publicité

publicité

Douleur au mollet : les traitements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (27. février 2017)

Les traitements vont être différents en fonction du type de douleurs qui survient dans le ou les mollet(s).

  • Pour les douleurs musculaires

Le massage est souvent efficace pour faire passer une crampe. Concernant la crampe fulgurante (qui survient en pleine nuit, à la piscine, etc.), la meilleure technique est d'étirer le muscle : le pied à plat à terre, on étire les orteils vers le haut. Cette technique soulage la crampe en quelques secondes.

Si le problème est plus profond qu'une simple contracture, il faut prendre rendez-vous avec votre médecin traitant. Lui seul est apte à vous prescrire les traitements adéquats. Parfois des examens complémentaires d'imagerie médicale (échographie, voire IRM) seront nécessaires. Un traitement médicamenteux ou des séances de kinésithérapie ne peuvent être prescrits que par un médecin.

A voir : l'IRM expliquée en vidéo

L'IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) est un examen qui permet de visualiser tous les organes en particulier les tissus "mous", d'analyser leur structure, de rechercher une inflammation, un abcès, un tumeur... Explications en images

  • Pour les douleurs d'origines veineuses

S'il y a bien une phlébite, elle sera traitée par des injections d'héparine à domicile ou en milieu hospitalier, puis par des anticoagulants oraux (anti-vitamine K ou autres). Votre médecin vous prescrira aussi le port de bas de contention.

  • Pour les douleurs d'origines artérielles

Le tabac, une hypercholestérolémie, une surcharge pondérale sont autant de facteurs qui malmènent les artères et qui doivent être pris en charge. Les traitements vont des médicaments liés à la pathologie (comme le diabète), jusqu'à la chirurgie vasculaire, en passant par la prise d'antiagrégants plaquettaires (empêchant la formation de caillots sanguins).

Il est important de savoir que la marche est un bon moyen d'augmenter la bonne circulation artérielle et veineuse.

  • Pour les douleurs neurologiques

La prise d'antalgiques, d'anti-inflammatoires et de myorelaxants associée à des séances de kinésithérapie sont prescrits pour diminuer la douleur.
Des infiltrations rachidiennes, ou une opération chirurgicale dans des cas extrêmes, peuvent être proposées.
Le repos n'est plus systématiquement imposé, sauf si la douleur ne permet aucun déplacement. La plupart du temps, l'évolution est positive.
Pour des maladies neurologiques spécifiques, la prise en charge par un neurologue est nécessaire.

Vous souhaitez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Douleurs, Neurologie, ... ou Un médecin vous répond !

A lire aussi :

> Insuffisance veineuse : nos conseils pratiques
> Bas ou chaussette de contention
> Phlébite : les 3 signes à connaître
> Crampes : comment les éviter ?
> EN VIDEO : les étirements à faire après le sport