publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

TELMISARTAN/HYDROCHLO CRISTERS 80 mg/12,5 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Micardisplus
Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Telmisartan, Hydrochlorothiazide
laboratoire: Cristers

Comprimé
Boîte de 30
Toutes les formes
6,88€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 7,70 €
Tous les génériques

Précautions d'emploi

Grossesse

Les antagonistes des récepteurs de l ' angiotensine II (ARAII) ne doivent pas être débutés au cours de la grossesse. A m o ins que le traite m ent par ARAII ne soit considéré co mm e essentiel, il est reco mm andé chez les patientes qui envisagent une grossesse de m odifier le traite m ent antih y p ertenseur pour un m édica m ent a y ant un profil de sécurité établi pendant la grossesse. En cas de diagnostic de grossesse, le traite m ent par ARAII doit être arrêté i mm édia t e m ent et, si nécessaire, un traite m ent alternatif sera débuté (voir rubriques Contre-indications et Grossesse et allaitement).

Insuffisance hépatique

Le tel m isartan étant éli m iné m ajoritaire m ent par voie biliaire, TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS ne doit pas être ad m inistré à des patients atteints de cholestase, d ' obstruct i on biliaire, ou d ' insuffisance hépatique sévère (voir rubrique Contre-indications). La clairance hépatique du tel m isa r tan est susceptible d ' être réduite chez ces patients.

TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS doit être ad m inistré avec précaution chez les patients présentant une altération de la fonction hépatique ou une a tteinte hépatique évolutive. Chez de t e ls patients, une m odification, m ê m e m ineure, de l'équilibre h y drique ou électrol y tique peut déclencher un co m a hépatique. Aucune donnée clinique n'est disponible concernant l'utilisation de telmisartan/hydrochlorothiazide chez des patients atteints d'insuffisance hépatique.

H y pertension rénovasculaire

En cas d ' ad m inistration de m édica m ents actifs sur le s y stè m e rénine-angiotensine-aldostérone à des patients atteints de sténose artérielle rénale bilatérale ou de st é nose artérielle rénale sur rein fonctionnelle m ent unique, le risque d ' h y potension sévère et d ' insuffisance rénale est accru.

Insuffisance rénale et transplantation rénale

TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS ne doit pas être utilisé chez des patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 m l/ m in) (voir rubrique Contre-indications). Aucune donnée n'est disponible sur l ' utilisation de telmisartan/hydrochlorothiazide chez des patients a y ant subi une transplantation rénale récente. L ' expérience de l ' utilisation de telmisartan/hydrochlorothiazide chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à m odérée est li m itée. En conséquence, une surveillance régulière de la kalié m ie et des taux sériques de créatinine et d ' acide urique est reco mma ndée. Une h y perazoté m ie, liée au traite m ent par diurétique thiazidique, peut survenir chez les patients insuffisants rénaux.

H y povolé m ie

Une h y potension s y m p to m atique peut survenir, en p a rticulier après la pre m ière ad m inistration, chez les patients présentant une h y povolé m ie et/ou une dépl é tion sodée, à la suite d ' un traite m ent diurétique à forte dose, d ' un régi m e h y posodé, de diarrhées ou de vo m isse m ents. Ces troubles doivent être corrigés avant toute ad m inistration de TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS.

Double blocage du s y stè m e rénine-angiotensine-aldostérone

En conséquence de l'inhibition du s y stè m e rénine-angiotensine-aldostéron e , une h y potension, une s y ncope, une h y perkalié m ie et des m odifications de la fonction rénale (incluant une insuffisance rénale aiguë) ont été rapportées chez certains patients prédisposés, particulière m ent lors d ' association de m édica m ents agissant sur ces y stè m e. Le double blocage du s y stè m e rénine-angiotensine-aldostérone (par exe m ple en ad m inistrant du tel m isartan avec d'autres inhibiteurs du s y stè m e rénine-angiotensine- aldostérone) n'est par conséquent pas reco mm andé. Une surveillance étroite de la fonction rénale est reco mm andée si une ad m inistration conco m itante est considérée co mm e nécessaire.

