publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

OPTIRAY 300 mg iode/mL

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 01.02.2015

Médicament générique du Classe thérapeutique: Produits diagnostiques ou autres produits thérapeutiques
principes actifs: Ioversol
laboratoire: Covidien Imaging France

Solution injectable
Boîte de 1 Flacon de 200 ml
Toutes les formes
72,21€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 73,03 €

Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
Comme tous les produits de contraste iodés, les produits tri-iodés hydrosolubles non ioniques peuvent entraîner des réactions légères, graves ou fatales d'intolérance souvent précoces, parfois tardives. Elles sont imprévisibles mais plus fréquentes chez des patients présentant des antécédents allergiques (urticaire, asthme, rhume des foins, eczéma, allergies alimentaires ou médicamenteuses) ou qui ont présenté une sensibilité particulière lors d'un examen antérieur, à l'aide d'un produit iodé. Elles ne peuvent pas être dépistées par la pratique de tests à l'iode, ni à l'heure actuelle par aucun test.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Pendant la durée de l'examen, il convient d'assurer :
. la surveillance par un médecin,
. le maintien de la voie d'abord veineuse, pour traiter sans délai un éventuel accident.
- La prudence est conseillée dans les cas d'insuffisances hépatique et rénale simultanées.
- La restriction hydrique est inutile : il est prudent de maintenir une diurèse abondante chez les sujets insuffisants rénaux, diabétiques, myélomateux, hyperuricémiques ainsi que chez les enfants très jeunes et chez les sujets athéromateux.
- Une prémédication semble souhaitable chez les sujets présentant le plus grand risque de réaction (allergiques, intolérants aux produits iodés).
Le risque implique la disposition des moyens nécessaires à une réanimation d'urgence. Ceci plus particulièrement lorsque le patient est en même temps sous bêtabloquants : l'adrénaline et le remplissage vasculaire sont alors peu efficaces.
- Les produits de contraste iodés peuvent perturber pendant plusieurs semaines la réalisation d'une scintigraphie ou d'un traitement par l'iode radioactif.
- Grossesse : les résultats des études réalisées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effets tératogènes. Cependant, toute exposition aux rayons-X devant être évitée durant la grossesse, la décision de réaliser un examen devra mettre en balance le bénéfice qu'on pense en tirer avec le risque encouru.
- Associations nécessitant des précautions d'emploi :diurétiques, metformine.






Interactions avec d'autres médicaments

ASSOCIATIONS NECESSITANT DES PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Bêtabloquants : en cas de choc ou d'hypotension dus aux produits de contraste iodés, réduction des réactions cardiovasculaires de compensation par les bêtabloquants.
Le traitement par bêtabloquant doit être arrêté chaque fois que cela est possible avant l'exploration radiologique. En cas de poursuite indispensable du traitement, le médecin doit disposer des moyens de réanimation adaptés.
- Diurétiques : en cas de déshydratation provoquée par les diurétiques, risque majoré d'insuffisance rénale aiguë, en particulier lors d'utilisation de doses importantes de produits de contraste iodés.
La réhydratation est conseillée avant administration du produit iodé.
- Metformine : acidose lactique déclenchée par l'insuffisance rénale fonctionnelle induite par l'exploration radiologique chez un diabétique.
Le traitement par la metformine doit être suspendu 48 heures avant l'exploration pour n'être restauré que 2 jours après l'examen radiologique.
ASSOCIATION A PRENDRE EN COMPTE :
Interleukine 2 : majoration du risque de réaction aux produits de contraste en cas de traitement antérieur par l'interleukine 2 (voie intraveineuse) : éruption cutanée ou, plus rarement, hypotension, oligurie, voire insuffisance rénale.

Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les résultats des études réalisées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effet tératogène.
Cependant, toute exposition aux rayons X devant être évitée durant la grossesse, la décision de réaliser un examen devra mettre en balance le bénéfice qu'on pense en tirer avec le risque encouru.
Allaitement :
Aucune étude n'a été menée concernant le passage du ioversol dans le lait.

Comment ça marche ?

- Injecté par voie vasculaire, le produit se répartit dans le système vasculaire et l'espace interstitiel, sans augmenter notablement la volémie et sans perturber l'équilibre hémodynamique.
- L'élimination sous forme inchangée parce que non métabolisée, rapide, est rénale par filtration glomérulaire. La diurèse osmotique est particulièrement réduite par la faible osmolalité des solutions.
- Cette biodisponibilité entraîne la possibilité de visualiser en radiologie le système vasculaire et l'appareil urinaire.
- En cas d'insuffisance rénale, une élimination hétérotrope se produit par voie biliaire, salivaire, sudorale et colique. La substance est dialysable.