Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

SELEXID 200 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 05.11.2007

Médicament générique du Classe thérapeutique: Infectiologie - Parasitologie
principes actifs: Pivmécillinam
laboratoire: Leo

Comprimé pelliculé
Boîte de 12
Toutes les formes

Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
Des réactions d'hypersensibilité sévères et parfois fatales (à type de choc anaphylactique) ont pu être observées chez des malades traités par les pénicillines.
Bien que ces accidents soient plus fréquents après injection parentérale, ils peuvent aussi, exceptionnellement, survenir après ingestion orale des produits.
Bien qu'on n'ait jamais constaté d'accidents anaphylactiques consécutifs à l'usage de Selexid, ni d'allergie croisée grave avec les pénicillines et les céphalosporines (du fait de la structure chimique particulière du pivmecilliflam), on ne peut exclure totalement cette possibilité : en conséquence, un interrogatoire du malade dans ce sens est nécessaire.
La survenue de toute manifestation allergique impose l'arrêt du traitement.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- En cas d'insuffisance rénale, adapter la posologie en fonction de la créatininémie ou de la clairance de la créatinine (voir posologie et mode d'administration).
- Enfants : en l'absence de données cliniques, il est préférable de ne pas administrer Selexid aux enfants.
- Grossesse : les études animales et l'expérience clinique n'ont pas montré à ce jour d'effet nocif sur le foetus pendant les deuxième et troisième trimestres de la grossesse. Ces études ne permettent pas d'anticiper d'un effet nocif sur le produit de la conception pendant le premier trimestre.
- Allaitement : à forte posologie, de faibles quantités de mecillinam passent dans le lait maternel.

Grossesse et allaitement

Grossesse :
Les études animales et l'expérience clinique n'ont pas montré à ce jour d'effet nocif sur le foetus pendant les deuxième et troisième trimestres de la grossesse. Ces études ne permettent pas d'anticiper d'un effet nocif sur le produit de la conception pendant le premier trimestre.
Allaitement :
A forte posologie, de faibles quantités de mecillinam passent dans le lait maternel.

Comment ça marche ?

Après administration orale, le bioprécurseur pivmecillinam est absorbé à 75%, puis complètement et rapidement hydrolysé en mecillinam que l'on retrouve dans le compartiment vasculaire. Le taux et la vitesse d'absorption ne sont pas modifiés par la prise de nourriture.
DISTRIBUTION CHEZ LES SUJETS NORMORENAUX :
- Après prise unique de 200, 400 ou 800 mg de pivmecillinam, la concentration sérique maximale en mecillinam, atteinte après environ 60 min, est respectivement de 2 à 3, 4 à 5, 6 à 8 µg/ml et elle reste supérieure à 1 µg/ml pendant respectivement 2, 3 à 4 et 4 à 5 heures.
- La demi-vie plasmatique est d'environ 1 heure (mesurée par voie microbiologique).
- Diffusion humorale et tissulaire :
La diffusion est très importante dans le foie, les reins, la prostate et plus particulièrement dans la bile et les urines où elle dépasse très largement les CMI des germes sensibles (respectivement plus de 10 fois et plus de 50 fois).
La diffusion est faible dans le liquide céphalorachidien.
Le passage à travers le placenta est faible.
La concentration est pratiquement nulle dans le lait à dose thérapeutique.
A forte posologie, de faibles quantités de mecillinam passent dans le lait maternel.
- La liaison aux protéines plasmatiques est d'environ 10 à 15%.
BIOTRANSFORMATION :
Le bioprécurseur pivmecillinam est complètement hydrolysé en mecillinam au moment de l'absorption. On a identifié dans l'urine 4 métabolites du mecillinam représentant environ 20% de la dose administrée : un seul possède une activité antibiotique.
EXCRETION :
Le mecillinam est excrété principalement dans les urines, mais aussi dans la bile et, de là, dans les fèces.
Après administration orale de 200 ou 400 mg de pivmecillinam, on obtient dans les 6 premières heures des concentrations urinaires respectivement de 70 et 120 µg/ml. Dans les 6 heures qui suivent l'administration, on retrouve dans l'urine environ 40-45% de la dose administrée excrétée sous forme inchangée.
Chez les insuffisants rénaux, le délai d'apparition et la hauteur du pic sérique sont augmentés mais toutefois pas dans des proportions aussi fortes que le laisserait prévoir la diminution de la clairance de la créatinine ; ce phénomène est dû à une augmentation compensatrice de l'élimination biliaire.