Autres affections liées au s y stè m e rénine-angiotensine-aldostérone

Chez les patients dont la tonicité vasculaire et la f onction rénale dépendent de façon prédo m inante de l ' activité du s y stè m e rénine-angiotensine-aldost é rone (par exe m ple les patients présentant une insuffisance cardiaque congestive sévère, ou une att e inte rénale sous-jacente, y co m p ris une sténose artérielle rénale), le traite m ent par des m éd i ca m ents agissant sur ces y stè m e a été associé à une h y potension aiguë, une h y perazoté m ie, une oligurie, ou plus rare m ent, à une insuffisance rénale aiguë (voir rubrique Effets indésirables).

H y peraldostéronis m e pri m aire

Les patients atteints d'h y peraldostéronis m e pri m aire ne répondent générale me nt pas aux traite m ents antih y p ertenseurs agissant par inhibition du s y stè m e rénine-angiotensine. L ' utilisation de TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS n ' est pas reco mm andée chez ces patients.

Sténose des valves m itrale et aortique, cardio m y opathie obstructive h y pertrophique

Co mm e pour les autres traite m ents vasodilatateurs, la prudence s ' i m pose en cas d ' ad m inistration du tel m isartan chez les patients souffrant de st é nose m itrale ou aortique ou de cardio m y opathie obstructive h y pertrophique.

Effets m étaboliques et endocriniens

Les traite m ents par dérivés thiazidiques peuvent di m i nuer la tolérance au glucose, alors que chez les patients diabétiques sous tel m isartan et traités par insuline ou antidiabétiques une h y pogl y cé m ie peut survenir. Par conséquent, une surveillance de la gl y cé m ie doit être envisagée chez ces patients ; un ajuste m ent de la dose d ' insuline ou d ' antidiabétiq u es peut s ' avérer nécessaire lorsque cela est indiqué. Un traite m ent par dérivés thiazidiques peut révéler un diabète sucré latent.

Un traite m ent par diurétiques thiazidiques peut être associé à une aug m entation des taux de cholestérol et de trigl y cérides. Cependant, à la dose de 12,5 m g d'h y drochlorothiazide contenue dans TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS, aucun effet ou seuls des effets m in e urs ont été rapportés. Chez certains patients, le traite m ent par dérivés thiazidiques peut entraîner une h y peruricé m ie ou une crise de goutte.

Déséquilibre électrol y tique

Co mm e pour tous les patients traités par diurétiq u es, un bilan électrol y tique doit être effectué à intervalles réguliers. Tous les dérivés thiazidiques, y co m p ris l'h y drochlorothiazide, peuvent entraîner un déséquilibre h y drique ou électrol y tique (not a mm ent une h y pokalié m ie, une h y ponatré m ie et une alcalose h y pochloré m ique). Les signes d ' alerte de ces déséquilibres sont une sécheresse buccale, une sensation de soif, une asthénie, une léthargie, une so m nolence, une nervosité, des douleurs ou cra m pes m u sculaires, une fatigue m u sculaire, une h y potension, une oligurie, une tach y cardie, et des troubles gastro-intestinaux tels que nausées et vo m isse m ents (voir rubrique Effets indésirables).

H y pokalié m ie

Bien que le traite m ent par diurétiques thiazid i ques puisse entraîner une h y pokalié m ie, celle-ci peut être li m itée par l ' association h y drochlorothiazide-tel m isartan. Le risque d ' h y pokalié m ie est aug m enté chez les patients présentant une cirrhose hépatique, une diurèse i m portante, chez les patients dont l'apport oral d'électrol y tes est ins u ffisant et chez les patients traités si m u ltané m ent par corticostéroïdes ou par l'hor m one corticotrope (ACTH) (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

H y perkalié m ie

Inverse m ent, l ' activité antagoniste du tel m isartan sur les récepteurs AT 1 de l'angiotensine II peut entraîner une h y perkalié m ie. Bien qu'aucune hyperkalié m ie clinique m ent significative n ' ait été rapportée sous telmisartan/hydrochlorothiazide, une insuffisance rénale et/ou cardiaque et un diabète sucré constituent des facteurs de risque de survenue d ' une hyperkalié m ie. La prudence est de rigueur en cas d ' association de telmisartan/hydrochlorothiazide à des diurétiques d ' épargne potassique, à un traite m ent de supplé m entation potassique ou à des sels de régi m e contenant du potassium (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

H y ponatré m ie et alcalose h y pochloré m ique

Aucune donnée n ' indique que telmisartan/hydrochlorothiazide puisse réduire ou prévenir une h y ponatré m ie induite par les diurétiques. Les h y pochloré m ies sont en général m ineures et ne nécessitent pas de traite m ent spécifique.

