publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PROPRANOLOL RATIOPHARM LP 80 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Propranolol
laboratoire: Teva Sante

Gélule à libération prolongée
Boîte de 30
Toutes les formes
3,60€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 4,42 €

Indication

- Hypertension artérielle.
- Prophylaxie des crises d'angor d'effort.
- Traitement au long cours après infarctus du myocarde.
- Traitement de certains troubles du rythme supraventriculaires (tachycardies, flutters et fibrillations auriculaires, tachycardies jonctionnelles) ou ventriculaires (extrasystolie ventriculaire, tachycardies ventriculaires).
- Manifestations cardiovasculaires des hyperthyroïdies et intolérance aux traitements substitutifs des hypothyroïdies.
- Signes fonctionnels de la cardiomyopathie obstructive.

Posologie PROPRANOLOL RATIOPHARM LP 80 mg Gélule à libération prolongée Boîte de 30

Voie orale.
- Hypertension artérielle, prophylaxie des crises d'angor d'effort, cardiomyopathie obstructive : Une gélule LP à 160 mg par jour de préférence le matin.
Une gélule LP à 80 mg par jour pourra cependant être utilisée comme traitement initial dans certaines populations à risque (sujets âgés, insuffisants hépatiques ou rénaux, voir précautions d'emploi) ou servir à l'augmentation graduelle de dose en complément de la forme à 160 mg lors de la recherche de posologie efficace. Toutefois, chez certains patients, il pourra être nécessaire d'augmenter la posologie jusqu'à 4 gélules de Propranolol Ratiopharm LP 80 mg par jour. Chez certains hypertendus, on pourra éventuellement associer un autre antihypertenseur ou un diurétique.
- Traitement au long cours après infarctus du myocarde :
. traitement initial : Il devra être institué entre le 5ème et le 21ème jour après l'épisode aigu de l'infarctus ; soit 1 comprimé de Propranolol Ratiopharm 40 mg 4 fois par jour (160 mg) pendant 2 à 3 jours.
. traitement d'entretien : 1 gélule LP 160 mg par jour.
- Troubles du rythme et hyperthyroïdie : Les doses actives pouvant varier d'un malade à l'autre, et des doses inférieures à 160 mg pouvant être efficaces, il conviendra de débuter le traitement par la forme à libération conventionnelle.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament NE DOIT JAMAIS ETRE UTILISE dans les cas suivants :
- hypersensibilité au propranolol,
- asthme et bronchopneumopathies chroniques obstructives dans leurs formes sévères,
- insuffisance cardiaque non contrôlée par le traitement,
- choc cardiogénique,
- blocs auriculoventriculaires des second et troisième degrés non appareillés,
- angor de Prinzmetal (dans les formes pures et en monothérapie),
- maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire),
- bradycardie (< 45-50 battements par minute),
- phénomène de Raynaud et troubles artériels périphériques dans leurs formes sévères,
- phéochromocytome non traité,
- hypotension,
- antécédent de réaction anaphylactique,
- association à la floctafénine, au sultopride (voir interactions).
DECONSEILLE :
- Ce médicament EST GENERALEMENT DECONSEILLE en cas d'association à l'amiodarone et les antagonistes du calcium (diltiazem, bépridil et vérapamil) (voir interactions).
- Allaitement : les bêtabloquants sont excrétés dans le lait. Le risque de survenue d'hypoglycémie et de bradycardie n'a pas été évalué : en conséquence et par mesure de précaution, l'allaitement est déconseillé pendant la durée du traitement.

Effets indésirables Propranolol Ratiopharm LP

AU PLAN CLINIQUE :
- Les plus fréquemment rapportés :
. asthénie,
. refroidissement des extrémités,
. bradycardie, sévère le cas échéant,
. troubles digestifs (gastralgies, nausées, vomissements),
. impuissance,
. insomnie, cauchemars.
- Beaucoup plus rarement :
. ralentissement de la conduction auriculoventriculaire ou intensification d'un bloc auriculoventriculaire existant,
. insuffisance cardiaque,
. chute tensionnelle,
. bronchospasme,
. hypoglycémie,
. syndrome de Raynaud,
. aggravation d'une claudication intermittente existante,
. diverses manifestations cutanées y compris éruptions psoriasiformes.
AU PLAN BIOLOGIQUE :
On a pu observer, dans de rares cas, l'apparition d'anticorps antinucléaires ne s'accompagnant qu'exceptionnellement de manifestations cliniques à type de syndrome lupique et cédant à l'arrêt du traitement.



✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.