ÚtÚ dÚtectÚe avec les antiacides, la cimÚtidine ou la digoxine.

Grossesse et allaitement

FertilitÚ

Le mÚloxicam, comme tout mÚdicament inhibiteur de la synthÞse des cyclooxygÚnases et des prostaglandines, peut altÚrer la fertilitÚ. Son utilisation n'est pas recommandÚe chez les femmes qui souhaitent concevoir. Chez les femmes qui prÚsentent des difficultÚs pour concevoir, ou chez lesquelles des investigations sur la fonction de reproduction sont en cours, un arrÛt du traitement par le mÚloxicam doit Ûtre envisagÚ.

Grossesse

L'inhibition de la synthÞse des prostaglandines peut avoir un effet dÚlÚtÞre sur la grossesse et/ou le dÚveloppement embryonnaire ou foetal. Les donnÚes issues des Útudes ÚpidÚmiologiques, suite Ó l'utilisation d'un inhibiteur de la synthÞse des prostaglandines au premier stade de la grossesse, suggÞrent une augmentation du risque de fausse-couche, de malformation cardiaque et de laparoschisis. Le risque absolu de malformation cardiaque est augmentÚ de moins de 1 % Ó environ 1,5 %. Ce risque est supposÚ augmenter en fonction de la dose et de la durÚe du traitement.

Chez l'animal, l'administration d'un inhibiteur de la synthÞse des prostaglandines entra¯ne une augmentation des pertes prÚ- et post-implantatoires et de la mortalitÚ embryo-foetale. De plus, une augmentation de l'incidence de diverses malformations, y compris cardiovasculaires, a ÚtÚ observÚe chez des animaux ayant reþu un inhibiteur de la synthÞse des prostaglandines au cours de la pÚriode d'organogÚnÞse.

A moins d'une nÚcessitÚ clairement Útablie, l'utilisation du mÚloxicam est Ó Úviter au cours du premier et du deuxiÞme trimestre de la grossesse. En cas d'utilisation du mÚloxicam chez une femme souhaitant concevoir, ou au cours du premier ou du deuxiÞme trimestre de la grossesse, la dose et la durÚe du traitement doivent Ûtre maintenues aussi faibles que possible.

Au cours du troisiÞme trimestre, tous les inhibiteurs de la synthÞse des prostaglandines peuvent exposer :

À         le foetus

o   Ó une toxicitÚ cardiopulmonaire (avec fermeture prÚmaturÚe du canal artÚriel et hypertension pulmonaire),

o   Ó une altÚration de la fonction rÚnale pouvant progresser vers une insuffisance rÚnale avec oligohydramnios,

À         la mÞre et l'enfant, Ó la fin de la grossesse

o   Ó une augmentation du temps de saignement, un effet anti-agrÚgant, pouvant survenir mÛme Ó trÞs faible dose,

o   Ó une inhibition des contractions utÚrines entra¯nant un travail retardÚ ou prolongÚ.

 

En consÚquence, le mÚloxicam est contre-indiquÚ au cours du troisiÞme trimestre de la grossesse.

Allaitement

Bien qu'aucune donnÚe spÚcifique ne soit disponible pour le mÚloxicam, les AINS sont connus pour passer dans le lait maternel. L'administration du mÚloxicam n'est donc pas recommandÚe en cas d'allaitement.

Effet sur la conduite de véhicules

Aucune Útude spÚcifique sur l'aptitude Ó conduire et Ó utiliser des machines n'a ÚtÚ effectuÚe.

Cependant, compte tenu de son profil pharmacodynamique et des effets indÚsirables rapportÚs, il est peu probable que le mÚloxicam affecte l'aptitude Ó conduire ou Ó utiliser des machines. Toutefois, en cas de survenue de troubles de la vision notamment une vision floue, d'Útourdissements, de somnolence, de vertiges ou autres troubles du systÞme nerveux central, il est recommandÚ de s'abstenir de conduire ou d'utiliser des machines.

Comment ça marche ?

Absorption

Le mÚloxicam est bien absorbÚ au niveau du tractus gastrointestinal et prÚsente une biodisponibilitÚ absolue d'environ 90% aprÞs administration orale sous forme de gÚlule. La bioÚquivalence a ÚtÚ Útablie entre les gÚlules, les comprimÚs et la suspension buvable.

AprÞs administration d'une dose unique de mÚloxicam, les concentrations plasmatiques maximales mÚdianes sont atteintes en 2 heures pour la suspension buvable et en 5 Ó 6 heures pour les formes orales solides (comprimÚs et gÚlules).