H y percalcé m ie

Les dérivés thiazidiques peuvent réduire l'excrét i on urinaire du calcium et entraîner une élévation légère et transitoire de la calcé m ie en l'absence d'ano m alie connue du m étabolis m e du calciu m . L'apparition d'une h y percalcé m ie significative peut être le signe d'une h y perparath y roïdie sous- jacente. Le traite m ent par dérivés thiazidiques d e vra être interro m pu avant d ' explorer la fonction parath y roïdienne.

H y po m agnésé m ie

Les dérivés thiazidiques peuvent aug m enter l ' excrétion urinaire du m agnésium et entraîner une h y po m agnésé m ie (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Différences ethniques

Co mm e tous les autres antagonistes des récepteurs de l ' angiotensine II, l ' efficacité antih y p ertensive du tel m isartan est appare m m ent m o ins i m portante dans la population noire que dans les autres populations. Cette différence pourrait être liée à une plus forte prévalence d'h y pertendus avec taux bas de rénine dans cette population.

Autres précautions

Co mm e pour tout traite m ent antih y p ertenseur, une réduction trop i m portante de la pression artérielle chez des patients atteints d ' une cardiopathie isché m ique ou d ' une m aladie cardiovasculaire isché m ique pourrait entraîner un infarctus du m y ocarde ou un accident vasculaire cérébral.

Précautions d ' ordre général

Des réactions d'h y persensibilité à l'h y drochlorothiazide peuvent survenir, plus particulière m ent chez les patients présentant des antécédents d ' allergie ou d ' asth m e, m ais égale m ent chez des patients sans ce t y pe d ' antécédents.

Des exacerbations ou activations de lupus ér y th ém ateux s y sté m iques ont été rapportées lors de traite m ents par dérivés thiazidiques, incluant l'h y drochlorothiazide.

Des cas de réactions de photosensibilité ont été rapportés avec les diurétiques thiazidiques (voir rubrique Effets indésirables). Si une réaction de photosensibilité survient au cours du traite m ent, il est reco mm andé d ' arrêter le traite m ent. Si la reprise du diurét i que est jugée nécessaire, il est reco mm andé de protéger les zones exposées au soleil ou aux ra y ons UVA artificiels.

Myopie aiguë et glaucome à angle fermé

L'hydrochlorothiazide, un sulfamide, peut provoquer une réaction idiosyncrasique entraînant une myopie aiguë transitoire et un glaucome aigu à angle fermé. Les symptômes comprennent l'apparition brutale d'une diminution de l'acuité visuelle ou d'une douleur oculaire et apparaissent généralement dans les heures voire les semaines après l'initiation du traitement. Un glaucome aigu à angle fermé non traité peut conduire à une perte définitive de la vision. Le traitement principal consiste à interrompre le traitement par l'hydrochlorothiazide aussi rapidement que possible. Si la pression intraoculaire reste incontrôlée, un traitement médical ou chirurgical d'urgence doit être envisagé. Un antécédent d'allergie aux sulfamides ou à la pénicilline est à prendre en compte dans les facteurs de risque de développement d'un glaucome aigu à angle fermé.

Interactions avec d'autres médicaments

+ Lithium

Des augmentations réversibles des concentrations sériques et de la toxicité du lithium ont été observées au cours de traitements concomitants par du lithium et des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine. De rares cas ont également été rapportés avec des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (dont TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS).

L'administration concomitante de lithium et de TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS est déconseillée (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Si l'association ne peut être évitée, une surveillance étroite de la lithémie est recommandée lors de l'utilisation concomitante.

