Hospitalisme – Quand l'hôpital nous rend malade

Publié par : rédaction Onmeda (23. novembre 2018)

© iStock

Normalement, une hospitalisation a pour objectif une récupération rapide.  Pourtant, en même temps l'hôpital peut être un endroit où certaines maladies sont favorisées. Quand la santé d'un patient est altérée encore plus pendant son séjour, on parle de l'hospitalisme.

Un séjour à l'hôpital ne contribue pas toujours exclusivement au rétablissement des patients. Au contraire, dans cet endroit-là, pleins de malades tombent sur d'autres, et par conséquent, des différents agents pathogènes s'y trouvent. Cela constitue le risque de contamination, par exemple en attrapant une infection secondaire.

Par ailleurs, certaines maladies à l'hôpital peuvent se déclarer à cause d'erreurs d'alimentation ou durant les soins entre autres le décubitus, la constipation ou la thrombose. Tous les dommages physiques qui apparaissent pendant une hospitalisation font le terme hospitalisme physique. 

En outre, l'atmosphère qui n'est pas très chaleureuse ainsi qu'un manque de contact émotionnel peuvent provoquer une certaine pression psychologique. Ce sont avant tout les enfants souffrant dans un environnement étranger en se trouvant dans une situation à laquelle ils ne sont pas habitués surtout quand il n'y a pas de personne de référence constante ni de la sollicitude affectueuse.

De plus, un manque de sentiment de sécurité est un symptôme courant. Cela peut arriver quand les parents ne s'occupent pas assez ou le personnel soignant ne porte pas son attention sur eux.

En conséquence, les enfants sont enclins à développer des troubles psychiques comme l'apathie, l'angoisse et la dépression. De plus, des troubles du langage aussi bien qu'un retard de développement général psychomoteur et somatique peuvent apparaître. Par ailleurs, des autres conséquences de la solitude et de la négligence sont des problèmes d'attachement et des troubles relationnels.  

Le terme "hospitalisme" décrit chaque atteinte à la santé qu'on attrape pendant une hospitalisation ou dans une institution. On en distingue deux types :  

  • des dommages corporels (l'hospitalisme physique)
  • des troubles psychiques (l'hospitalisme psychique)