publicité

publicité

Les régimes "sans" sont-ils bons pour notre santé ?

Publié par : rédaction Onmeda (01. décembre 2016)

© Shutterstock

Sans gluten, sans lactose, sans viande, sans sucre… Les régimes «sans » font de plus en plus d’adeptes. Mais sont-ils intéressants pour notre santé ?

Restaurants « veggie », boulangeries « sans gluten », livres de recette pour apprendre à cuisiner « sans lait » ou « sans sucre »… Les régimes « sans » sont partout ! Comment expliquer cet engouement ? Les raisons invoquées par les défenseurs de ces régimes sont multiples : le respect de l’environnement et de la cause animale, une méfiance envers notre alimentation moderne, le contrôle de notre poids, mais aussi des préoccupations pour notre santé …

Les régimes sans gluten, sans lactose

« Il y a six mois, j’ai consulté un médecin nutritionniste gastro-entérologue pour des problèmes de digestion et de fatigue chronique, se souvient Sophie, 29 ans. Grâce à des tests sanguins, j’ai compris que je souffrais d’intolérances aux protéines de lait, mais aussi à une grande partie des céréales contenant du gluten comme le blé. Le médecin m’a donc conseillé de supprimer ces aliments de mon alimentation. » 5 millions de français auraient adopté un régime sans gluten, d’après le magazine 60 millions de consommateurs. Parmi eux, seuls 600 000 personnes seraient réellement intolérantes au gluten. Ainsi, beaucoup se tournent vers le « noglu » ou le « nomilk » par choix, à la recherche d’une meilleure digestion, d’une meilleure vitalité… Un régime alimentaire bien souvent « auto-prescrit » et qui peut conduire à des dérives.

« Il faut bien distinguer la science de la mode et du marketing » met en garde le Docteur Alexandra Dalu, médecin nutritionniste. « Un régime alimentaire sans gluten ou sans protéines de lait peut être préconisé chez des personnes souffrant d’allergies ou d’intolérances alimentaires. Mais il n’est pas conseillé d’adopter un régime d’exclusion sans diagnostic médical ».

Sophie a remplacé le lait animal par du lait de soja enrichi en calcium. « J’ai dû trouver des alternatives afin d’éviter les carences », explique-t-elle. Elle mise aussi sur les protéines végétales et sans gluten, tout en limitant les protéines animales.

Les régimes sans chair animale, ou presque…

Sophie est flexitarienne… Derrière ce nom quelque peu barbare, se cache un courant issu du végétarisme. « Depuis plusieurs années, je ne mange de la viande ou du poisson qu’une fois par semaine… Le reste du temps, je varie mon alimentation avec des protéines végétales : certaines céréales comme le quinoa ou le riz complet, et des légumineuses comme le soja. Mon régime alimentaire est constitué à 80% de fruits et légumes que je choisis bio et locaux. », explique la jeune femme.

Aux côtés des traditionnels végétariens qui ne consomment pas de chair animale, nous retrouvons aussi les pesco-végétariens qui s’autorisent le poisson et les plus « puristes », les végétaliens qui ne consomment ni chair animale, ni œufs, ni lait, ni miel. Certains s’orientent également vers le crudivorisme, aussi appelé « l’alimentation vivante », afin de se nourrir exclusivement d’aliments crus : des fruits et légumes, des céréales, des graines germées…« Moins vous faites cuire les aliments, plus vous conservez leurs vitamines et leurs minéraux » souligne le Docteur Dalu. Quant à Sophie, elle « essaie de manger cru le plus possible. Par exemple des crudités en début de repas ». Mais ces régimes sans - ou avec moins de - protéines animales sont-ils intéressants pour notre santé ?

« Ce sont des régimes alimentaires qui apportent des fibres et vitamines, constate le Docteur Dalu. Seulement, ils peuvent entrainer des carences en protéines, en fer, en vitamines du groupe B et D, en zinc, en calcium. Nous conseillons aux personnes suivant un tel régime de consulter leur médecin et de réaliser des examens sanguins pour déceler d'éventuelles carences alimentaires.»

Et à la nutritionniste d'ajouter : « D’autre part, le régime végétalien  n’offre pas d’apports suffisants en macro et micronutriments. Il est d’ailleurs contre-indiqué chez les femmes enceintes, les enfants, les bébés et les personnes alitées »

Un peu de tout, sans excès

Et si au lieu d’exclure certains aliments de notre assiette, nous composions une assiette équilibrée, avec un peu de tout, sans excès ? Exemple avec les sucres que nous retrouvons un peu partout dans notre alimentation ! Certains sont bons, d’autres moins…Mais adopter un régime «zéro » sucre relèverait d’un véritable parcours du combattant ! « Néanmoins, un régime alimentaire sans sucres ajoutés ou avec peu de sucres est intéressant, note le Dr Dalu.  Nous devrions tous limiter notre consommation de sucre afin de se prémunir contre les maladies métaboliques, comme le diabète, et les maladies cardiovasculaires liées au surpoids ».  Plus de poisson et moins de viande, plus de fruits et légumes, de céréales, et d‘huiles végétales… Ce sont les clés du régime anti-inflammatoire mais aussi du régime méditerranéen (ou crétois).

« Beaucoup de végétaux, juste ce qu’il faut de protéines animales, et peu d’aliments transformés… Ces régimes sont équilibrés, riches en fibres mais aussi en Omégas 3 » précise le Docteur Dalu.

Pour trouver le « juste » équilibre, d’autres se tournent vers le régime acido-basique… Comment ? En réalisant les bonnes associations dans leur assiette. Une assiette équilibrée selon le principe acido-basique contiendrait ainsi 2/3 de fruits et légumes pour 1/3 de protéines animales ou végétales. Version « omnivore » ou « veggie », au choix ! 

« Ce que nous constatons dans les changements d’alimentation de nos patients, ce n’est généralement pas du « sans », mais plutôt du « moins de » : moins de sel, moins de sucre, moins de viande rouge, de charcuterie, de produits laitiers,  de produits transformés… Et plus de bonnes choses, explique le Docteur Alexandra Dalu. Manger varié apporte une bonne santé, du plaisir et moins de frustrations. C’est un cercle vertueux ! »

A lire : "Les 100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien", de Alexandra Dalu aux éditions Leduc.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Ventre & Digestion, Nutrition ou Un médecin vous répond !

À lire aussi 

Enfant végétarien ou végétalien : les carences à surveiller (et à compenser)
10 faits scientifiques à connaître sur les protéines animales (et végétales)
Obésité : les régimes peuvent être dangereux
Un chercheur de l'INRA : "L'hypersensibilité au gluten existe mais elle n'est pas encore expliquée"
Les aliments sans gluten

À voir :

"Je veux arrêter la viande " : les conseils d'une diététicienne pour éviter les carences "

Auteur : Charline Delafontaine

Quel est votre IMC ? Découvrez si vous êtes en surpoids, avec un poids insuffisant (maigreur) ou de corpulence normale !