publicité

publicité

L’inceste : oser en parler ! : Les gestes incestuels

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (14. septembre 2012)

Les gestes considérés comme banaux, dès lors qu’ils sont intrusifs et instaurent un climat érotisant, deviennent incestuels.

C’est le cas de l’exhibitionnisme répétitif d’un des parents (ou des deux) au delà des 6/7 ans de leurs enfants, ou des microtraumatismes à répétition tels que le décalottage abusif des petits garçons, le récurage du sexe des petites filles sous prétexte de propreté, ou l’introduction du doigt maternel dans l’anus de sa fille pour la soulager de sa constipation.

Le parent s’approprie le corps de son enfant sans le différencier de lui-même en toute bonne foi, sous couvert de principes éducatifs ou pour la santé de son enfant. Le parent n’est pas forcément conscient, ni de son érotisation si c’est le cas, ni des dégâts infligés à son enfant.

La complicité des autres ?
Il n’est pas rare d’entendre des cas de climats incestuels qui se sont mis en place sous l’œil bienveillant de l’entourage qui a souvent fait mine de ne pas voir. La négation de l’incestuel (tout comme celle de l’inceste) est assimilé à une deuxième trahison. D’une part la protection attendue n’a pas été au rendez-vous. D’autre part, une chape de culpabilité se met en place car la personne concernée se surprend à penser qu’elle a exagéré les événements.



✖ FermerNous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu du site internet, afficher des publicités personnalisées, proposer des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser le trafic du site internet. Certaines informations sont partagées avec des partenaires d’omeda. En poursuivant la navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies, cliquez ici.