+ Médicaments associés à une perte potassique et une hypokaliémie (par exemple autres diurétiques hypokaliémiants, laxatifs, corticostéroïdes, ACTH, amphotéricine, carbenoxolone, pénicilline G sodique, acide salicylique et ses dérivés)

En cas d'administration concomitante de l'un de ces produits avec l'association hydrochlorothiazidetelmisartan, une surveillance de la kaliémie est recommandée car ces médicaments peuvent potentialiser l'effet de l'hydrochlorothiazide sur la kaliémie (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

+ Médicaments pouvant augmenter la kaliémie ou entraîner une hyperkaliémie (par exemple inhibiteurs de l'enzyme de conversion, diurétiques d'épargne potassique, suppléments potassiques, sels de régime contenant du potassium, ciclosporine ou autres médicaments tels que l'héparine sodique)

En cas d'association de ces médicaments à un traitement par l'association hydrochlorothiazidetelmisartan, une surveillance des taux plasmatiques de potassium est recommandée. L'expérience de l'utilisation d'autres médicaments agissant sur le système rénine-angiotensine montre que leur association avec les médicaments pré-cités peut entraîner des augmentations de la kaliémie et, par conséquent, est déconseillée (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

+ Médicaments affectés par les modifications de la kaliémie

Une surveillance régulière de la kaliémie et une surveillance électrocardiographique sont recommandées en cas d'association de TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS à des médicaments affectés par les déséquilibres de la kaliémie (par exemple digitaliques, antiarythmiques) et les médicaments suivants pouvant induire des torsades de pointes (incluant certains antiarythmiques), l'hypokaliémie étant un facteur prédisposant à la survenue de torsades de pointes:

· Antiarythmiques de classe Ia (par exemple quinidine, hydroquinidine, disopyramide)

· Antiarythmiques de classe III (par exemple amiodarone, sotalol, dofétilide, ibutilide)

· Certains antipsychotiques (par exemple thioridazine, chlorpromazine, lévomépromazine, trifluopérazine, cyamémazine, sulpiride, sultopride, amisulpride, tiapride, pimozide, halopéridol, dropéridol).

· Autres produits (par exemple bépridil, cisapride, diphémanil, érythromycine IV, halofantrine, mizolastine, pentamidine, sparfloxacine, terfénadine, vincamine IV).

+ Glycosides digitaliques

Une hypokaliémie induite par les thiazidiques ou une hypomagnésémie peuvent favoriser la survenue d'arythmie induite par les digitaliques (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

+ Autres agents antihypertenseurs

Le telmisartan peut augmenter l'effet hypotenseur d'autres agents antihypertenseurs.

+ Antidiabétiques (oraux et insuline)

Un ajustement posologique du traitement antidiabétique peut être nécessaire (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

+ Metformine

La metformine doit être utilisée avec précaution en raison du risque d'acidose lactique pouvant être induit par une éventuelle insuffisance rénale fonctionnelle liée à l'hydrochlorothiazide.

+ Cholestyramine et résines chélatrices

L'absorption de l'hydrochlorothiazide est diminuée en présence de résines échangeuses d'anions.

+ Anti-inflammatoires non stéroïdiens

Les AINS (par exemple acide acétylsalicylique à des doses anti-inflammatoires, les inhibiteurs de la COX-2 et les AINS non-séléctifs) peuvent diminuer les effets diurétique, natriurétique et antihypertenseur des diurétiques thiazidiques ainsi que l'effet antihypertenseur des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II.

Chez certains patients dont la fonction rénale est altérée (par exemple les patients déshydratés ou les patients âgés dont la fonction rénale est altérée) l'association d'antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II et d'agents inhibiteurs de la cyclo-oxygénase peut entraîner une dégradation supplémentaire de la fonction rénale, notamment une insuffisance rénale aiguë, généralement réversible. Par conséquent, principalement chez les patients âgés, l'association devra être utilisée avec prudence. Les patients devront être hydratés correctement et une surveillance de la fonction rénale sera mise en place à l'initiation du traitement concomitant puis périodiquement par la suite.

Dans une étude, la co-administration du telmisartan et du ramipril a conduit à une augmentation d'un facteur 2,5 de l'ASC 0-24 et de la C max du ramipril et du ramiprilate. La pertinence clinique de cette observation n'est pas connue.

