Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

THEPRUBICINE 20 mg Poudre et solvant pour solution pour perfusion Boîte de 1 Flacon de poudre + ampoule de solvant de 10 ml

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 01.03.2011

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Pirarubicine
laboratoire: Sanofi-Aventis France

Poudre et solvant pour solution pour perfusion IV
Toutes les formes
54,31€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 55,13 €

Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
- A la posologie préconisée, une granulopénie majeure et de courte durée peut, exceptionnellement, survenir entre le 10ème et le 15ème jour après l'administration d'une dose unique, particulièrement chez les sujets lourdement prétraités par chimiothérapie ou chez les patients dont les fonctions hépatiques sont perturbées.
- Chez les patients ayant préalablement reçu des anthracyclines ou des anthraquinones et/ou une radiothérapie thoracique, et/ou ayant des antécédents d'infarctus du myocarde, un traitement par la pirarubicine peut être entrepris, à condition de s'assurer que la fonction myocardique est normale (fraction d'éjection ventriculaire).
- En cas d'altération du bilan hépatique (tout particulièrement du métabolisme de la bilirubine) ou d'une insuffisance rénale, il existe un risque d'accumulation du produit et d'aggravation de la toxicité hématologique.
- Certaines leucémies secondaires aux agents anticancéreux (voir rubrique effets indésirables) peuvent être curables à condition d'une prise en charge précoce et adaptée. En conséquence, tout patient traité par la pirarubicine doit faire l'objet d'une surveillance hématologique.
- Ce médicament est déconseillé avec les vaccins vivants atténués (sauf le vaccin anti-amaril, voir rubrique contre-indications), la phénytoïne ou la fosphénytoïne (voir rubrique interactions).
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Pratiquer avant chaque nouveau cycle, une numération formule sanguine, un bilan cardiovasculaire clinique et électrocardiographique.
- Au-delà d'une dose cumulative comprise entre 600 et 700 mg/m², un contrôle de la fraction d'éjection ventriculaire est conseillé avant chaque cycle.
- Associations nécessitant des précautions d'emploi : anticoagulants oraux.

Interactions avec d'autres médicaments

INTERACTIONS COMMUNES A TOUS LES CYTOTOXIQUES :
ANTICANCEREUX ET INR :
En raison de l'augmentation du risque thrombotique lors des affections tumorales, le recours à un traitement anticoagulant est fréquent. La grande variabilité de la coagulabilité au cours de ces affections, à laquelle s'ajoute l'éventualité d'une interaction entre les anticoagulants oraux et la chimiothérapie anticancéreuse, imposent, s'il est décidé de traiter le patient par anticoagulants oraux, d'augmenter la fréquence des contrôles de l'INR.
ASSOCIATION CONTRE-INDIQUEE (voir rubrique contre-indications) :
- Vaccin anti-amaril (fièvre jaune) :
Risque de maladie vaccinale généralisée mortelle.
ASSOCIATIONS DECONSEILLEES (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi Mises en garde) :
- Phénytoïne (et, par extrapolation, fosphénytoïne) :
Risque de survenue de convulsions par diminution de l'absorption digestive de la seule phénytoïne par le cytotoxique, ou bien risque de majoration de la toxicité ou de perte d'efficacité du cytotoxique par augmentation de son métabolisme hépatique par la phénytoïne ou la fosphénytoïne.
- Vaccins vivants atténués sauf anti-amaril :
Risque de maladie vaccinale généralisée éventuellement mortelle. Ce risque est majoré chez les sujets déjà immunodéprimés par la maladie sous-jacente.
Utiliser un vaccin inactivé lorsqu'il existe (poliomyélite).
ASSOCIATION A PRENDRE EN COMPTE :
Immunosuppresseurs :
Immunodépression excessive avec risque de syndrome lymphoprolifératif.

Grossesse et allaitement

THEPRUBICINE est contre-indiqué durant la grossesse et l'allaitement.

Comment ça marche ?

- Après administration intraveineuse d'une dose unique thérapeutique chez des patients présentant des fonctions hépatique et rénale normales, il a été observé une décroissance triphasique des concentrations de pirarubicine dans le plasma, avec notamment une phase alpha de distribution tissulaire extrêmement courte (T1/2 alpha de 1 à 5 minutes), une T1/2 bêta d'environ 20 à 30 minutes et une phase terminale variant de 13 à 23 heures.
- Le volume apparent de distribution dans les compartiments tissulaires, très élevé, met en évidence une diffusion large de la pirarubicine dans l'organisme. Des dosages tissulaires, en particulier au niveau des tissus tumoraux, ont montré des concentrations largement supérieures aux concentrations plasmatiques.
- La pirarubicine est principalement excrétée par voie biliaire. L'excrétion urinaire est faible (en 48 à 72 heures : 5 à 10% de la dose administrée).
- Les métabolites de la pirarubicine retrouvés dans le sang et les urines sont, d'une part de la doxorubicine, en quantité faible, d'autre part des composés 1-3-dihydro dérivés, métabolites glycosides (THP-adriamycinol et adriamycinol, biologiquement actifs) et enfin des composés aglycones inactifs.
- La pirarubicine se distingue de la doxorubicine par une demi-vie plus courte, une large diffusion et une plus forte concentration tissulaire.