AprÞs administration de doses rÚitÚrÚes, l'Útat d'Úquilibre est atteint en 3 Ó 5 jours. Lors d'une administration quotidienne, les concentrations plasmatiques moyennes varient entre 0,4 Ó 1,0 Ág/ml pour une dose de 7,5 mg et 0,8 Ó 2,0 Ág/ml pour une dose de 15 mg (Valeurs des Cmin et Cmax Ó l'Útat d'Úquilibre), avec une amplitude assez faible. Les concentrations plasmatiques maximales moyennes Ó l'Útat d'Úquilibre sont atteintes en 5 Ó 6 heures pour les formes comprimÚs, gÚlules et suspension buvable respectivement. L'absorption du mÚloxicam aprÞs administration orale n'est pas modifiÚe en cas d'administration au milieu d'un repas ou de faþon concomitante avec des antiacides minÚraux.

Distribution

Le mÚloxicam est trÞs fortement liÚ aux protÚines plasmatiques, essentiellement Ó l'albumine (99%). Il pÚnÞtre dans le liquide synovial o¨ il atteint des concentrations correspondant environ Ó la moitiÚ de la concentration plasmatique. Le volume de distribution est faible, d'environ 11 litres aprÞs l'administration I.M. ou I.V., et montre des variations interindividuelles de l'ordre de 7 Ó 20%. Le volume de distribution aprÞs l'administration de doses orales multiples de mÚloxicam (7,5 Ó 15 mg) est d'environ 16 litres avec des coefficients de variation allant de 11 Ó 32 %.

Biotransformation

Le mÚloxicam est mÚtabolisÚ de faþon intense au niveau hÚpatique. Quatre mÚtabolites diffÚrents, tous pharmacologiquement inactifs, ont ÚtÚ identifiÚs dans l'urine. Le mÚtabolite principal, le 5'-carboxymÚloxicam (correspondant Ó 60% de la dose) est formÚ par oxydation d'un mÚtabolite intermÚdiaire, le 5'-hydroxymÚthylmÚloxicam, qui est Úgalement excrÚtÚ dans une moindre mesure (correspondant Ó 9% de la dose). Des Útudes in vitro suggÞrent que le CYP2C9 joue un r¶le important dans cette voie mÚtabolique, avec une contribution mineure de l'isoenzyme CYP3A4. L'activitÚ peroxydase est probablement Ó l'origine des deux autres mÚtabolites, qui correspondent respectivement Ó 16 et 4% de la dose administrÚe.

Elimination

Le mÚloxicam est ÚliminÚ principalement sous forme de mÚtabolites, pour moitiÚ par voie urinaire et pour moitiÚ par voie fÚcale. Moins de 5% de la dose quotidienne sont excrÚtÚs sous forme inchangÚe dans les faeces, seules des traces de mÚloxicam inchangÚ sont retrouvÚes dans les urines.

La demi-vie moyenne d'Úlimination varie entre 13 et 25 heures aprÞs l'administration orale, I.M. et I.V.. La clairance plasmatique totale est de 7 Ó 12 ml/min aprÞs l'administration de doses uniques, par voie orale, intraveineuse ou rectale.

LinÚaritÚ/Non-linÚaritÚ

Les paramÞtres pharmacocinÚtiques du mÚloxicam sont linÚaires entre les doses thÚrapeutiques de 7,5 Ó 15 mg aprÞs administration par voie orale ou intramusculaire.

Populations particuliÞres

Patients prÚsentant une insuffisance hÚpatique/rÚnale

Une insuffisance hÚpatique, ou rÚnale Ó un stade lÚger Ó modÚrÚ, n'a pas d'influence significative sur les paramÞtres pharmacocinÚtiques du mÚloxicam. Les sujets prÚsentant une insuffisance rÚnale modÚrÚe ont eu une Úlimination totale du mÚdicament significativement plus ÚlevÚe. La liaison aux protÚines est rÚduite chez les patients prÚsentant une insuffisance rÚnale terminale. Dans les cas d'insuffisance rÚnale terminale, l'augmentation du volume de distribution peut entra¯ner une augmentation des concentrations de la fraction libre de mÚloxicam. La dose quotidienne de 7,5 mg ne doit pas Ûtre dÚpassÚe dans ce cas (voir rubrique Posologie et mode d'administration).

Patients ÔgÚs

Les hommes ÔgÚs ont prÚsentÚ des paramÞtres pharmacocinÚtiques moyens similaires Ó ceux des hommes jeunes. Les femmes ÔgÚes ont montrÚ des valeurs d'ASC plus ÚlevÚes et une demi-vie d'Úlimination plus longue comparÚ aux sujets jeunes des deux sexes. La clairance plasmatique moyenne Ó l'Útat d'Úquilibre chez les sujets ÔgÚs est lÚgÞrement plus faible que celle observÚe chez les sujets plus jeunes.