+ Amines vasopressives (par exemple noradrénaline)

L'effet des amines vasopressives peut être diminué.

+ Myorelaxants non-dépolarisants (par exemple tubocurarine)

L'effet des myorelaxants non-dépolarisants peut être potentialisé par l'hydrochlorothiazide.

+ Médicaments utilisés pour le traitement de la goutte (par exemple probénécide, sulfinpyrazone et allopurinol)

L'hydrochlorothiazide pouvant augmenter les taux sériques d'acide urique, une adaptation de la posologie des médicaments uricosuriques peut être nécessaire, en particulier une augmentation des doses de probénécide et sulfinpyrazone. L'administration de dérivés thiazidiques peut accroître le risque de réactions d'hypersensibilité à l'allopurinol.

+ Sels de calcium

Les dérivés thiazidiques peuvent augmenter les taux sériques de calcium en diminuant son excrétion.

En cas de prescription d'une supplémentation calcique, la calcémie doit être surveillée et la posologie du traitement adaptée en fonction de la calcémie.

+ Bêtabloquants et diazoxide

L'effet hyperglycémiant des bêta-bloquants et du diazoxide peut être augmenté par les dérivés thiazidiques.

+ Agents anticholinergiques (par exemple atropine, bipéridène)

Ces médicaments peuvent augmenter la biodisponibilité des diurétiques thiazidiques en diminuant la motilité gastrointestinale et le taux de vidange gastrique.

+ Amantadine

Les dérivés thiazidiques peuvent augmenter les risques d'effets indésirables liés à l'amantadine.

+ Agents cytotoxiques (par exemple cyclophosphamide, méthotrexate)

Les dérivés thiazidiques peuvent réduire l'excrétion rénale des médicaments cytotoxiques et potentialiser leurs effets myélosuppressifs.

Compte tenu de leurs propriétés pharmacologiques, le baclofène et l'amifostine peuvent potentialiser les effets hypotenseurs de tous les antihypertenseurs, y compris ceux du telmisartan. De plus, l'alcool, les barbituriques, les narcotiques ou les antidépresseurs peuvent potentialiser le risque d'hypotension orthostatique.

Grossesse et allaitement

Grossesse

L'utilisation d'antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (ARAII) est déconseillée pendant le 1er trimestre de la grossesse (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). L'utilisation des ARAII est contre-indiquée aux 2ème et 3ème trimestres de la grossesse (voir rubriques Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi).

Il n'existe pas de données suffisantes sur l'utilisation de telmisartan/hydrochlorothiazide chez la femme enceinte. Les études chez l'animal ont montré une toxicité sur la reproduction (voir rubrique Données de sécurité précliniques).

Les données épidémiologiques disponibles concernant le risque de malformation après exposition aux IEC au 1 er trimestre de la grossesse ne permettent pas de conclure. Cependant une petite augmentation du risque de malformation congénitale ne peut être exclue. Il n'existe pas d'études épidémiologiques contrôlées disponibles concernant l'utilisation des ARAII au 1 er trimestre de la grossesse, cependant un risque similaire aux IEC pourrait exister pour cette classe. A moins que le traitement par ARAII ne soit considéré comme essentiel, il est recommandé chez les patientes qui envisagent une grossesse de modifier le traitement antihypertenseur pour un médicament ayant un profil de sécurité établi pendant la grossesse. En cas de diagnostic de grossesse, le traitement par ARAII doit être arrêté immédiatement et si nécessaire un traitement antihypertenseur alternatif sera débuté.

L'exposition aux ARAII au cours des 2ème et 3ème trimestres de la grossesse est connue pour entraîner une foetotoxicité (diminution de la fonction rénale, oligohydramnios, retard d'ossification des os du crâne) et une toxicité chez le nouveau-né (insuffisance rénale, hypotension, hyperkaliémie) (voir rubrique Données de sécurité précliniques). En cas d'exposition à partir du 2ème trimestre de la grossesse, il est recommandé de faire une échographie foetale afin de vérifier la fonction rénale et les os de la voute du crâne. Les nouveau-nés de mère traitée par ARAII doivent être surveillés sur le plan tensionnel (voir rubriques Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi).

Les données concernant l'utilisation de l'hydrochlorothiazide pendant la grossesse, et particulièrement pendant le 1 er trimestre, sont limitées. Les études animales sont insuffisantes. L'hydrochlorothiazide traverse la barrière placentaire. Compte-tenu du mécanisme d'action pharmacologique de l'hydrochlorothiazide, son utilisation au cours des 2ème et3ème trimestres de grossesse peut diminuer la perfusion foeto-placentaire et entraîner des effets foetaux et néonataux tels qu'un ictère, un déséquilibre électrolytique et une thrombopénie.

L'hydrochlorothiazide ne doit pas être utilisé pour traiter l'oedème gestationnel, l'hypertension gestationnelle ou la pré-éclampsie en raison du risque de diminution de la volémie et d'une hypoperfusion placentaire, sans effet bénéfique sur l'évolution de la maladie.

L'hydrochlorothiazide ne doit pas être utilisé pour traiter l'hypertension artérielle essentielle chez la femme enceinte sauf dans les rares cas où aucun autre traitement n'est possible.

Allaitement

Aucune information n'étant disponible concernant l'utilisation de telmisartan/hydrochlorothiazide au cours de l'allaitement, son administration n'est pas recommandée. Il est conseillé d'utiliser des traitements alternatifs ayant un profil de sécurité mieux établi au cours de l'allaitement, en particulier pour l'allaitement des nouveau-nés et des prématurés.

L'hydrochlorothiazide est excrété en faible quantité dans le lait maternel. Les diurétiques thiazidiques administrés à fortes doses, provoquant une diurèse intense, peuvent inhiber la sécrétion de lait.

L'utilisation de TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS pendant l'allaitement n'est pas recommandée. Si TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS est utilisé pendant l'allaitement, les doses doivent être aussi faibles que possible.

Fécondité

Dans des études pré-cliniques, aucun effet du telmisartan et de l'hydrochlorothiazide n'a été observé sur la fécondité des mâles et des femelles.

Effet sur la conduite de véhicules

Les patients qui sont amenés à conduire des véhicules ou à utiliser des machines doivent prendre en compte le fait que des vertiges ou une somnolence peuvent occasionnellement survenir au cours de traitements par des agents antihypertenseurs tels que TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS.

Comment ça marche ?

L'administration concomitante de l'hydrochlorothiazide et du telmisartan ne modifie pas la pharmacocinétique de l'un ou l'autre des principes actifs chez le sujet sain.

Absorption

Telmisartan : Après administration par voie orale, les concentrations plasmatiques maximales de telmisartan sont atteintes 30 minutes à 1 heure 30 après la prise. La biodisponibilité absolue du telmisartan pour les doses de 40 et 160 mg est respectivement de 42 et 58 %. La prise de nourriture diminue légèrement la biodisponibilité du telmisartan avec une réduction de la surface sous la courbe des concentrations plasmatiques en fonction du temps (ASC) d'environ 6 % pour une dose de 40 mg et d'environ 19 % pour une dose de 160 mg. A partir de la troisième heure suivant la prise, les concentrations plasmatiques sont similaires, que le telmisartan ait été pris à jeun ou avec un repas.

Cette faible diminution de l'ASC ne provoque toutefois pas de réduction cliniquement significative de l'effet thérapeutique. La pharmacocinétique du telmisartan administré par voie orale n'est pas linéaire aux doses comprises entre 20 et 160 mg (augmentation plus importante des concentrations plasmatiques (C max et ASC) pour des doses croissantes). L'administration répétée de telmisartan n'entraîne pas d'accumulation plasmatique significative .

Hydrochlorothiazide : Après administration orale de TELMISARTAN/HYDROCHLOROTHIAZIDE CRISTERS, les concentrations plasmatiques maximales d'hydrochlorothiazide sont atteintes 1 à 3 heures après la prise. La biodisponibilité absolue de l'hydrochlorothiazide, basée sur l'excrétion rénale cumulée est d'environ 60 %.

Distribution

Le telmisartan est fortement lié aux protéines plasmatiques (à plus de 99,5 %), essentiellement à l'albumine et à l'alpha1-glycoprotéine acide. Le volume apparent de distribution du telmisartan est d'environ 500 litres, ce qui indique l'existence d'une distribution tissulaire.

L'hydrochlorothiazide est lié à 68 % aux protéines plasmatiques et son volume apparent de distribution est compris entre 0,83 et 1,14 l/kg.

Biotransformation

Le telmisartan est métabolisé par glucuronoconjugaison et forme un dérivé acylglucuronide pharmacologiquement inactif, seul métabolite identifié chez l'homme. Après administration d'une dose unique de telmisartan radiomarqué, le glucuronide représente environ 11 % de la radioactivité mesurée au niveau du plasma. Les isoenzymes du cytochrome P450 ne participent pas au métabolisme du telmisartan.

L'hydrochlorothiazide n'est pas métabolisé chez l'homme.

Elimination

Telmisartan : Après administration intraveineuse ou orale de telmisartan radiomarqué, la majeure partie de la dose administrée (plus de 97 %) est éliminée par voie fécale, par excrétion biliaire. Seule une quantité minime est éliminée par voie urinaire. La clairance plasmatique totale du telmisartan après administration orale est supérieure à 1500 ml/min. La demi-vie terminale d'élimination est supérieure à 20 heures.

L'hydrochlorothiazide est excrété presque totalement sous forme inchangée par voie urinaire. Près de 60 % de la dose orale sont éliminés au cours des premières 48 heures. La clairance rénale est d'environ 250 à 300 ml/min. La demi-vie terminale d'élimination de l'hydrochlorothiazide est de 10 à 15 heures.

Populations particulières

Personnes âgées

La pharmacocinétique du telmisartan n'est pas modifiée chez le sujet âgé.

Sexe

Les concentrations plasmatiques du telmisartan sont généralement 2 à 3 fois plus élevées chez la femme que chez l'homme. Toutefois, au cours des essais cliniques, aucune modification significative sur la réduction de la pression artérielle ou l'incidence des hypotensions orthostatiques n'a été mise en évidence chez la femme. Aucun ajustement posologique n'est nécessaire. Chez la femme, une tendance à des concentrations plasmatiques d'hydrochlorothiazide plus élevées que chez l'homme a également été mise en évidence. Cette tendance n'a pas été jugée cliniquement pertinente.

Insuffisance rénale

L'excrétion rénale n'intervient pas dans la clairance du telmisartan. D'après l'expérience limitée de l'utilisation du telmisartan chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée, (clairance de la créatinine comprise entre 30 et 60 ml/min, valeur moyenne 50 ml/min), aucun ajustement posologique n' est nécessaire chez les patients insuffisants rénaux. Le telmisartan n'est pas éliminé par hémodialyse. Chez les patients dont la fonction rénale est altérée, le taux d'élimination de l'hydrochlorothiazide est réduit. Au cours d'une étude réalisée chez des patients présentant une clairance de la créatinine moyenne de 90 ml/min, la demi-vie d'élimination de l'hydrochlorothiazide était augmentée. Chez les patients anuriques fonctionnels, la demi-vie d'élimination est d'environ 34 heures.

Insuffisance hépatique

Les études de pharmacocinétique menées chez les patients présentant une insuffisance hépatique ont montré une augmentation de la biodisponibilité absolue jusqu'à environ 100 %. La demi-vie d'élimination n'est pas modifiée chez les patients souffrant d'insuffisance hépatique.

Telmisartan/Hydrochlo Cristers existe aussi sous ces formes

Telmisartan/Hydrochlo Cristers

Voir aussi les génériques de Micardisplus

Telmisartan/Hydrochlo Cristers

Telmisartan Hydroch Teva Sante

Telmisartan/Hydrochlo EG

Telmisartan/Hydrochlo Zydus

Telmisartan/Hydrochlo Biogaran

Telmisartan/Hydrochlo Mylan

Tolucombi GE

Telmisartan/Hydrochlo Sandoz

Telmisartan/Hydrochlo Actavis

Telmisartan/Hydrochlo Ztv